Le réchauffement climatique entraine une précipitation folle pour le contrôle de l’Arctique

, par Courtney Lobel, Dumitru Drumea

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Le réchauffement climatique entraine une précipitation folle pour le contrôle de l'Arctique

Alors que les défenseurs de l’environnement déplorent les effets négatifs du changement climatique, des intérêts financiers cherchent à capitaliser sur un aspect plus lucratif du réchauffement climatique. La fonte des glaces a encouragé les constructeurs des bateaux, les compagnies pétrolières et gazières à faire du lobbying auprès des gouvernements pour que ces derniers adoptent des politiques qui permettraient d’explorer une zone économique émergente et improbable – l’Océan Arctique.

En raison du du changement climatique, la région Arctique est devenue une zone de dispute entre les États pour le contrôle du passage de Nord-Ouest. Ce passage est une voie maritime, qui, jusqu’à récemment, était considérée comme inexplorable à cause des glaces qui couvraient cette région une grande partie de l’année. Aujourd’hui les glaces disparaissent, ce qui donne la possibilité à la navigation maritime et aux gisements pétroliers de voir le jour. Ce passage permettrait aux bateaux de réduire le temps de voyage entre l’Europe et l’Asie de moitié en comparaison avec les voies traditionnelles de passage (qui traversent aujourd’hui le Canal de Suez). Les voies maritimes Trans-Atlantiques diminueraient, quant à elles, d’un quart si on utilise le passage du Nord plutôt que le Canal de Panama. Quand on considère le baril du pétrole vaut plus de 100 $ le baril, le développement précipité d’un passage très rapide Nord-Ouest et les réserves inexploitées du pétrole de la région, cela pose de grandes questions quant à la souveraineté de l’Arctique pour cinq pays qui ont, en raison de leur proximité de la région, des revendications territoriales sur cette zone : États-Unis, Canada, Russie, Norvège et Danemark.

Pour donner une signification politique et économique à l’Arctique, la Convention des Nations Unies du Droit de la Mer (UNCLOS) est entrée en vigueur en 1994. Elle a donné aux États une période de dix ans après la ratification pour délimiter à 370 km de leurs côtes leur zone économique, prévue par le traité. Pour cette raison, quatre pays parmi les cinq mentionnés ci-dessus ont rapidement ratifié la UNCLOS et financent des projets qui pourraient légitimer leurs revendications dans les eaux Arctique. Les États-Unis représentent la seule exception ; bien que signataire, le pays doit encore ratifier la UNCLOS auprès de son Sénat.

la Russie se montre particulièrement maladroite quant à ses prétentions territoriales sur l’Arctique

L’enjeu Arctique deviendra encore plus important pour la Communauté européenne quand le référendum d’auto-gouvernance aura lieu au Groenland en 2008. L’indépendance vis-à-vis du Danemark est devenu un sujet fortement discuté par les groupes politiques du Groenland, grâce aux nouvelles opportunités d’exploitation de ressources naturelles issues du réchauffement climatique.

Un autre souci vient du fait que la Russie se montre particulièrement maladroite quant à ses prétentions territoriales sur l’Arctique. Au mois d’août 2007, deux sous-marins russes ont été envoyés dans l’Océan Arctique sous le Pôle Nord, où ils ont accroché un drapeau russe résistant à la rouille des fonds marins. La mission a été qualifiée par la Russie comme scientifique, mais le drapeau a soulevé des interrogations quant à la course pour le contrôle des ressources, potentiellement grandes, du sous-sol arctique. Moscou a déposé une pétition auprès de l’ONU pour que celle-ci accorde à la dorsale de Lomonosov la valeur d’une prolongation naturelle du territoire russe. Si elle réussit, la Russie pourra réclamer 1.1 millions de kilomètres carrés de surface maritime en Arctique, ainsi que toutes les ressources naturelles qui vont avec. Et tout cela ce passe au même moment que l’Europe essaye de se débarrasser de sa dépendance face au pétrole russe, une bataille qui ne devrait pas être perdue par le responsables politiques de l’UE.

Le changement climatique est non seulement un enjeu important ou une crise menaçante en termes environnementaux, il est aussi un enjeu de gestion des intérêts économiques et politiques émergents. Un engagement et une prise de conscience de la part des citoyens et des gouvernements sont nécessaires pour assurer une répartition équitable des ressources de l’Arctique. Des mesures spéciales sont aussi nécessaires pour assurer les droits des populations autochtones des cinq pays Arctiques. Quelles que soient les bénéfices des explorations pétrolières ou des nouvelles voies maritimes, ils doivent être redistribués partiellement à ces communautés. Le Conseil de Arctique, institué en 1996, est un forum intergouvernemental qui a été créé justement pour atteindre les objectifs énoncés ci-dessus. Le Conseil offre la possibilité de coopération, de coordination et d’interaction entre les États Arctiques avec l’implication des populations autochtones. Les enjeux tels que le développement durable ou la protection de l’environnement dans l’Arctique sont parmi les priorités du Conseil, qui se fait de plus en plus convoiter par les gouvernements étrangers qui ont des projets pour le développement du potentiel pétrolier de la région.

Les citoyens sont concernés et devraient faire pression sur leurs gouvernements, pour que ces derniers s’engagent plus activement dans la politique pour l’Arctique dans le cadre établi par le Conseil Arctique et assurer l’adoption des accords équitables pour le développement futur. Seulement à travers ce genre de participation globale les États peuvent – littéralement – tracer les eaux des enjeux de la globalisation.

Illustration : surface arctique, source : Wikipedia

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom