Norberto Bobbio et la question internationale.

, par David Soldini

Norberto Bobbio et la question internationale.

L’État et la démocratie internationale - Norberto Bobbio Éditions Complexe, 2001

Bobbio ou le souci du scientifique

Si les internautes francophones tapent sur un moteur de recherche le nom de Norberto Bobbio, ils trouveront plus de trente milles références, dans plusieurs langues, mais bien peu en français.

Si les lecteurs français interrogent les libraires ils ne trouveront que deux ou trois références à son nom, des livres souvent épuisés, non réédités ou simplement plus en stock. Pourtant, la mort de ce penseur politique italien, le 9 janvier 2004 a ému les intellectuels du monde entier. Difficile d’expliquer le silence quasi unanime des intellectuels français, et en général des médias, si ce n’est en fustigeant, encore, les penchants provinciaux et nationalistes de la science politique en France.

Norberto Bobbio, professeur turinois, n’était ni un prophète, ni un mystique de la politique, ni un idéologue, mais bien un penseur et un chercheur. Préférant l’analyse, et surtout la méthode analytique aux élucubrations habituelles des commentateurs politiques contemporains, renouant avec la tradition des philosophes classiques, Hobbes, Locke, puis Kant et Hegel, Bobbio se démarque clairement de ses contemporains par la précision de son analyse et la rigueur de sa méthode. Séduit par le positivisme scientifique, par la philosophie analytique et ses possibles applications aux sciences politiques, Bobbio va forger une pensée radicale, fondée sur la valeur démocratique comme moyen de réalisation des idéaux de liberté et d’égalité.

La méthode analytique au service des sciences politiques et sociales

Ses réflexions sur le droit sont symptomatiques de sa méthode. Convaincu par l’approche positiviste et normativiste de Hans Kelsen, qui considère le Droit uniquement comme un système de normes organisées hiérarchiquement, pouvant donc s’adapter à différents systèmes de valeurs, Bobbio ne nie pas pour autant l’existence d’un droit naturel, expression collective d’une éthique personnelle, et tente, avec succès, de diviser les problèmes. Son analyse juridique, présentée dans ses Etudes sur la théorie générale du droit, va profondément marquer la science juridique de l’après guerre et ouvrir la voie à la conciliation définitive des deux grandes écoles juridiques, les naturalistes et les positivistes.

L’ouvrage présenté, L’État et la démocratie internationale, est un recueil de texte portant sur la question démocratique et ses implications au niveau international. Refusant l’analyse strictement historique des mouvements politiques, Bobbio, se concentre sur la recherche conceptuelle et considère les principales idéologies modernes (démocratie, libéralisme, socialisme) comme des systèmes de valeur qu’il est possible de détacher du contexte historique dans lequel ils se sont forgés. Sur la question controversée de l’analyse des relations internationales, Bobbio réfute la thèse selon laquelle l’État nation serait le paradigme de l’action politique et de la démocratie. Refusant la division traditionnelle entre politique nationale et politique internationale, Bobbio s’interroge, à la lumière des évolutions modernes de la politique, de la science et en particulier du nucléaire, sur les limites de l’État et de son action.

D’un point de vue interne, Bobbio remarque la dégénérescence naturelle des formes d’organisations traditionnelles, qui n’offrent pas d’espace suffisant aux « corps intermédiaires » qui se situent entre l’État et l’individu, c’est à dire la société civile, qui demeure un élément nécessaire au respect des principes démocratiques. Cela entraîne un développement de la technocratie et une réduction de la démocratie, la complexité du monde moderne n’étant pas saisissable par les formes traditionnelles d’expression politique. Du point de vue externe ou international, Bobbio remarque l’incapacité aujourd’hui pour de nombreux États d’agir dans des domaines fondamentaux de la politique à cause de la persistance d’un état d’anarchie internationale, permettant le règne du plus fort, et ne faisant aucun cas de la question de l’intérêt général universel.

De la théorie à la pratique : un penseur pragmatique.

Se démarquant des utopistes, Bobbio tente d’expliquer les raisons de ces blocages et envisage des évolutions salutaires possibles. Refusant à la fois l’idéalisme et le faux pragmatisme immobiliste, Bobbio renouvelle l’approche kantienne fondée sur l’évolution possible vers un État de paix lui-même peut-être impossible à atteindre. Mais, en posant le principe éthique et moral comme fondement de son approche politique, tout en refusant pour autant la simplification classique des utopistes l’œuvre de Bobbio est une formidable réinterprétation moderne des Lumières, le mouvement qui a donné naissance à la démocratie en Europe.

Et c’est bien dans le processus d’unification européenne que Bobbio identifie l’avenir des relations internationales et de la politique. L’Europe peut représenter ce paradigme de la politique, capable à la fois d’incarner le lien nécessaire entre une personne et son proche entourage, sa patrie, et de favoriser l’établissement concret et progressif de la paix. Cela n’est évidemment possible que si les États renoncent à l’excès de souveraineté qui les caractérisent aujourd’hui et qui forme le socle de l’anarchie internationale, et du règne de la force qui domine les relations internationales. Ce renoncement à l’autorité absolue doit être fait au profit d’une entité supra-nationale, mais doit également procéder selon Bobbio d’un mouvement de décentralisation, régionalisation et fédéralisation des anciens États nations unitaires, qui ont représenté, un temps, le paradigme de la démocratie mais qui en sont aujourd’hui le principal obstacle.

Bibliographie de Norberto Bobbio en langue française :

- La philosophie politique de Kant - Ouvrage collectif - Éditions PUF

- Libéralisme et démocratie. Éditions Cerf Humanité

- Droite et Gauche - Essai sur une distinction politique. Éditions Seuil Essai.

- Essais de théorie du droit. (Recueil de textes). Éditions L.G.D.J Bruylant.

- L’État et la démocratie internationale - De l’histoire des idées à la science politique. Éditions Complexe

Mots-clés

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom