Balkans

La Serbie a élu un nouveau Parlement

Première analyse des résultats

, par Traduit par Aric Wizenberg, Aleksandar Antić

Toutes les versions de cet article : [English] [français] [italiano]

La Serbie a élu un nouveau Parlement

En Serbie se sont tenues les premières élections législatives en tant qu’état indépendant. Ces élections se sont déroulées le 21 janvier et ont eu un résultat qui était plus ou moins escompté. Le nouveau Parlement serbe sera composé de 6 partis politiques et coalitions (SRS, DS, DSS-NS, G17, SPS et LDP) ainsi que de 8 représentants des minorités nationales (Hongroise, Bosniaque, Rom et Albanaise).

Comme lors du précédent scrutin, ces élections ont été gagnées par l’ultranationaliste Parti Radical Serbe (Srpska radikalna stranka - SRS), qui remporte près de 30% des votes. Le président de ce parti, Vojislav Šešelj, comparait actuellement devant le Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) de La Haye. Heureusement, ils ne pourront pas former de gouvernement étant donné qu’ils n’ont d’alliance avec aucun autre parti politique et qu’ils ne peuvent pas rassembler la majorité du Parlement Serbe. Ils ont obtenu 81 sièges (sur 250).

La seconde place revient au Parti Démocrate (Demokratska stranka - DS), conduit par le président serbe Boris Tadić (64 sièges). Ils ont fait la plus forte progression depuis les précédentes élections (2003) et ont renforcé leur position de parti politique pro-Européen dominant de Serbie. Cela est lié à l’autorité personnelle du Président serbe, Boris Tadić. Le DS a utilisé le nom de leur ancien leader, le Premier ministre assassiné, Zoran Đinđić, lors leur campagne préélectorale et sa femme, Ružica Đinđić, était en tête de leur liste électorale. Leur candidat au poste de Premier ministre est l’un des plus grands macro économistes serbe du moment, Božidar Đelić.

La troisième place va au Parti Démocrate de Serbie (Demokratska stranka Srbije - DSS) de l’actuel Premier ministre, Vojislav Koštunica, en coalition avec Serbie Nouvelle (Nova Srbija - NS) dirigé par l’actuel Ministre de l’Investissement, Velimir Ilić (47 sièges). Koštunica est l’homme qui remporta les élections contre Slobodan Milošević en 2000 mais sa force politique a lentement décliné depuis lors. Il aspire à garder sa place de Premier ministre dans le nouveau gouvernement, ce qui a été pour le moment le principal obstacle à la constitution de ce dernier.

Le parti libéral conservateur G17 Plus, aussi connu comme étant le parti des experts économiques, dirigé par l’actuel Ministre des Finances, Mlađan Dinkić, remporte 19 sièges. Au cours de leur campagne, ils parlèrent d’en finir avec l’inflation à deux chiffres, de renforcer la monnaie serbe, le DINAR, et d’effectuer les réformes économiques dont le pays a particulièrement besoin.

D’après l’opinion publique, les trois derniers partis mentionnés (DS, DSS-.NS et G17 Plus, avec le soutien des élus des minorités nationales), sont très probablement ceux qui formeront le Gouvernement, car ils ont 130 sièges et donc la majorité au Parlement. Et, alliés avec les minorités, le Gouvernement aurait 138 sièges (sur un total de 250).

Le quatrième parti pro-Européen est une coalition réunie autour du Parti Libéral Démocrate, dirigé par Čedomir Jovanović, jeune politicien et ancien associé de Zoran Dinđić. C’est leur première élection, c’est pourquoi l’opinion publique considère leur entrée au Parlement, après avoir dépassé les 5%, comme une grande victoire. Cette coalition, par conséquent, ne désire pas entrer au Gouvernement, préférant être dans l’opposition au Parlement. Ils ont plusieurs positions politiques « radicales » tel que l’indépendance du Kosovo ou le fait qu’ils étaient opposés à la Constitution serbe. Ils sont considérés comme étant le parti des citadins et bénéficient d’un fort soutien parmi les jeunes.

Finalement, le dernier parti à avoir dépassé la barre des 5% nécessaires pour entrer au Parlement est le Parti Socialiste Serbe, anciennement dirigé par Slobodan Milošević. Il est intéressant de constater que le Parti Socialiste n’a jamais mentionné le nom de Milošević au cours de sa campagne, ce qui peut être considéré comme une surprise et comme le début d’une nouvelle période politique pour ce parti.

En ce qui concerne les minorités, elles n’ont pas besoin de représenter 5% des suffrages pour entrer au Parlement. Néanmoins, chaque représentant nécessitait environ 15 000 votes. Le Parti Hongrois aura 3 représentants, le Parti Démocrate Bosniaque de Sandžak, 2. Les deux partis des citoyens Roms auront chacun un siège, ainsi que le Parti des Albanais du sud de la Serbie. On peut s’attendre à ce que tous participent au futur Gouvernement serbe.

Coalitions envisageables

1. Gouvernement démocrate :

Parti Démocrate (DS) + Parti Démocrate de Serbie (DSS) + G17 Plus + les minorités nationales = 138

C’est la combinaison la plus optimiste, celle qui ferait que la Serbie resterait certainement sur la route menant à l’UE. En revanche, problématique est le conflit entre les dirigeants du DS et du DSS au sujet du poste de Premier Ministre.

2. Gouvernement de tous les partis démocrates :

Parti Démocrate (DS) + Parti Démocrate de Serbie (DSS) + G17 Plus + Parti Démocrate Libéral (LDP) + les minorités nationales = 153

Cette combinaison serait théoriquement plus stable, mais n’est en réalité pas possible en raison du conflit sur les postes et les opinions qui existe entre le LDP et le DSS. Lors de leurs campagnes préélectorales, les deux parties ont exclu cette hypothèse.

3. Gouvernement de droite :

Parti Démocrate de Serbie (DSS) + Parti Radical Serbe (SRS) (+ Parti Socialiste de Serbie (SPS)) = 128 (144)

Combinaison peu probable car on peut s’attendre à ce que le DSS ne s’allie pas à un parti qui était dans le Gouvernement serbe de la période Milosevic. Cette combinaison serait négative pour la Serbie car l’UE n’accepterait certainement pas ce gouvernement.

4. Gouvernement sans la majorité de 50% :

Parti Démocrate (DS) + G17 Plus + les minorités nationales = 91 (+ soutien du Parti Démocrate de Serbie (DSS) sans leur participation au gouvernement = 138)

En conclusion, selon la Constitution serbe, un nouveau gouvernement doit être formé au plus tard 3 mois après les résultats officiels des élections, et je crois vraiment que les politiciens serbes mettront de côté leurs différends et poursuivront leur travail en direction d’une Europe Unie sur la base d’une large coalition démocrate pro-Européenne.

Images :

* Le Président Tadić et son entourage, célébrant les bons résultats de l’élection. Source : Mondo web portal.

* Diagramme préparé par l’auteur.

Pour en savoir plus :

* Elections législatives en Serbie, le point par la Fondation Schuman

* « Serbia’s chance » : le commentaire éditorial du Financial Times (en anglais).

Vos commentaires

  • Le 29 janvier 2007 à 16:20, par Ronan En réponse à : La Serbie a élu un nouveau Parlement

    Il est curieux que l’on parle ici de ’’premières élections législatives en tant qu’Etat indépendant’’ pour la Serbie alors que ce pays (autrefois république autonome yougoslave) est formellement indépendant depuis au moins avril 1992 (sous le nom de « République fédérale de Yougoslavie ») et a déjà connu de très nombreuses élections de ce type (en 1990, en 1993, en 1997, etc).

    En revanche il est clair que ce sont les premières élections législatives en Serbie depuis la... "sécession" du Monténégro (en avril-mai dernier). Et depuis la dissolution officielle de la « République fédérale de Yougoslavie » dont la Serbie était cependant le "coeur vibrant" et le centre du pouvoir politique (mais certainement pas une "dépendance" arbitrairement soumise, comme l’expression "Etat indépendant" tenterait sans doute de l’accréditer...).

    C’est tout de même bizarre que les Serbes parlent aujourd’hui d’indépendance à l’égard d’une Yougoslavie dont ils ont quand même souvent été les maîtres. Et dont ils auront été les ultimes défenseurs et les tous derniers membres en date (et dont ils ont finalement été les seuls à ne jamais demander... l’indépendance).

    L’ "indépendance" actuelle de la Serbie (par la dissolution de la dernière "Yougoslavie" en date...) n’étant pas le résultat d’un processus d’autodétermination propre aux Serbes, mais surtout la conséquence politique ultime du départ de tous les autres...

  • Le 4 mai 2007 à 11:58, par Anonyme man En réponse à : La Serbie a élu un nouveau Parlement

    Ce sont effectivement les premières élections de Serbie indépendante. Que la Serbie ait été l’Etat dominant de l’Etat successeur de la Yougoslavie, la Serbie-Monténégro ne modifie pas les faits. De nouvelles élections sont à prévoir, puisque les politiciens serbes ont fait preuve d’une si grande maturité...

  • Le 4 mai 2007 à 18:32, par Ronan En réponse à : La Serbie a élu un nouveau Parlement

    Sauf que la Serbie est indépendante depuis au moins avril 1992 et sauf qu’elle a déjà connu de très nombreuses élections de ce type (en 1993, en 1997, etc). M’enfin...

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom