Traité de Lisbonne

Le Traité de Lisbonne : nouvelle étape dans la construction de l’Europe

, par Mouvement Européen - France

Le Traité de Lisbonne : nouvelle étape dans la construction de l'Europe

Le traité de Lisbonne, signé le 13 décembre 2007 par les dirigeants des 27 Etats membres de l’Union européenne, a été accueilli avec satisfaction pour les uns et déception pour les autres.

Certes, on pouvait espérer mieux, il devrait être complété, mais il serait irresponsable de faire la fine bouche au seul motif d’un hypothétique « mieux », qui ne se fera probablement pas avant longtemps.

Le traité réformateur clôt non seulement une période de « crise » de deux ans, pendant laquelle l’Union européenne a fonctionné au ralenti, mais il répond également à la nécessité de pouvoir mieux travailler dans une Union élargie à 27.

Le temps de l’introspection européenne au point d’oublier que le monde continue à tourner est révolu. Il est important que les Européens consacrent de nouveau leur énergie à des chantiers plus urgents comme la croissance, le changement climatique, l’action externe, la promotion de leurs valeurs et de leurs intérêts.

Le traité de Lisbonne, un traité réformateur

Le traité de Lisbonne est réformateur par l’introduction d’un certain nombre de modifications institutionnelles nécessaires au bon fonctionnement de l’Union. Il permet, enfin, de sortir de l’impasse du traité de Nice :
- le Conseil européen va élire son président pour un mandat de deux ans et demi renouvelable une fois, ce qui supprime les présidences tournantes et permet une meilleure représentation extérieure de l’Union ;
- la Commission retrouvera sa vraie nature en 2014, le nombre de commissaires n’étant plus égal au nombre d’Etats ; avec 18 commissaires, chaque pays sera représenté sur la base d’une rotation égalitaire ;
- enfin le Parlement européen voit ses compétences augmentées par l’extension du champ de la codécision. Ses 751 membres devront élire le Président de la Commission. Ils auditionneront les membres de la Commission ainsi que le Haut Représentant.

Le traité est prometteur en offrant les bases pour d’éventuelles évolutions, tant pour notre action dans le monde que pour le fonctionnement interne de l’Union. L’Union est dotée d’une personnalité juridique et d’un Haut Représentant (autre appellation pour Ministre des affaires étrangères ?). Celui-ci, pourvu d’un service diplomatique, présidera le conseil des ministres des Affaires étrangères, tout en étant l’un des vice-présidents de la Commission.

Une piste pour une représentation unique de la zone euro est amorcée. La clause de solidarité entre les Etats membres est maintenue notamment dans les domaines de la défense et de l’énergie. La majorité qualifiée devient la règle au Conseil des ministres, sauf dispositions contraires des Traités. Des progrès ont été réalisés pour le financement de la Politique européenne de sécurité commune, et des coopérations structurées en matière de défense pourront être envisagées à la majorité qualifiée. Ce traité permet aussi de mieux s’organiser contre la criminalité organisée avec un espace de justice, de liberté et de sécurité qui ouvre la voie à des coopérations en matières d’immigration, de coopération judiciaire et policière indispensables face aux criminels qui se jouent des systèmes nationaux.

L’avenir sera ce que nous en ferons !

Le traité de Lisbonne contient en outre de réelles avancées démocratiques et sociales. La démocratie participative est renforcée, avec notamment un droit de pétition reconnu aux citoyens européens. La démocratie représentative est accrue par une plus forte association des Parlements nationaux et l’extension des droits du Parlement européen. Enfin, l’ensemble des objectifs que l’Union s’est fixés, y compris en ce qui concerne la lutte contre les inégalités, et la perspective d’un protocole sur les services d’intérêt général (services publics) ouvrent la voie à une dynamique plus sociale de la construction européenne.

Répétons-le, ce traité n’est pas parfait : des symboles de l’Union européenne ont disparu, comme les références explicites à l’hymne, le drapeau et la devise, c’est regrettable ; des mentions importantes, notamment sur la politique de concurrence et sur la primauté du droit communautaire ont été éliminés, c’est peu glorieux quand les politiques demeurent inchangées ; la Charte des droits fondamentaux ne va pas s’appliquer au Royaume-Uni et en Pologne, c’est consternant.

Mais l’Union européenne s’est faite depuis toujours par étapes. Pourquoi devrait-il en être autrement aujourd’hui ? Dans la recherche et le développement d’un projet d’une aussi grande envergure, les progrès, aussi infimes soient-ils, sont un encouragement à persister. Ainsi les lacunes du traité sont une incitation à continuer à se battre, pas à baisser les bras.

Comme l’ « invisible pour les yeux », il l’est dans les traités. L’Europe est un rêve intact, un rêve plus grand que jamais : 27 pays en paix ; la guerre froide surmontée ; des jeunes qui bougent sans entraves, des êtres humains qui échangent, se rencontrent, commercent, s’affrontent mais se découvrent et se respectent. Voilà l’essentiel. On n’en parle jamais dans les traités.

Illustration : photographie du sommet de Lisbonne qui a donné son nom au Traité, issue du site de la Commission européenne.

Mots-clés

Vos commentaires

  • Le 7 février 2008 à 14:37, par Philippe DEBAY alias Philodeme En réponse à : Le Traité de Lisbonne : nouvelle étape dans la construction de l’Europe

    Même sur ce forum de forts en thèmes !!! Quelle est LA FORMULE utilisée soit par les « moutons de Panurge » (pas le temps d’y penser,qui croient penser mais s’en remettent à la pensée construite par les médias dominants) ou soit par les « eurocrates » (normal c’est leur gagne-pain, gros salaires).

    Cette formule est simpliste : Europe = UE.(je viens encore de la lire ci-dessus)

    L’UE est construite sur le libéralisme pur et sans scories sociales c’est à dire interdisant aux Etats, sous peine d’amendes, la possibilité financière d’accompagner ou d’atténuer les dégâts sociaux inhérents aux aléas et aux modifications du Marché. Cette règle est formulée hypocritement sous l’expression empruntée à l’OMC : « concurrence libre et non faussée ».

    Par suite ils énoncent de manière PERVERSE que ceux qui ont voté NON au TCE relooké TME seraient selon eux tous des souverainistes.

    Alors que ce NON de 2005 et toujours actuel (qui a de l’avenir) peut aussi (notamment) tout à fait correspondre à un NON de partisans d’une Europe Fédérale dont les dirigeants détiendraient des pouvoirs régulateurs vis à vis des aléas sociaux du Marché.

    Le OUI de certains peut être considéré comme contraire à l’Humanisme, car il signifie que ces êtres n’en a rien à foutre des citoyens victimes des aléas du Marché, pouce en bas ils hurlent « qu’ils crèvent », lachez les lions … pardon les CRS !!! L’un de mes amis député chevronné, ayant eu des responsabilités financières, quand je lui opposais récemment cet argument, lui qui avait validé le traité de Marraketch sans le connaître (des milliers de pages), m’a répondu "on fait parfois des conneries) ...

    Voilà comment certains « nonistes » peuvent voir « les eurobéats ou crates »

  • Le 7 février 2008 à 14:57, par Fabien Cazenave En réponse à : Le Traité de Lisbonne : nouvelle étape dans la construction de l’Europe

    Philippe, oui les partisans du oui et du non peuvent être également être partisans d’une Europe fédérale. Cependant, vous faîtes une erreur de base : vous dîtes qu’il n’y a pas d’aspect social dans l’Union européenne, mais c’est faux. Demandez à Jacques Delors ce qu’ils en pensent... Demandez à la Confédération européenne de syndicats... Demander à l’ensemble des Parti Socialistes Européens...

    Ne soyez pas plus manichéen que le manichéisme que vous prétendez dénoncer.  ;-)

  • Le 7 février 2008 à 15:54, par Philippe DEBAY En réponse à : Le Traité de Lisbonne : nouvelle étape dans la construction de l’Europe

    Avoir un autre angle de vue n’est pas être partisan du blanc et du noir, qui cependant existent au figuré comme « en couleur » !

    Pour les habitants des premiers pays fondateurs de l’UE la cascade des adhésions successives s’est traduite par des efforts financiers collectifs répétés.

    Comme cela est sociologiquement logique les populations ayant un capital économique et/ou culturel en ont plus profitées ou ont été moins pénalisées que celles qui n’ont pas ou peu de « capital » et qui se trouvent de plus en plus fragilisées. En ce qui me concerne j’ai vécu la « déchéance sociale » relative et très progressive mais inexorable de cette population depuis 1970.

    « je vois le bout du tunnel » disait celui que vos prédécesseurs forts en thème eux aussi appelaient le meilleur économiste de France.

    Dans le tunnel on s’y enfonce de plus en plus et les classes dites moyennes y sont aspirées.

    Je ne fréquente pas les structures (PSE) mais plutôt les individus qui les composent, les discours privés sont différents des officiels de la structure.

    Je pense que votre vision est théorique et éloignée du réel, du vécu et des aspirations des plus humbles (de plus en plus nombreux).

    Cette absence d’empathie avec les plus humbles constituent les pieds d’argiles de l’UE.

    La trame sous jacente à vos discours est finalement, sans que vous vouliez en être conscients, celle de la Nomenklatura des soviétiques : "de quoi vous vous plaignez on travaille et on prépare pour vous les lendemains qui chantent."

    On sait maintenant ce qu’il en était et ce que c’est devenu.

    L’UE même destin ??? Ce serait dramatique pour l’utopie Europe !!! Car il est très vraisemblable que des populistes très peu démocrates vont finir par se saisir de l’occasion.

  • Le 7 février 2008 à 18:24, par Fabien Cazenave En réponse à : Le Traité de Lisbonne : nouvelle étape dans la construction de l’Europe

    « Cette absence d’empathie avec les plus humbles constituent les pieds d’argiles de l’UE. »

    Ah, et vous me connaissez ? Je ne comprends pas pourquoi au nom de quoi je devrais faire parti des nantis sous prétexte que je pense du bien de l’aventure européenne ?

    « Pour les habitants des premiers pays fondateurs de l’UE la cascade des adhésions successives s’est traduite par des efforts financiers collectifs répétés. » J’ai l’impression que vous ne tenez pas compte du fait que l’amélioration des autres pays nous a bénéficié aussi grandement.

    A partir du moment où je pense que l’UE va nous apporter beaucoup, je fais parti de la « nomenklatura » ? D’ailleurs je pense que vous avez tort de dire que l’UE n’apporte rien déjà auourd’hui. L’Euro nous a peut-être trop protégé de la crise financière et nous ouvrons les yeux seulement maintenant ? Pour autant, faut-il tout jeter ?

    Les principaux problèmes de l’UE viennent du manque dEurope politique et fédérale que vous appelez également de vos voeux. Le Traité de Lisbonne nous fait avancer dans la bonne voie, notamment dans les pouvoirs qu’il donne au Parlement européen et au Parlements nationaux.

    Il faut faire avancer la machine tout en étant critique. C’est ce que nous essayons de faire ici.

  • Le 7 février 2008 à 19:34, par Philippe DEBAY En réponse à : Le Traité de Lisbonne : nouvelle étape dans la construction de l’Europe

    « Je ne comprends pas pourquoi au nom de quoi je devrais faire parti des nantis sous prétexte que je pense du bien de l’aventure européenne ? »

    Réponse : vous et votre famille n’en êtes pas victime, ou alors vous êtes un oncle Tom, ce que je ne pense pas que vous soyez.

    « J’ai l’impression que vous ne tenez pas compte du fait que l’amélioration des autres pays nous a bénéficié aussi grandement. »

    Réponse : on pouvait faire comme les anglais ou mieux les suisses et ne prendre que ce qui nous est favorable, nos élites françaises de gauche ou de droite nous ont transformé en dindons de la farce « UE »

    « A partir du moment où je pense que l’UE va nous apporter beaucoup, je fais parti de la « nomenklatura » ? »

    Réponse : « nomenklatura » ou « oligarchie » vous espérez y être coopté, aveuglé par le mythe de l’ascenseur républicain, et ayant comme il est normal l’ambition de la jeunesse. Mais si papa n’en est pas vos chances sont très faibles statistiquement.

    « D’ailleurs je pense que vous avez tort de dire que l’UE n’apporte rien déjà aujourd’hui. L’Euro nous a peut-être trop protégé de la crise financière et nous ouvrons les yeux seulement maintenant ? Pour autant, faut-il tout jeter ? »

    Réponse : Sur le panier de la ménagère qui seul intéresse les humbles c’est absolument discutable, faut faire comme moi les courses, que d’ententes illicites les hausses incompréhensibles !

    « Les principaux problèmes de l’UE viennent du manque d’Europe politique et fédérale que vous appelez également de vos voeux. »

    Réponse : d’accord triplement

    « Le Traité de Lisbonne nous fait avancer dans la bonne voie, notamment dans les pouvoirs qu’il donne au Parlement européen et au Parlements nationaux. »

    Réponse : NON car la base de la politique économique obligatoire (sous peine d’amendes) de l’UE est celle définie par les principes de Marrakech (l’OMC) On ne peut pas changer quelque chose de l’intérieur, fallait faire comme les anglais et les suisses ou autres y penser avant !!!!!!!!

  • Le 7 février 2008 à 20:51, par Fabien Cazenave En réponse à : Le Traité de Lisbonne : nouvelle étape dans la construction de l’Europe

    Pour vous répondre :
    - Et bien vous avez tort à mon sujet, je suis un sale jaune qui aime bien l’Europe et son bleu azur.
    - La France profite beaucoup de l’Europe et si tout le monde se comportait comme les Anglois, on avancerait pas trop et on en serait pas là... même si ce n’est pas assez. N’oubliez pas que la France bénéficie beaucoup de l’Europe : les routes départementales ou l’agriculture en sont des exemples.
    - qui vous a dit que je voulais être un de ces eurocrates que vous détestez tant ? Je ne suis pas à Bruxelles mais en banlieue parisienne... Et puis, c’est comme si la France n’avait pasaussi son élite ? On ne veut pas tous être pour autant dans les couloirs du Parlement ou de l’Elysée, non ?
    - le panier de la ménagère mais ce n’est pas la faute de l’Euro : pour le prix de la baguette de pain, il a augmenté autant que le Smic depuis les années 70 (source : un syndicaliste CFDT connu pour son sérieux : Jean-Pierre Mignard dans une conférence du ME-France). Le problème est plutôt la « smicardisation » de la société. Mais là, ça dépasse les institutions européennes.
    - au moins on avance. Mais ne trouvez-vous pas ça contradictoire avec le fait que vous disiez qu’il faille faire comme les Anglais et jouer les « passagers clandestins » ?
    - vous phantasmez la « politique économique obligatoire » : on vit dans un monde qui connait une globalisation financière. D’ailleurs, les Anglais sont parmi ceux qui avancent le plus dans ce sens et qui sont bien contents que l’Europe de devienne pas une Europe politique et fédérale.

  • Le 7 février 2008 à 22:53, par Philippe DEBAY En réponse à : Le Traité de Lisbonne : nouvelle étape dans la construction de l’Europe

    BON tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles...

    Je ne déteste personne. Car je n’en ai ni l’envie ... ni le temps ... à perdre ... d’autant que je n’ai pas à me plaindre de mon sort ...

    je ne pense pas que le monde que vous appelez de vos voeux et dont vous faites la promotion très risquée vous offre le même sort et confort de vie !!!

    En effet vous n’avez plus la protection du croquemitaine « URSS » pour vous protéger du grand méchant loup « Capitalisme » et cela vous n’en avez absolument pas pris conscience !!!

    Vous serez mangé mon enfant !

  • Le 8 février 2008 à 09:47, par Krokodilo En réponse à : Le Traité de Lisbonne : nouvelle étape dans la construction de l’Europe

    Je me réjouis de la signature du traité de Lisbonne. Maintenant que l’économie va enfin être réellement libérale, je pense qu’on va pouvoir appliquer aux langues la philosophie de la concurrence libre et non faussée, en mettant fin à toutes les subventions qui favorisent l’anglais, à commencer par Erasmus mundus (70 à 80 % anglophone selon les années), et Comenius, dont le récent rapport européen reconnaît les effets pervers :

    « En ce qui concerne le développement des connaissances en langues, l’évaluation du gain obtenu est plus réservée. Si la majorité des personnes interrogées évoque une nette augmentation de l’intérêt porté par les élèves aux langues étrangères et une évolution positive des connaissances en anglais, l’enrichissement de leurs connaissances dans d’autres langues n’est attesté que dans un cas sur quatre. »

    http://ec.europa.eu/education/doc/reports/doc/comeniusreport_fr.pdf

    Exigeons de la Commission la fin des subventions anticoncurrentielles qui faussent le marché.

    Exigeons la fermeture du British Council, dont Gordon Brown vient juste d’annoncer l’accroissement du budget dans le cadre de la lutte entre les langues : « And we will go even further to make English language available to the wider world - inviting offers from telephone, telecom, internet, broadcast and website companies to make available through their channels the latest and most dynamic English learning, teaching and practice materials. » http://www.number10.gov.uk/output/Page14289.asp

  • Le 8 février 2008 à 10:19, par Fabien Cazenave En réponse à : Le Traité de Lisbonne : nouvelle étape dans la construction de l’Europe

    Mort de rire Krokodilo, je ne m’attendais pas à celle-là !

  • Le 8 février 2008 à 11:03, par Krokodilo En réponse à : Le Traité de Lisbonne : nouvelle étape dans la construction de l’Europe

    Faut bien que je change d’argument de temps en temps, sinon je m’ennuie ! Et il paraît que rigoler un peu fait du bien. Au fait, deux collègues espérantistes m’ont demandé des nouvelles de notre proposition de version Eo ; je suppose que ça coince, mais pourrais-tu confirmer, éventuellement nous dire les réactions ? Naturellement, inutile de passer ce message, je ne crierai pas à la censure ! Je crois que j’ai égaré vos adresses courriel.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom