N’est pas fédéraliste qui l’annonce !

, par Nicolas Delmas

N'est pas fédéraliste qui l'annonce !
Dessinateur : Frep http://www.crayondenuit.com/

À l’heure actuelle, une notion trouve une place de choix dans l’espace public. C’est même un florilège d’intentions. Tout le personnel politique européen semble soudain vouloir faire le grand saut. Gardons nous pourtant d’en tirer une satisfaction excessive, car jamais ce mot ne fut aussi galvaudé.

Beaucoup (pro-européens ou non) paraissent prendre au pied de la lettre les propos actuels. Ainsi, récemment, c’est Hervé Morin qui s’est félicité du discours de Toulon du président de la République. Dans le courant opposé, c’est Marine Le Pen qui s’est indignée face à la même déclaration. Les deux décèlent la même « intention fédérale » pour en tirer un avis différent selon leurs opinions respectives. Or, dans les deux cas, c’est au mieux dévoyer la notion de fédéralisme en vendant des inepties à la presse, c’est au pire méconnaître sa définition.

Il ne suffit pas de parler d’Europe pour être fédéraliste. Soyons honnêtes. Aujourd’hui, plus personne ne s’affiche contre toute organisation en Europe. Le débat porte sur l’évolution (voire même pour certains, la révolution) que doit subir la construction européenne. Le régime actuel de l’Union européenne a le mérite de ne satisfaire personne et de rassembler partisans et contempteurs du fédéralisme, comités de soutien à l’Europe et personnes favorables à la nation.

C’est en raison de cette coalition baroque que nait une confusion dans les esprits. Tout discours en faveur de l’Europe se voit désormais qualifié d’appel au fédéralisme. Néanmoins, une telle interprétation pourrait être considérée comme une manœuvre politicienne si le sujet dont il est question n’apparaissait pas aussi abscons/incompréhensible pour le citoyen lambda.

Ici, avec ces mélanges de positions, le citoyen se perd. Monsieur Sarkozy ou Madame Merkel sont désormais vus comme des défenseurs ardents de l’Union. Pourtant, derrière cette agitation de façade, se cache la seule envie de protéger les nations, française et allemande, qui appartiennent à l’Union. Or, la démocratie nécessite de la pédagogie sous peine de basculer dans la démagogie.

Les enjeux doivent être clairement dégagés et mis sur la place publique. Oui, le fédéralisme est la seule solution pour sortir l’Europe de l’ornière. Mais, ce jeu dangereux des amalgames détruit les efforts réels de différenciation entre l’Europe des États et l’Europe fédérale. Cette dernière ne doit pas être identifiée au jeu risqué auquel se livrent les gouvernements nationaux. Il faut rappeler le poids de chaque mot et ne pas avoir peur de choisir le vrai changement.

Il ne suffit pas de faire une annonce grandiloquente pour devenir fédéraliste. Il serait temps, qu’aux discours d’intention, succèdent les actes d’attention. Le projet européen mérite d’être pleinement défendu.

Cependant, ce déluge de paroles bienveillantes du personnel politique finit par cacher le comportement malveillant de certains chefs d’État ou de gouvernement. On ne peut pas vouloir promouvoir l’Europe et mettre en place des inconnus totalement inaudibles en cette période de crise.

Mots-clés

Vos commentaires

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom