Climat

Le changement climatique : et l’Europe dans tout cela ?

, par Traduit par Sophie Gérardin, Silke Gebel

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Le changement climatique : et l'Europe dans tout cela ?

En observant le travail de l’Union européenne, d’aucun serait surpris de constater à quel point un projet qui a commencé un jour par expérimenter les meilleurs moyens de produire du charbon et de l’acier, est aujourd’hui l’un des leaders mondiaux dans le domaine environnemental. Cela prend sens d’un point de vue fédéraliste car les résultantes des problèmes environnementaux ont tendance à traverser les frontières très facilement.

De plus, cela prend sens d’un point de vue environnemental, alors que le dernier rapport du Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) montre qu’ensemble, avec des mesures immédiates sur les changements climatiques, les calottes polaires fonderont, le niveau de la mer montera d’environ deux centimètres et la température mondiale d’environ 0,6 degrés. Tout cela ne paraît pas très dangereux, mais a des conséquences déjà visibles aujourd’hui, comme l’atteste l’actualité quotidienne : ouragans - Katrina aux Etats-Unis - inondations sur tout le continent africain par exemple ou tsunamis comme dans certains pays asiatiques.

Dans peu de temps, la nature nous renverra tout ce que nous faisons, ce d’autant plus fort si les plus gros pollueurs, c’est-à-dire les pays industrialisés, ne voient aucun changement. Cela signifie qu’il doit y avoir une diminution de moitié des émissions de gaz à effet de serre jusqu’en 2050, comparé aux chiffres de 1990. Ceci signifierait une baisse de 30% rien qu’en Union européenne.

La nouvelle raison d’être de l’UE ?

Le changement climatique doit devenir l’un des sujets majeurs de l’Union européenne. La présidence allemande conduite par l’ex-ministre de l’environnement Angela Merkel a tenté d’y travailler. Ce sont les gros 20-20-20 : 20% d’énergies renouvelables, 20% de capacité énergétique en plus et 20% de réduction en plus sont un pas dans la bonne direction, mais jusqu’à maintenant nous avons assisté à des gesticulations, alors qu’une importante avancée s’est produite dans les consciences, au regard de l’importance que le sujet a pris auprès du grand public. C’est une bonne chose car nous avons besoin d’une prise de conscience générale pour arrêter ou tout du moins ralentir le changement climatique, notamment depuis le réchauffement causé par l’effet de serre, conséquence des fortes émissions de gaz d’origine humaine.

Tout le monde peut faire quelque chose et tout le monde semble vouloir faire quelque chose : de nombreux citoyens ont commencé à modifier leurs habitudes de consommation électrique, essaient de faire des économies d’énergie ou de consommer davantage d’aliments organiques. C’est comme si, finalement, nous commencions à faire attention à ce que l’on appelle « l’empreinte écologique » que chacun de nous laisse sur notre planète Terre. Si tout le monde vivait de la même manière que les gens « normaux » dans les pays industrialisés, une Terre ne suffirait pas à équilibrer les émissions de gaz causées par les vaches, les voitures ou le pétrole.

Mais ce ne sont pas seulement les consommateurs qui sont responsables des changements ; les entreprises doivent modifier leurs méthodes de production, les produits doivent être plus respectueux de l’environnement et permettre d’économiser de l’énergi.

L’Union européenne et notamment les dirigeants nationaux, doivent soutenir les initiatives en faveur de l’environnement. Cela signifie qu’on ne devrait donner de subventions que pour les produits qui ont besoin d’un soutien, la réduction de 20% doit être atteinte et la « politique énergétique étrangère » placée au cœur des mêmes valeurs environnementales que la politique européenne. Changer pour renouveler la même politique en Europe en apportant de plus en plus de gaz de Russie ou des pays de l’OPEC n’est pas seulement contradictoire, c’est aussi contre-productif.

Cependant, cela signifie également qu’il doit y avoir des campagnes de sensibilisation sur le climat, l’environnement et un mode de vie durable. C’est un travail que l’Union européenne est capable d’accomplir et devrait également vouloir mener. Ensemble, nous pouvons changer le changement climatique !

Illustration : Photographie « le changement climatique » par TWM TM’s, de Flickr.

Vos commentaires

  • Le 5 décembre 2007 à 08:02, par ? En réponse à : Le changement climatique : et l’Europe dans tout cela ?

    « S’il y a bien une question qui illustre parfaitement - aujourd’hui - la crise de l’Etat-nation et son impuissance flagrante à répondre efficacement aux défis de l’avenir, c’est bien l’actuelle crise écologique du réchauffement climatique... »

    Ci-dessous, le lien électronique pour lire la suite :

    « Climat : chronique d’une catastrophe annoncée »

Commenter cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom