Hongrie

Révolution en Hongrie : une demande de changement

par Vaida Jazepčikaitė (JEF-Lituanie), actuellement à Budapest

, par Traduit par Emmanuel Vallens, Vaida Jazepčikaitė

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Révolution en Hongrie : une demande de changement

Cela dure depuis presque une semaine. [1] On peut voir des citoyens mécontents ou même en colère dans le métro, les parcs, les magasins, partout. On ne s’étonne donc plus que les Hongrois préfèrent rester chez eux le soir, quand leurs lieux de sortie favoris sont barricadés soit par des révolutionnaires, soit par la police, ou, pis encore, s’ils risquent de se retrouver soudainement pris au milieu d’une émeute. Mais que se passe-t-il donc ?

Une réponse possible est que le gens sont très mécontents de ce qu’ils ont entendus dans un enregistrements récemment rendu public, dans lequel le Premier ministre hongrois Ferenc Gyurcsany s’exclame « On a merdé. Pas un peu. Beaucoup... Il était évident que ce que nous disions n’était pas vrai... Vous ne pouvez pas me citer une seule mesure gouvernementale dont nous puissions être fiers... J’ai failli mourir quand j’ai du prétendre que nous étions effectivement aux commandes. Nous avons menti matin, midi et soir. »

Pour d’autres, il est grand temps de réformer l’économie hongroise, qui se déteriore depuis plusieurs années de suite. La cible actuelle de déficit public fixée par le gouvernement est de 6,1% du PIB pour 2005 (contre 4,6% dans le rapport de convergence) en raison de l’inclusion des contrats autoroutiers dans les comptes publics.

Au-delà de la nécessité de contenir les déficits jumeaux, plusieurs réformes structurelles sont en cours. La réforme du système de santé, très débattue, a été retirée de l’ordre du jour par Gyurcsány et a été repoussée à après 2006. Par conséquent, le déficit des comptes sociaux va continuer de croître et le financement du système de santé toujours sans solution.

La Banque mondiale a récemment annoncé dans son rapport trimestriel que le déficit public hongrois pourrait atteindre près de 7% du PIB, à moins que le nouveau gouvernement n’introduise des réformes rapides et profondes. Mais ceux qui protestent sont justement opposées à ces réformes douloureuses.

« Nous avons menti matin, midi et soir. » - Ferenc Gyurcsány, Premier ministre hongrois

Dans deux semaines [2], des élections municipales sont prévues et l’opposition pourrait tirer pleinement avantage de la situation, en prétendant pouvoir faire mieux en apportant les changements que tout le monde attend. Samedi matin, les tentes se dressaient encore à côté du Parlement. Il semble que la « révolution » se calme. Soudain, quelqu’un sort de la foule, monte sur la scène et commence à haranguer l’assistance, l’incitant aux réformes ou à soutenir ceux qui les mettront en oeuvre. Et les citoyens le croient, car il est l’un d’eux.

Personne ne sait qui ment ou se tait sur les questions qu’il vaut mieux garder discrètes. Oui, le Premier ministre a menti, et l’a reconnu très franchement, mais qui peut dire si le type qui est sur l’estrade ne ment pas, lui aussi ?

La Hongrie a besoin de changement, et chacun le reconnaît (y compris le Premier ministre). Pour l’instant, difficile de dire qui la guidera sur ce chemin. Un nouveau Premier ministre ? Et sinon, comment l’actuel pourra-t-il continuer ? Quel genre de réformes les Hongrois attendent-ils ? Autant de questions qui restent pour l’instant sans réponse.

En attendant, les gens continuent de se rassembler chaque soir en demandant un changement dans la politique, dans l’économie. Dans leurs vies.

Cet article a été traduit de l’anglais par Emmanuel Vallens, membre du bureau national des « Jeunes Européens France ».

- Sources :

Notre auteur, Vaida Jazepčikaitė, réside actuellement à Budapest et cet article est basé sur son expérience personnelle durant ces jours de manifestations.

- Illustration :

Le visuel d’ouverture cet article est une photographie (datée du 24 septembre dernier) des récentes manifestations de Budapest : document tiré du site de partage photographique Flickr.

Mots-clés

Notes

[1article publié le 25 septembre 2006

[2Ndlr : le week-end dernier.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom