Relier Lisbonne et Odessa en Caravelle...

, par Fabien Cazenave

Relier Lisbonne et Odessa en Caravelle...
image d’une caravelle issue de la page facebook du projet « Lisbonne-Odessa »

Partir pendant quatre mois, à bord d’une réplique exacte des caravelles portugaises du XVe siècle, pour une expédition reliant les 2 extrémités du sud de l’Europe... voilà le pari un peu fou d’Arnaud Julien du projet « Lisbonne - Odessa ».

Taurillon : Le projet « Lisbonne - Odessa », qu’est-ce que c’est ?

Arnaud Julien : Le projet « Lisbonne-Odessa » c’est un rêve d’Européen pour renouer avec un optimisme identitaire en quasi-voie d’extinction. C’est un projet ambitieux de série documentaire à travers 13 pays d’Europe du Sud, sur le renouveau des traditions européennes. Artisans, musiciens, experts et citoyens nous feront découvrir leurs créations et leurs coins secrets en caméra subjective, c’est à dire sans animateur, en s’adressant directement aux téléspectateurs.

En faisant escale le long du littoral de cette Grande Europe, nous deviendrons les explorateurs de notre propre continent pour mieux en révéler les richesses, et faire découvrir à ses habitants des métiers et des lieux insolites, ainsi qu’un style musical innovant, le tout entre modernité et tradition. Cette odyssée culturelle aura lieu à bord d’une réplique de caravelle portugaise du XVe siècle en 2014 pendant 4 mois, du Portugal jusqu’en Ukraine.

Taurillon : Pourquoi partir en « Caravelle » ? Qu’est-ce que cela change ?

Arnaud Julien : Le choix de la caravelle s’est imposé tout d’abord de façon symbolique, puis pratique et enfin esthétique. Symbolique parce qu’elle représente l’âge d’or des grandes découvertes des Européens à travers le monde. Les caravelles évoquent encore à ce jour exotisme et aventure. En abordant notre propre territoire comme des explorateurs modernes, nous relieront le passé au présent pour mieux présenter l’Europe comme une entité dans son ensemble.

Pratique, ensuite, car cette caravelle sera à la fois notre moyen de transport et notre lieu de travail. Les concerts de musiques Electro-Trad auront lieu à bord et en public, dans le port de chaque ville. Les rivages seront eux aussi filmés depuis la Vera Cruz pour révéler toute la beauté des paysages de notre littoral. Et esthétique enfin, car cette caravelle sera non seulement le fil rouge de la série mais aussi la « star » que nous mettrons en scène dans de superbes décors, notamment grâce à un drone téléguidé, équipé d’une caméra vidéo reflex, pour obtenir des prises de vues exceptionnelles depuis les airs.

Taurillon : Vous avez déjà produit un documentaire sur les Européens, intitulé « EuropAlive ». Pourquoi travaillez-vous sur cette thématique de l’Europe ?

Arnaud Julien : Ce projet est le prolongement d’un premier travail intitulé EuropAlive, auto-produit en 2010 qui m’a occupé pendant 3 ans. Aujourd’hui plus que jamais, il apparaît urgent de communiquer autrement, plus activement et plus intelligiblement sur l’Europe auprès de ses citoyens, en se concentrant non plus sur des aspects négatifs, techniques, politiques ou économiques, mais sur sur ce qui nous touche tous : l’Humain. Entre tradition et modernité, « Lisbonne-Odessa » cherche ainsi à relier toutes les générations d’Européens, d’ouest en est, dans une Grande Europe unie par sa diversité et sa créativité, au-delà de tout sensationnalisme.

Taurillon : Quelles sont les prochaines étapes dans la réalisation de votre projet ?

Arnaud Julien : A ce jour nous avons effectué d’amples recherches sur les 13 pays du projet Lisbonne-Odessa. Nous avons constitué depuis plus d’un an une base de données de plus de 1500 contacts, incluant différents experts, dont des ethnomusicologues, historiens et scientifiques, ainsi que des guides professionnels, des associations liées aux activités maritimes et culturelles de chaque ville, et bien sûr les groupes et artistes liant musiques traditionnelles et Electro.

Depuis le début du mois de juin, le repérage a commencé au Portugal et en Espagne et je me trouve actuellement à Marseille où un vidéaste espagnol, Eduard Figueres, ainsi qu’un second vidéaste Australien, Ryan Jasper Walsh, vont se joindre à moi dès le 1er juillet pour le reste de cette période de repérage. Nous passerons les deux prochaines semaines à confirmer rendez-vous et contacts, et si nous obtenons suffisamment de dons sur notre page de campagne crowdfunding Ulule, nous pourrons repartir ensemble terminer cette phase de repérage jusqu’à la mi septembre pour terminer l’écriture de la série d’ici la fin de cette année.

Ce projet ne sera financé que si au moins 2.400 € sont collectés avant le 14 juillet 2013. Vous pouvez participer à partir de 5 € ou plus sur le site : Ulule.com

Lien vers la vidéo de présentation du projet Lisbonne-Odessa

Lien vers la page facebook du projet Lisbonne-Odessa

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom