Europe centrale

La Pologne, pays d’Europe centrale

Découvrez ce grand pays néo-entrant de 2004

, par Ronan Blaise

La Pologne, pays d'Europe centrale

La Pologne est - de par sa population (près de 40 millions d’habitants) et de par sa superficie (environ 315 000 km²) - le plus vaste et le plus peuplé des dix pays néo-entrants du 1er mai 2004. Rapide présentation de ce grand pays d’Europe centrale :

Nom & Origines :

Le nom propre « Polska » (Pologne, en français), vient de ’’polje’’ (i. e : la ’’plaine’’), terme d’où vient le nom même du peuple slave des ’’Polanes’’, lesquels sont à l’origine de l’Etat national polonais (au Moyen âge, à partir des IXe et Xe siècles).

Carte de la Pologne
La Pologne en Europe

Ce terme géographique de ’’plaine’’ qualifie en effet remarquablement bien cette région d’Europe (i.e : la grande plaine germano-polonaise...) précisément caractérisée par l’absence remarquable de reliefs saillants.

Superficie :

La superficie de la Pologne représente aujourd’hui environ 312 700 km².

Drapeau :

Armoiries de Pologne

Officiellement adopté en 1918, ce drapeau ’’blanc et rouge’’ est composé d’une bande horizontale blanche surmontant une bande horizontale rouge.

Créé en 1831, c’est là une retranscription ’’vexillographique’’ (i. e : sous la forme d’un drapeau) des anciennes armoiries royales de Pologne : une aigle d’argent couronnée sur fond de gueule (i. e : un aigle blanc sur fond rouge, ’’totem’’ national depuis la lointaine époque des rois Piast, voir ci-dessous).

Pour ce qui est de la signification à donner aux couleurs de ce drapeau ’’czerwony-bialy’’ (i. e : ’’rouge et blanc’’), il existe aujourd’hui de nombreuses interprétations contradictoires : où il est régulièrement question de pureté et de courage, de neige spécifiquement ’’polonaise’’ et de sang versé pour la liberté et la patrie.

Hymne national :

L’actuel hymne national polonais est la ’’Mazurek Dabrowskiego’’ (i. e : ’’Marche de Dombrowski’’) : chant national et révolutionnaire polonais écrit en 1797 au sein des forces armées polonaises en exil (en Italie) du général Henryk Dombrowski (unités militaires intégrées aux forces armées de la République française puis de l’Empire).

Ce chant patriotique - paroles de Jozef Wybicki (membre de ces mêmes ’’légions polonaises’’), sur un air folklorique polonais (une mazurka) - célébré dès le début du XIXe siècle, est officiellement devenu hymne national polonais en 1927.

Devise nationale :

« Semper fidelis » (i. e : ’’Toujours fidèle’’, en latin) : Tout un symbole pour un pays rayé de la carte de l’Europe pendant près de 123 ans (1795-1918) par les grandes puissances de l’époque.

Fêtes nationales :

En Pologne, on célèbre le 3 mai (i. e : Jour de la Constitution de 1791) ainsi que le 11 novembre (i. e : Jour de l’indépendance recouvrée, en novembre 1918).

Capitale :

La capitale de la Pologne est aujourd’hui (depuis la fin du XVIe siècle, en 1596) la ville de Warszawa (Varsovie) : une ville qui, sur les rives de la Vistule, compte aujourd’hui plus d’1,5 à 2,2 millions d’habitants (selon les modes de calculs).

A la fin de la seconde guerre mondiale, la ville de Varsovie était rasée à près de 85%, détruite par les nazis (notamment en représailles du soulèvement du ghetto de Varsovie de mai 1943, puis de l’Insurrection de Varsovie en août-septembre 1944). En conséquence de quoi il avait alors même été proposé de la reconstruire plus en aval ou de ’’ramener’’ la capitale à Cracovie.

Au lieu de quoi (notamment grâce à des financements privés en partie récoltés dans la diaspora) la ville de Varsovie a été réhabilitée et son centre-ville (’’Stare miasto’’ et Château Royal) entièrement reconstruit. Pour cet immense travail de restauration, le vieux Varsovie a donc été admis et classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Principales grandes villes :

Cracovie, Gdansk, Katowice, Kielce, Lodz, Lublin, Olsztyn, Poznan, Radom, Szczecin, Wroclaw, etc.

Population :

La Pologne compte aujourd’hui environ 38,5 millions d’habitants. Dont 98% de polonais et 2% de (peu nombreuses) minorités ethniques germanophones (en Silésie et Poméranie) (150 à 500 000 personnes ?), blanc-russiennes (dans l’est du pays) (50 à 200 000 personnes), ruthènes ukraïnophones (40 à 300 000 personnes) ou tziganes (dans le sud-est du pays) (15 à 60 000 personnes) voire israélites et karaïtes (50 à 90 000 personnes), lituaniens, arméniens, russes, tchèques et slovaques pour l’essentiel.

De même, il faut tenir compte de l’existence d’une très importante ’’diaspora’’ polonaise à l’étranger : la ’’Polonia’’. Soit dix à vingt millions de personnes vivant en Lituanie, Biélorussie, en Ukraine, en République tchèque mais aussi en Allemagne, en Belgique, en France (aux Etats-Unis, au Brésil et en Australie).

Langues parlées :

La langue officielle de l’Etat est le polonais, langue slave aujourd’hui parlée par près de 98% de la population. C’est aujourd’hui la seule langue à avoir officiellement un statut légal en Pologne.

Mais il faut aussi tenir compte des langues des (il est vrai peu nombreuses) minorités ethniques ainsi que des langues ’’régionales’’, variantes locales de la langue polonaise, telles que le silésien (parlé par environ 1,5 millions de personnes ?) et le cachoube (parlé par environ 100 à 300 personnes ?) (dans le nord du pays).

Religions principales :

La religion majoritaire aujourd’hui en Pologne est le Christianisme catholique pour près de 95% de la population (chiffre équivalent à ceux de l’Espagne et de l’Italie...), d’après les derniers recensements (avec de faibles minorités luthériennes et orthodoxes).

Adhésion à l’Union :

Officiellement devenue partenaire de la CEE en 1988, admise au Conseil de l’Europe en novembre 1991, partenaire associé de l’UE à partir de mai 1993 : la Pologne est entrée dans l’Union euroopéenne le 1er mai 2004 après une dizaine d’années de négociations et de préparation (et d’ajustement de son économie aux normes communautaires).

Sa candidature pour adhésion avait été officiellement notifiée aux autorités communautaires lors du sommet européen d’Athènes du 8 avril 1994.

Un processus d’ouverture de négociations pour adhésion officiellement ouvert (à partir du 30 mars 1998) lors du Conseil européen de Luxembourg des 12 et 13 décembre 1997.

Une adhésion officiellement confirmée lors des sommets européens de Göteborg et de Laeken de juin et décembre 2001 et enfin définitivement finalisée lors du sommet européen de Copenhague de décembre 2002. Une décision confirmée par les résultats du référendum polonais portant sur l’adhésion des 7 et 8 juin 2003 (avec 77,5% de Oui pour 59% de participation).

Formalités de séjour :

Pour séjourner en Pologne, pays membre de l’Union européenne depuis le 1er mai 2004, il suffit (pour tous les ressortissants de l’UE) d’être en possession d’un passeport ou d’une carte d’identité en cours de validité.

Régime politique :

La Pologne est une république semi-présidentielle où l’essentiel des pouvoirs appartiennent au Chef de l’Etat et au Gouvernement démocratiquement investis par le Parlement.

Le Chef de l’Etat est élu pour cinq ans au suffrage universel à deux tours. Il est censé avoir un rôle d’arbitre au-dessus des partis. Il dispose néanmoins d’un droit de véto sur les lois, droit de véto pouvant être annulé par une majorité parlementaire (à la Diète) des 3/5e.

Le Premier ministre (chef du gouvernement) est le chef de la majorité parlementaire à la Diète, issue des élections et/ou des aliiances partisanes. Il est responsable devant la chambre basse.

Le Parlement (bicaméral) est composé de deux chambres : la Diète (ou ’’Sejm’’) (460 membres) et le Sénat (100 membres), dont les membres sont élus pour quatre ans au suffrage universel à un tour.

Aujourd’hui, la majorité gouvernementale et parlementaire est - depuis mai 2006 - composée de députés appartenant aux partis « PiS - Droit & Justice » (Droite conservatrice), « LPR - Liga Polskich Rodzin » (i. e : « Ligue des familles polonaises », formation de la Droite cléricale et nationaliste) et ’’Samoobrona’’ (i. e : « Autodéfense »), parti agrarien et populiste. A noter que certains membres de ces formations de l’extréme droite nationaliste ou de la droite populiste occupent actuellement au gouvernement des ministères tout particulièrement importants.

Tels Roman Giertych (Leader de la LPR), au ministère de l’éducation nationale ou Andrzej Lepper (Leader de Samoobrona), vice-Premier ministre chargé de l’Agriculture... (les ministères du travail et du bâtiment étant également tenus par des membres de Samoobrona). Un cabinet de coalition, négocié par Jaroslaw Kaczynski, qui soulève aujourd’hui l’inquiétude d’une partie importante de l’opinion publique polonaise...

Actuel président de la République :

Actuellement, le président de la république polonaise est (depuis juillet 2010) M. Bronisław Komorowski (Plate-forme civique), élu en 2010 (pour un mandat de cinq ans).

Actuel Chef de gouvernement (premier ministre) :

Actuellement (depuis juillet 2010), le chef du gouvernement est M. Donald Tusk (du parti Plate-forme civique).

Monnaie :

Actuellement, la monnaie de la Pologne est le Zloty (i. e : ’’Pièce dorée’’) ; NB : 1 ZP = environ 0.25 Euro.

Evidente (pour 2007-2009) sous le précédant gouvernement social-démocrate, l’entrée de la Pologne dans la zone Euro semble aujourd’hui être désormais l’objet de débats et l’otage de considérations politiciennes ’’internes’’. En tout état de cause, l’introduction de l’euro ne se fera sans doute pas en Pologne avant 2010.

Ainsi, l’actuel chef de l’Etat (i. e : le conservateur Lech Kaczynski / PiS) avait proposé, lors de sa campagne électorale victorieuse des élections présidentielles polonaises de 2005, que l’entrée de la Pologne dans la zone euro soit désormais soumise à l’approbation populaire, par la voie d’un référendum.

Économie :

Après quarante années d’économie planifiée dans le cadre communiste, la Pologne s’est engagée - depuis 1989 - dans un processus de transformation vers une économie de marché. Ce passage vers l’économie de marché a impliqué d’importantes réformes structurelles et, principalement, des privatisations d’entreprises publiques.

La part de l’agriculture dans le PIB polonais est assez faible (moins de 5%), mais ce secteur emploie néanmoins aujourd’hui encore plus de 25% de la population active. Peu productiviste, elle ne suffit néanmoins pas à couvrir les besoins alimentaires du pays.

le Zloty, monnaie nationale polonaise

L’industrie polonaise est aussi actuellement en plein restructuration. Cependant, la Pologne demeure aujourd’hui néanmoins l’un des dix premiers producteurs mondiaux de charbon et de cuivre.

Le secteur des services s’est fortement accru ces dernières années et représente désormais près de 60% du PIB. Pourtant, le tourisme, malgré un patrimoine culturel riche, se développe relativement peu en Pologne.

Cependant, le pays demeure une place prisée pour les investisseurs internationaux, en raison notamment de la grande taille de son marché intérieur, des faibles coûts salariaux, d’une population active bien formée et d’une très bonne situation géographique.

Mais, alors que depuis 2003 la Pologne connaît un retour à la croissance de son économie (avec un taux de croissance de 3.7% en 2003), le marché de l’emploi continue cepandant d’inquiéter avec un taux de chomage de plus de 20% en janvier 2004.

Un peu d’Histoire :

La Pologne a plus de mille ans d’histoire, dignement fêtés en avril 1966 à l’occasion du millénaire du ’’baptême de la Pologne’’ (en la personne de son roi ou duc national de l’époque : Mieszko, Duc des Slaves polanes). Et c’est effectivement à partir des VIIIe et IXe siècles que va se ’’cristalliser’’ le futur Etat polonais autour du peuple slave des Polanes, implanté dans l’actuelle Poznanie (Gniezno, Poznan, etc.).

A la charnière de la fin du Moyen Age et du début des Temps modernes, le « Royaume de Pologne » (associé à l’Etat voisin du « Grand Duché de Lituanie ») allait - sous l’autorité de ses grands rois Piast et Jagellons - connaître une période faste : rayonnant dans toute l’Europe centrale, depuis la mer noire jusqu’à la Baltique.

Mais par la suite, transformée (en 1569) en monarchie parlementaire élective (dont le Monarque était élu à titre viager par la Noblesse...), le Royaume de Pologne (ou « République des Nobles de Pologne et de Lituanie ») allait devenir le jouet des nouvelles grandes puissances montantes (Suède, Moscovie, Empire puis Autriche des Habsbourg, Royaume de Prusse, etc) et dangereusement s’affaiblir.

Et la Pologne allait, sous la pression des grandes puissances voisines, voir son territoire - morcelé - subir de nombreuses invasions (autrefois tatars et chevaliers teutoniques, désormais suédois et ottomans, etc) puis voir des portions entières de son territoire tomber dans les mains des grands Etats voisins (Royaume de Prusse, Empire de Russie et Empire d’Autriche).

Ainsi la Pologne allait provisoirement être démembrée puis rayée de la carte de l’Europe pendant près de 123 ans (1795-1918) : époque d’occupation étrangère, de maturation identitaire nationaliste, de flambées révolutionnaires et de soulèvements patriotiques contre les occupants allemands (prussiens), autrichiens et russes.

Restaurée dans son indépendance à l’issue de la première guerre mondiale (en novembre 1918), la Pologne, autrefois pays multiculturel et multinational, est devenue - saignée à blanc par les deux conflits mondiaux - un Etat quasiment monoethnique. Et ce, aux lendemains de la seconde guerre mondiale : à la suite des nombreux transferts de populations et autres remaniements territoriaux qui ont eut lieu depuis lors (légitimés par les Accords de Potsdam, en juillet 1945) .

Après un demi-siècle de domination communiste et soviétique (ébranlée en Pologne - dès la fin des années 1970 et dès le début des années 1980 - par l’action du syndicat libre « Solidarnosc »), la Pologne a retrouvé sa pleine souveraineté en 1989-1990.

Depuis lors, la Pologne a adhéré au Conseil de l’Europe (en 1991), à l’OTAN (en 1999) puis à l’Union européenne (en 2004).

Personnages célèbres :

Parmi les polonais les plus célèbres de l’histoire, on peut citer non seulement les ducs et grands rois polonais du Moyen Age des dynasties des rois Piast et Jagellons (i. e : Lech, Piast, Mieszko, Boleslaw I le vaillant, Kazimierz III le grand, Wladyslaw II Jagellon, etc), mais aussi...

- Mikolaj Kopernik (le célèbre astronome),

- Jan Kochanowski, Mikolaj Rej, Hugo Kollataj et Stanislaw Staszic (quatre grands Auteurs humanistes de la Renaissance, puis des Temps modernes),

- Tadeusz Kosciuszko (Chef révolutionnaire polonais de la fin du XVIIIe siècle),

- Maria Walewska (l’ "épouse" polonaise de l’Empereur Napoléon 1er, entre 1807 et 1815),

- Adam Mickiewicz, Juliusz Slowacki, Zygmunt Krasinski et Cyprian Norwid (quatre grands Auteurs du ’’national-romantisme’’ polonais, au temps de l’occupation de la Pologne par les Etats voisins...),

- Frédéric Chopin et Stanislaw Moniuszko (deux grands musiciens de cette même époque...),

- Henryk Sienkiewicz et Wladyslaw Reymont (deux grands auteurs de la fin du XIXe et du début du XXe siècles, tous deux lauréats du prix Nobel de Littérature (en 1905 et en 1924),

- Boleslaw Prus, Maria Konopnicka, Jozef Konrad Korzeniowski, Stanislaw Wyspianski (quatre autres grands auteurs de la littérature polonaise de l’époque contemporains),

- Maria Sklodowska (alias Marie Curie, grande scientifique franco-polonaise : Prix Nobel de chimie 1903 et Prix Nobel de physique 1911 pour ses découvertes sur le polonium et le radium),

- Jozef Pilsudski (Homme fort de la Pologne dans l’entre-deux guerre),

- Witold Gombrowicz, Czeslaw Milosz, Stanislaw Lem, Slawomir Mrozek (Ecrivains contemporains),

- Karol Wojtyla (alias le Pape Jean-Paul II, souverain pontife de l’Eglise catholique de 1978 à 2005),

- Lech Walesa (Leader politique du syndicat libre « Solidarnosc » durant les années 1980 et premier président de la république de la Pologne lors de la transition démocratique),

- Bronislaw Geremek (Ancien ’’solidariste’’ et ancien compagnon du précédant, candidat centriste polonais à la présidence du parlement européen en juillet 2004),

- Roman Polanski, Andrzej Wajda, Krzysztof Kieslowski et Krzysztof Zanussi (quatre grands cinéastes polonais des années 19980 et 1990),

- Wislawa Szymborska (Prix Nobel de littérature 1996).

Pour en savoir plus :

Site de l’Office de tourisme de Pologne : www.pot.gov.pl.

Site du gouvernement polonais : www.pologne.gouv.pl.

Présentation de la Pologne sur le site du ministère des affaires étrangères français : www.diplomatie.gouv.fr.

Rapport d’information de l’Assemblée nationale, du 8 avril 2003, sur l’adhésion de la Pologne à l’Union européenne : www.assemblee-nationale.fr

- Illustrations :

Tous les documents illustratifs utilisés ici - photographies, cartes et drapeaux - sont tirés de l’Encyclopédie en ligne wikipédia (documents libres de droits).

Mots-clés

Vos commentaires

  • Le 14 juillet 2007 à 23:53, par Roland En réponse à : La Pologne, pays d’Europe centrale

    Parmi les célébrités de la Pologne vous avez oublié Ludwik Lejzer Zamenhof (francisé Louis-Lazare Zamenhof) né à Białystok, le 15 décembre 1859 et initiateur de l’Espéranto.

  • Le 16 juillet 2007 à 17:20, par Ronan En réponse à : La Pologne, pays d’Europe centrale

    Autres éminants représentants de la Communauté juive de Pologne (puisqu’avec L. L. Zamenhof, c’est de cela qu’il s’agit...), on aurait également pû citer, entre autres : la révolutionnaire et militante féministe Rosa Luxembourg, de Zamosc (1870-1919), l’historien (et patriote allemand) Ernst Kantorowicz, de Poznan (1895-1963), le romancier ’’austro-hongrois’’ Joseph Roth, de Galicie (1896-1939), le romancier (et militant communiste) Manès Sperber, lui aussi galicien (1905-1984), l’écrivain célèbre (et Prix nobel de Littérature en 1978) Isaac Bashevis Singer, de Radzymin (1904-1991) et David Gryn dit ’’Ben Gourion’’, de Plonsk (Mazovie), premier PM de l’Etat d’Israël (1886-1973). Liste non exhaustive, bien entendu.

  • Le 22 septembre 2007 à 04:33, par marin françois En réponse à : La Pologne, pays d’Europe centrale

    bonjour a tous, j’aurais une question a vous poser, quel est le niveau de vie d’un salarie de classe moyenne en pologne pour pouvoir comparrer avec la france. merci d’avance mr marin françois

  • Le 30 octobre 2007 à 10:18, par Ronan En réponse à : La Pologne, pays d’Europe centrale

    - Informations complémentaires :

    Avec les élections générales se déroulant ce dimanche 21 octobre 2007, le paysage politique polonais a considérablement évolué.

    Les résultats bruts sont les suivants : plus de 40% (et 210 sièges à la Diète) pour le parti de centre-droit « Plate-forme civique » mené par le ’’premier-ministrable’’ Donald Tusk, plus de 30% (et 165 sièges) pour le parti de droit conservatrice « Droit & Justice » (perdant de ces élections, mais bien loin de s’effondrer), environ 13% (et environ 50 sièges) pour le parti de centre gauche « LiD » et environ 9% des voix (et environ 30 sièges) pour le parti agrarien « PSL ».

    Phénomènes importants de ce scrutin : la relative forte participation (près de 55% des inscrits : total faible mais participation cependant la plus élevée depuis la fin du Communisme) et expulsion du Parlement des partis populistes et national-cléricaux « Samoobrona » et « LPR ».

    Un scrutin qui voit donc la mise en place en Pologne d’un gouvernement de coalition « PO / PSL » à la tête duquel on devrait normalement retrouver Donald Tusk : finaliste malheureux des élections présidentielles de 2005 face à l’actuel président Lech Kaczynski, frère jumeau du PM sortant, Iaroslaw K.

  • Le 23 janvier 2008 à 09:25, par Piotr En réponse à : La Pologne, pays d’Europe centrale

    Niveau de vie ? Certainement pas de pauvreté mais également pas de luxe. Salaire moyen c’est environ 850 EUR (et 10-20% en plus chaque année), les services sont quelques fois moins chers qu’en France, la nourriture aussi, les produits ’matériels’ ont plus ou moins les mêmes prix. Dans les grandes villes le niveau de vie est assez comparable avec la France, le problème commence dans les petits villes (où c’est difficile de gagner le salaire moyen) et dans les compagnes (il y a encore la pauvreté la-bas). L’éducation a le niveau BEAUCOUP plus élevé qu’en France et peut-être c’est le futur...

  • Le 12 janvier 2011 à 08:34, par Korab En réponse à : La Pologne, pays d’Europe centrale

    Vous avez oublié quatre compositeurs de renommée mondiale : Karol Szymanowski, Witold Lutoslawski, Krzysztof Penderecki et Henryk Mikolaj Gorecki ainsi que le plus célèbre pianiste et homme d’Etat de la première moitié du XX siècle, Ignacy Paderewski.

    Parmi les écrivains de l’entre-deux-guerres : Bruno Schulz et Stanislaw Ignacy Witkiewicz, « génie multiple de la Pologne », auteur dramatique,romancier, peintre et philosophe.

  • Le 4 novembre 2011 à 17:57, par aleksandra En réponse à : La Pologne, pays d’Europe centrale

    vous avez également oublié dans les personnalité célébre Maria Skłodowska, l’épouse de Pierre Curie. Elle a découvert le Polonium et Radium, ce qui lui vaut le prix Nobel de chimie.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom