Kosovo

Serbie et Kosovo ensemble dans l’Union européenne, mais... dans quelle UE ?

Communiqué de presse de la JEF-Europe

, par Dumitru Drumea, JEF Europe

Toutes les versions de cet article : [English] [français] [italiano]

Serbie et Kosovo ensemble dans l'Union européenne, mais... dans quelle UE ?

Le 17 février 08 un nouvel Etat est né sur le continent européen. Cependant, cette naissance n’a pas été célébrée par tous, provoquant des divisions profondes au sein de l’Union européenne et de l’ONU.

« En ce moment critique dans la région des Balkans, la JEF Europe invite la jeunesse de Belgrade et Pristina d’agir comme exemples pour les gouvernements et les acteurs politiques. La jeunesse du Kosovo et de la Serbie appartient à la même génération européenne et la JEF Europe va créer des opportunités pour les projets communs et pour la coopération mutuelle » a affirmé Samuele Pii, Président de la JEF Europe (Jeunes Européens Fédéralistes).

Vu de la Serbie

« La déclaration unilatérale de l’indépendance du Kosovo va provoquer une instabilité dans les Balkans, ainsi que dans tous les pays du monde où les minorités nationales réclament leur droit à l’autodétermination. L’Union européenne (UE) a échoué sur cette tâche difficile de la prise d’une position commune, et ses États membres se sont prononcés séparément et différemment sur cette question » s’est exprimée Andjelija Arandjelovic, Vice–Présidente de la JEF Serbie.

Vu du Kosovo

« L’indépendance est le premier pas vers l’UE, ainsi qu’une opportunité pour toutes les minorités du Kosovo de bénéficier de l’intégration européenne. En choisissant un drapeau moderne plutôt qu’un drapeau ethnique, nous avons montré comment résoudre les problèmes ethniques dans la région. Nous aspirons de devenir membres de l’Union européenne, ensemble avec autres nations de la région des Balkans »- a affirmé Fehmi Hajra, Président de la JEF Kosovo.

Malgré les différences dans les opinions et les tensions, le Kosovo et la Serbie vont dans la même direction - l’entrée dans l’Union européenne. La JEF pense que dans le contexte de la mondialisation il est impossible d’assurer la sécurité, l’économie prospère et les droits de l’homme aux citoyens européens sans le soutien de la communauté internationale et de l’Union européenne.

« La question qui se pose c’est quel type d’Union européenne les Balkans vont-ils intégrer : une UE avec un vrai gouvernement politique capable d’agir ou une UE qui va plutôt évoluer d’une manière ambiguë ? La JEF salue l’adoption du nouveau traité de Lisbonne, mais nous sommes persuadé que ce nouveau traité ne pourra résoudre ce dilemme. Nos représentants élus sont responsables de trouver des solutions aux défis mondiaux et de l’unité de l’Union européenne. Les défis sont là, et il est grand temps de les relever » a continué Samuele Pii.

Le traité de Lisbonne ne suffira pas pour une Europe à 35

L’indépendance du Kosovo met en évidence les faiblesses et les divergences de la politique étrangère de l’UE – encore incapable de prendre une position commune décisive. Le traité de Lisbonne, une fois ratifié, pourrait bien offrir une solution institutionnelle à une Europe à 27, mais ne suffira pas pour une Europe à 35. Avec l’infrastructure de Lisbonne, l’UE manquera de moyens pour ouvrir ses portes aux autre Etats européens. C’est au Parlement européen de décider sur l’élaboration des propositions institutionnelles dans l’avenir, et la JEF Europe est prête à collaborer avec les MEP qui veulent préserver les valeurs et les objectifs de l’intégration européenne sans construire la « forteresse Europe ».

« Après la ratification du traité de Lisbonne, on doit être prêt aux différents scénarios. Sommes nous prêts d’accepter les nouvelles règles dans l’EP, les pays de l’ex Yougoslavie – la Croatie, le Kosovo, le Monténégro, la Serbie, etc. – auront au total plus de représentants de MEP qu’on pays européen de taille moyenne ? Ce n’est qu’un seul exemple qui démontre qu’après Lisbonne, l’UE et ses institutions auront besoin de réforme radicale. Le moment est venu pour parler de l’avenir de l’UE, en toute honnêteté ! » a conclu Samuele Pii.

Illustration : RIA Novosti

Vos commentaires

  • Le 27 février 2008 à 08:54, par arturh En réponse à : Serbie et Kosovo ensemble dans l’Union européenne, mais... dans quelle UE ?

    C’est en effet au Parlement Européenn de s’emparer de la question des institutions politiques de l’UE à partir de 2009.

  • Le 27 février 2008 à 16:38, par Vincent Guerre (membres des Jeunes Européens-Isère) En réponse à : Comment faire cohabiter la Serbie et le Kosovo dans l’UE ?

    Il est à craindre que le statut du Kosovo devienne une question gelée, un peu comme Chypre. Comment imaginer l’adhésion de la Serbie et du Kosovo dans l’UE alors que la Serbie et plusieurs Etats membres de l’UE ne reconnaitront pas le Kosovo ? Si la Serbie adhère, le Kosovo n’adhèrera jamais. Le nationalisme revient à la mode, que ce soit dans les Balkans, en Belgique ou même dans d’autres pays membres de l’UE. Il semble malheureusement bien difficile de construire une Europe politique dans ces circonstances.

  • Le 27 février 2008 à 18:28, par Ronan En réponse à : Comment faire cohabiter la Serbie et le Kosovo dans l’UE ?

    A moins que le Kosovo (déjà membre ’’à demi’’ de la zone Euro...) n’adhère à l’Union avant même la Serbie...

  • Le 27 février 2008 à 20:52, par valery En réponse à : Comment faire cohabiter la Serbie et le Kosovo dans l’UE ?

    Tant que la Serbie ne livre pas ses criminals de guerre l’hypothèse n’est pas à écarter en effet.

  • Le 28 février 2008 à 07:11, par Ronan En réponse à : Comment faire cohabiter la Serbie et le Kosovo dans l’UE ?

    D’autant plus que les réticences de certains Etats membres de l’UE à l’égard du Kosovo risquent de s’atténuer après les échéances électorales du moment.

    Je pense notamment à Chypre - où un partisan d’une réunification ’’à l’amiable ’’ de l’île vient récemment d’être élu - et à l’Espagne (qui vote ce 9 mars et où la question des « minorités » est régulièrement idéologiquement instrumentalisée, le temps d’un scrutin ; pour souvent retomber, par la suite, dans l’oubli pragmatique...).

  • Le 28 février 2008 à 11:01, par Dimitri En réponse à : Comment faire cohabiter la Serbie et le Kosovo dans l’UE ?

    Ca sera difficile : n’oublions pas qu’il y a des Etats dans l’UE, pour qui le Kosovo fait toujours partie de la Serbie... Le président roumain, Basescu, a confirmé lors de sa rencontre avec Tadic que la Roumanie ne reconnaîtra jamais le Kosovo avant la Serbie. Et la situation ne changera pas : ses adversaires principaux du Parti National Libéral partagent ce point de vue. Il en est de même au Chypre et en Espagne. Et si la Serbie adhère avant le Kosovo, ce qui est plus probable, le conflit va se geler. Le Chypre en est un très bon exemple. Le Kosovo perdra ainsi toutes ses chances d’adhérer à l’UE en tant qu’Etat indépendant.

  • Le 28 février 2008 à 12:52, par Florent En réponse à : Comment faire cohabiter la Serbie et le Kosovo dans l’UE ?

    Juste une idée. A différence de ce qui fut fait avec Chypre, l’UE pourrait rajouter une condition sur la résolution du conflit avant une quelconque intégration (de la Serbie ou du Kosovo). Le processus d’adhésion se transformerait en phase de pacification. Comme ça l’adhésion à l’UE sera perçue comme un processus permettant la résolution du conflit (ce qui ne serait pas si aberrant).

    Mais pour être franc, je pense que les deux pays sont plus intéressés par une adhésion à l’OTAN qu’à l’UE en ce moment.

  • Le 28 février 2008 à 15:11, par Dimitri En réponse à : Comment faire cohabiter la Serbie et le Kosovo dans l’UE ?

    Pas sûr que la Serbie hâte d’adhérer à l’OTAN. Elle perdera ainsi le soutien de la Russie de son partenaire principal . Quant au Kosovo le problème de la reconnaissance persiste, car la Roumanie, l’Espagne, la Grèce ne reconnaissent pas l’indépendance du nouveau pays.

    Par contre, je trouve que l’idée d’obliger les deux pays de trouver un consecus est bonne en soi, sauf que Belgrade pourrait prendre ça mal et nous accuser du chantage.

  • Le 28 février 2008 à 18:51, par Ronan En réponse à : Comment faire cohabiter la Serbie et le Kosovo dans l’UE ?

    Comme Dimitri, je ne suis vraiment pas persuadé que la Serbie soit vraiment très demandeuse d’une adhésion à l’OTAN (Cf. fameux « tropisme historique » pro-russe des serbes...).

    Mais je suis en tout point d’accord avec cette suggestion de Florent de demander que la pacification des relations entre Serbie et Kosovo soit un préalable à toute adhésion de la Serbie à l’UE. (Autant que le malheureux « précédant » de Chypre nous serve de leçon...).

  • Le 29 février 2008 à 10:22, par Dimitri En réponse à : Comment faire cohabiter la Serbie et le Kosovo dans l’UE ?

    Eh oui Ronan, un précédant reste toujours un précédant... En gros, la meilleure façon pour la Serbie de préserver le Kosovo c’est de rentrer dans l’UE avant le Kosovo. Ainsi, le Kosovo sera obligé de négocier avec la Serbie, tout comme le Chypre du Nord avec Nicosia officielle... Les pays européens ont déjà fait un gros abracadabra juridique en reconnaissant l’Etat kosovare, et ils ne pourront pas demander à la Serbie ce qu’ils n’ont pas demander au Chypre... Je me demande comment cela va évoluer...

  • Le 1er mars 2008 à 09:15, par Ronan En réponse à : Comment faire cohabiter la Serbie et le Kosovo dans l’UE ?

    D’où l’intérêt de faire adhérer le Kosovo avant la Serbie dès que les réticences de certains de nos partenaires se seront atténuées (pour Chypre, c’est fait... pour l’Espagne, attendez encore dix jours et la fin de la campagne électorale actuellement en cours... pour les autres, attendez encore un petit moment...).

    Si la Serbie veut encore entrer dans l’UE (ce à quoi personne ne l’oblige...), il serait alors tout de même bon qu’elle accepte ce que pense une très large majorité des Etats membres de la dîte union... et qu’on ne peut guère soupçonner de sympathies orthodoxes et/ou slavophiles aveugles - eux. (D’ailleurs, inutile de préciser qu’il ne devrait pas y avoir de place dans l’Union pour ce genre de ’’cartel diplomatique’’ interne...).

    Si laSerbie continue de faire du chantage à propos du Kosovo, ça se fera à son propre détriment Voilà bien un comportement nationaliste complètement suicidaire (et, de leur part, récurrent...) dont les serbes et la Serbie nous ont singulièrement habitué depuis déjà quelques vingt ans. Mais alors, tant pis pour eux / elle...

  • Le 1er mars 2008 à 12:01, par Ronan En réponse à : Comment faire cohabiter la Serbie et le Kosovo dans l’UE ?

    Un (événement) précédant, certes... mais pas un précédant juridique ayant valeur de jurisprudence (et surtout pas d’exemplarité).

    En tout cas, c’est là un précédant négatif à ne surtout pas reproduire (voilà pour tous ceux qui - arguant de ce « précédant » - voudrait absolument y trouver appuis pour mieux faire avancer leurs « combats »).

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom