Convention des citoyens européens

« Mais où sont les citoyens !? »

Analyse de la deuxième Convention des citoyens européens

, par Traduit par Emmanuel Vallens, Peter Matjašič

Toutes les versions de cet article : [English] [français] [italiano]

« Mais où sont les citoyens !? »

La deuxième Convention des citoyens européens organisée par l’UEF (Union des Fédéralistes Européens) s’est tenue à Vienne, en Autriche, fin juin 2006. En résumé : le bulle des convaincus reste intacte, mais le lien avec les citoyens est lui toujours aussi absent.

Sans surprise, la date de l’événement avait été soigneusement choisie pour coïncider avec la fin de la Présidence autrichienne du Conseil européen. C’est ainsi que devait pouvoir perdurer l’approche de la conférence qui entendait à la fois discuter des questions européennes et d’assurer un lien direct entre des élites politiques distantes et une société civile européenne tout aussi distante.

Selon les organisateurs, ces deux jours devaient permettre aux citoyens européens de se rencontrer au sein de la Convention et de discuter des questions clés du projet européen, d’évaluer les progrès accomplis durant les mois précédents et de faire des recommandations pour l’avenir du processus constitutionnel. L’objectif était de 300 participants venus de toute l’Europe : députés européens et nationaux, représentants de la société civile et le grand public. Pour dire les choses gentiment, la réalité fut toute différente.

Que s’est-il passé ?

En fait, la Convention n’a pas duré plus d’une journée, commençant le jeudi en fin d’après-midi et se terminant à 17 heures le vendredi. En soi, ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Le problème réside dans la nature même de la Convention des citoyens, qui était censée constituer une méthode innovante d’impliquer divers acteurs concernés par les questions européennes, en particulier l’avenir de l’Europe et son processus constitutionnel, des personnalités politiques de premier plan aux organisations et militants de base, jeunes comme vieux.

Alors qu’on a pu qualifier de succès et de bonne première étape la première Convention des citoyens européens organisée à Gênes en décembre dernier, il a semblé cette fois-ci s’agir beaucoup trop d’une conférence viennoise typique, où les politiques de différents niveaux ne rencontraient que des membres de l’UEF et des JEF. En d’autres termes, des gens qui ne prêchaient que des convaincus. Aucun des représentants attendus de la société civile, autres que les habituels UEF, MEI [1] et JEF, presque pas de participants du grand public dans l’assistance, une très faible couverture médiatique, et encore moins de résultats concrets. Au moins la Convention de Gênes avait-elle produit un manifeste.

Toutefois, vu comme une conférence, l’événement fut sans nul doute un très grand succès : des intervenants de qualité, certains de très haut niveau comme Pat Cox, [2] une préparation et une organisation très efficaces essentiellement grâce aux membres de la JEF Autriche et à l’UEF international, une très belle réception avec buffet dans le merveilleux Hôtel de Ville de Vienne et des tables rondes typiques de ce type de conférence. L’idéal pour tout Européen convaincu habitué à ce type de réunions dans tout le continent.

Mais quel était donc le thème de cette Convention-conférence ? Les organisateurs l’avaient intitulée d’après l’expression de Victor Hugo « Les Etats-Unis d’Europe », un hommage, également, au Premier ministre belge Guy Verhoftsadt et à son dernier livre, éponyme, sur les questions européennes. Le sujet fut essentiellement évoqué lors de la table ronde d’ouverture par des intervenants comme Didier Donfut, Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes belge, et Reinhard Rack, député européen autrichien.

Le deuxième jour de la conférence était censé être consacré à quatre groupes de travail dans lesquels se seraient répartis également les participants, afin de traiter des grandes questions du projet européen. Les quatres sujets traités étaient la gouvernance économique européenne, le modèle social européen, les jeunes comme potentiel humain de l’Europe, et l’Europe comme force de paix. Malheureusement, certains groupes étaient presque déserts, et rien de concret n’en est résulté, car les discussions n’étaient pas organisées et n’avaient pas comme objectif de produire un résultat cohérent. Elles offraient simplement un espace de débat ouvert. Approche certes légitime et parfaitement valable, mais on aurait attendu un peu plus d’une prétendue Convention des citoyens européens.

Des pistes pour l’avenir

Quoique la Convention des citoyens de Gênes parvînt à impliquer de nombreux représentants d’ONG et même à organiser une action de rue, on devrait pouvoir faire encore plus pour accroître la visibilité et l’accessibilité de tels événements. Des mesures concrètes pour améliorer le concept même de la Convention des citoyens pourraient être de faire descendre dans la rue les politiques ayant participé à la conférence, pour qu’ils puissent parler aux gens, leur demander directement ce qui les préoccupe dans l’Europe, leurs besoins et leurs envies ; parfois, la simple écoute vaut mieux que tous les discours.

Conclusion

Il semble au final que les organisations pro-européennes n’ont toujours pas tiré les leçons de leur échec de 2005 à communiquer sur les aspects positifs de l’UE auprès du grand public et des citoyens ordinaires. En participant à cet événement, j’ai pu réaliser l’ampleur de la tâche qui nous attend : il est grand temps que nous cessions de prêcher des convaincus pour nous tourner vers ceux qui ne sont pas nécessairement de notre avis, mais qui partagent néanmoins notre vision d’une Europe fédérale démocratique, mieux régulée, transparente et proche du citoyen.

Arrêtons de parler des citoyens. Parlons avec eux !

(Document traduit de l’anglais par Emmanuel Vallens, membre du bureau national des « Jeunes Européens - France »).

- Illustration :

Photographie de la conférence d’ouverture de la seconde conférence européenne des citoyens. (cc) Peter Matjasic

- Avertissement :

Les opinions exprimées dans cet article sont purement personnelles et ne représentent en aucun cas les positions de JEF Europe en tant qu’organisation.

Mots-clés

Notes

[1Mouvement Européen International, n.d.t.

[2Président du MEI, ancien Président du Parlement européen, n.d.t.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom