Russie

S’émanciper du poids de la Russie : qu’est ce que cela signifie pour les pays de l’Est ?

, par Katarzyna Korolko

S'émanciper du poids de la Russie : qu'est ce que cela signifie pour les pays de l'Est ?

En avril 2007, les autorités estoniennes ont décidé de déplacer le monument à la mémoire des soldats soviétiques morts durant la Seconde guerre mondiale du centre de la capitale vers le cimetière militant. Ce projet a provoqué des émeutes qui ont entrainé la mort d’une personne et plus de 100 blessés. A Moscou, des jeunes pro-Kremlin ont bloqué pendant plusieurs jours l’accès de l’ambassade estonienne. La Chambre haute du parlement russe, a réclamé la rupture des relations diplomatiques avec le pays balte. Cette défiance vis-à-vis de la Russie est un sentiment partagé dans les anciens « pays de l’Est » de l’Union européenne.

Le « Soldat de bronze » cristallisait depuis plusieurs mois les tensions entre Moscou et Tallin. La minorité russophone d’Estonie représente environ un tiers de la population du pays. Cette statue symbolise :
- pour les Russes, la victoire de la coalition anti-Hitler sur le nazisme ;
- pour les Estoniens de souche, elle marque le début de cinquante années d’occupation soviétique.

En déplaçant la statue controversée, le gouvernement estonien voulait éviter « les affrontements qui ont eu lieu devant la statue le 9 mai 2006 entre les jeunes activistes russes et des militants nationalistes estoniens ». Il n’y a pas réussi. Paradoxalement, un sondage montre que 80% des Estoniens approuvent l’action du gouvernement : pour eux, le déplacement de ce « Soldat de bronze » n’est que la confirmation de son indépendance, recouverte en 1991 et scellée par l’adhésion à l’Union européenne et à l’OTAN en 2004.

L’exemple polonais

Cette défiance vis-à-vis de la Russie est par exemple partagée par un pays comme la Pologne. Celle-ci avait déjà noué les relations diplomatiques avec la CEE (Communauté Économique Européenne) en 1988, un an avant la chute du régime communiste dans ce pays. Après des négociations de la « table ronde » et des élections libres, la Pologne avait signé l’accord de commerce et de coopération économique. En 1998, les négociations d’adhésion à l’Union européenne ont commencé, pour aboutir le 1 mai 2004. Dans une ambiance d’euphorie, la Pologne a supporté la révolution orange en Ukraine ce qui a poussé la Russie a porter un embargo sur sa viande. Aujourd’hui, les résultats de ce processus se ressentent dans les relations diplomatiques de l’Union européenne avec le président Poutine : le veto polonais bloque le lancement des négociations sur un accord de partenariat UE-Russie. La Lituanie qui a appuyé la démarche polonaise voit sa raffinerie de Mazeikiu (la seule qui desserve les trois pays baltes) qui n’est plus approvisionnée en pétrole russe depuis juillet 2006... quand elle a été achetée par le groupe pétrolier polonais PKN Orlen.

Les populations de l’Est ont besoin de gestes forts de l’Union européenne

Ces actions des pays de l’Est ont le même but : s’émanciper du poids de la Russie. Au-delà des raisons économiques, l’adhésion à l’Union européenne signifie l’approbation internationale de leur souveraineté. C’est pourquoi, aujourd’hui, la population de ces pays est largement pro-européenne. En même temps, il faut être conscient qu’ils n’ont pas adhéré « les mains vides ». Les pays fondateurs de l’Union européenne sont aussi les bénéficiaires de cette élargissement. D’une part, parce que les pays de l’Est offrent un plus grand marché de consommateurs. D’autre part, parce que la frontière à l’Est de l’Union européenne est, depuis l’adhésion de ces pays, mieux protégée, et par conséquent, plus stable. En plus, leur grande expérience des contacts avec la Russie pourrait être utile pour élaborer la politique commune vis-à-vis de Moscou.

Cela explique pourquoi l’Union européenne doit supporter des initiatives « locales » de ses membres. Elle a pourtant laissé se dérouler le sommet de Krakow en mai 2007 [1] concernant la sécurité énergétique dans la région sans se prononcer. Cependant, selon la Pologne et les pays baltes qui sont dépendant du pétrole et du gaz russe, la question de la sécurité énergétique doit être l’un des leitmotivs de la politique européenne. C’est pourquoi la Lituanie a fait confiance aux Polonais en leur vendant sa raffinerie de Maizeikiu. C’est aussi pourquoi la Pologne demande des garanties de solidarité et de sécurité énergétique...

Une Europe politique permetrait porter une diplomatie plus appaisée que celle qui se déroule au niveau national. L’attachement à l’Europe marque bien la volonté de vivre la démocratie des pays de l’Est. Si l’Union européenne veut y renforcer ses valeurs, elle devra soutenir leur efforts de s’émanciper de la Russie.

Cela serait un geste important dans la conscience collective de ces peuples pour lesquels une Europe politique signifie en réalité une plus grande protection de leur souveraineté.

Illustration : carte de l’Europe de l’Est issue de Wikipedia.

Sources :
- « Pologne : le prix de l’adhésion » ; La lettre Jean Monet, N°8, mai 2003 ; Maryline Dupont-Dobrzynski et Bernard Dupont
- « Estonie : réactions suite au vote du Parlement favorable au retrait du Soldat de bronze » sur le site Northcompass.org
- « L’Estonie fait face à la colère de Moscou » ; Le Figaro ; Fabrice Nodé-Langlois, 4 mai 2007

Notes

[1dont le but était de trouver une voie de transit des ressources énergétiques de la région Caspienne contournant la Russie

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom