Sport, Santé, Bien-être : quelques clés européennes

, par Jean-François Toussaint, Sport et Citoyenneté

Sport, Santé, Bien-être : quelques clés européennes
Piotr Sleboda en Pologne - Source : Wikipedia - auteur : Zymm (CC)

L’activité physique ou sportive (APS) est l’un des moyens les plus efficaces pour prévenir les maladies non transmissibles et lutter contre l’obésité. Consciente de ces enjeux, l’UE déploie depuis 2007 de nombreuses initiatives politiques visant à favoriser, dans chaque Etat membre, le développement de programmes de promotion de la santé par l’activité physique. L’un des six groupes d’experts mis en place par la Commission européenne en 2011 porte justement sur les questions de santé et de participation aux APS. Voici un état des lieux des principales recommandations de ce groupe d’experts, qui clôturera ses travaux le mois prochain à Lisbonne.

L’activité physique ou sportive (APS) est un des moyens les plus efficaces pour prévenir les maladies non transmissibles et lutter contre l’obésité. Les bienfaits de l’activité physique sont maintenant parfaitement connus : réduction du risque de maladies cardiovasculaires, des cancers du sein et du colon, de diabète ; meilleur contrôle du poids corporel ; amélioration de la santé mentale et de l’estime de soi ; renforcement et préservation des capacités d’apprentissage. Les effets de la sédentarité diffusent en revanche dans toute la société, tant au niveau des coûts de santé publique que des pertes de production, en raison de maladies et de décès prématurés estimés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) au même niveau que ceux du tabagisme.

De très nombreux efforts ont été réalisés par les Etats Européens et par l’Union Européenne, dans les secteurs impactés. Le concept « HEPA » (Health-Enhancing Physical Activity) a en effet été promu suite au Livre blanc sur le sport de 2007 et des recommandations proposées par l’UE en matière d’activité physique en 2008 (EU Physical Activity Guidelines), alors que la pratique d’APS de la population européenne ne tend pas à l’augmentation. En 2011, dans le cadre du premier plan de travail sur le sport de l’UE, six groupes experts ont été mis en place autour des questions relatives au sport. L’un d’entre eux se consacre à promouvoir la santé et la participation au sport et à l’activité physique. Lors de son mandat, ce groupe s’est engagé à rendre ses conclusions à l’été 2013 et s’est fixé cinq objectifs (deliverables).

Objectif n°1 : Inciter le Conseil à développer une recommandation pour promouvoir les lignes d’action de l’UE

Le groupe d’experts s’est fixé deux cibles :

  • Recueillir le maximum d’informations sur l’application et le fondement des lignes d’action recommandées par l’UE en matière d’activité physique au sein des États membres.
  • Contribuer à la définition des indicateurs pour surveiller la mise en œuvre des lignes d’action recommandées par l’UE en matière d’activité physique.

Sur le premier aspect, les experts ont repris et analysé les programmes et politiques appliqués par les États membres en matière d’APS pour la santé. Selon le groupe, seize des Etats membres prenaient en compte une partie de ces lignes d’actions. Le groupe a identifié les actions les plus efficaces, les obstacles, les différents coûts ainsi que les forces et les faiblesses de ces plans nationaux. Il en ressort que les principaux obstacles et défis sont la coopération entre les secteurs responsables de la promotion de l’APS dans ses objectifs sanitaires, la nécessité d’un portage du plan par un leader désigné, l’absence de suivi et la pérennité des financements.

Sur le deuxième aspect, le but est d’encourager les efforts déployés au niveau national pour améliorer la qualité des informations recueillies et évaluer les progrès à l’aide d’indicateurs, en relation avec les lignes d’action. Ce travail s’appuie sur les études et les projets antérieurs et sur les résultats d’un atelier organisé à Bruxelles le 29 février 2012. Plusieurs sources d’informations ont été utilisées sur les processus, les impacts et les résultats des politiques nationales, telles que l’inventaire national des documents traitant de la promotion de l’activité physique, le rapport sur les maladies non transmissibles de l’OMS, la base de données européenne sur la nutrition, l’obésité et l’activité physique (NOPA), les enquêtes de santé européenne, les données européennes dans le domaine des transports urbains et des mobilités actives. Ces indicateurs ont été présentés aux directeurs des sports de l’UE (Copenhague, juin 2012) ainsi qu’au groupe européen d’experts en nutrition.

Objectif n°2 : Identifier les meilleures pratiques permettant la coopération des secteurs de la santé (incluant les systèmes d’assurance-santé) et du sport

Au vu des contraintes budgétaires et de la forte pression sur les systèmes de santé, le groupe a considéré que ce domaine comportait de nombreuses opportunités d’amélioration. Quatre questions ont été préparées par le groupe d’experts pour analyser le rôle de l’APS dans les différents systèmes de soins et les assurances santé. Les résultats ont été listés dans un guide incluant les bonnes pratiques.

Objectif n°3 : Favoriser les initiatives dans le cadre de la prévention pour un vieillissement actif

L’année 2012 fut l’Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre générations. Il semblait primordial pour le groupe d’experts d’aborder ce thème majeur de société. Le but est ici d’encourager les Etats membres à accroître leurs efforts pour soutenir le vieillissement actif à travers l’APS. Il est en effet nécessaire de prendre des mesures pour maximiser les années de vie en bonne santé et réduire le risque de dépendance en pratiquant des activités adaptées.

Le groupe a mis en place un questionnaire pour recueillir les informations sur les activités et programmes des Etats membres visant à promouvoir les bienfaits de l’activité physique en prévention du vieillissement. La contribution de l’APS pour un vieillissement « actif » ressort en 3 grands thèmes et, suite aux résultats de ce questionnaire, le groupe s’est mis d’accord sur les recommandations suivantes :

Principes politiques

Les recommandations nationales et européennes concernant le vieillissement actif doivent inclure des références sur les bénéfices et la promotion de l’APS. La promotion de la santé par l’activité physique chez les seniors doit être soutenue par des aides personnelles et financières.

Les programmes nationaux et internationaux sur la promotion de l’activité physique doivent être encouragés chez les seniors.

L’idée est donc de mettre en place des critères de qualité pour l’organisation des pratiques d’APS chez les personnes âgées en impliquant les organisations sportives, les partenaires scientifiques, les professionnels de santé, les professeurs d’EPS et physiologistes de l’exercice, les nutritionnistes et les autres prestataires de services.

Recommandations pratiques basées sur la participation

L’environnement pour la pratique d’APS adaptée doit répondre aux besoins des personnes âgées avec une priorité à la sécurité.

Des campagnes d’information et de sensibilisation doivent être menées sur les effets positifs des APS afin de participer à la prévention du vieillissement au sein de la population.

Les programmes spécifiques de formation des éducateurs sportifs aux activités adaptées pour les personnes âgées doivent être favorisés et davantage promus.

Les fédérations sportives participant à cet effort, les clubs de retraités et associations de personnes âgées doivent être dotés de ressources pour se consacrer d’avantage aux APS et développer des passerelles permettant d’établir des réseaux intersectoriels.

Propositions pour les organisations et autres acteurs sportifs

Les seniors doivent être d’avantage insérés dans la vie des clubs et associations sportives.

Pour accélérer cette mise en œuvre, les meilleures pratiques pour promouvoir l’APS des seniors doivent être recensées et mises à disposition entre les différents acteurs du sport, au niveau national et européen.

Les premiers résultats de ce travail ont été présentés au groupe « Sport » du Conseil Européen et permis l’adoption des conclusions du Conseil sur la promotion de l’HEPA.

Objectif n°4 : Affiner les enquêtes de l’Eurobaromètre sur le sport et l’activité physique

Suite à la Communication de 2011 sur le sport, la Commission européenne lance un nouvel Eurobaromètre « Sport et activité physique ». L’Eurobaromètre est actuellement le seul outil à fournir des informations de comparaison des systèmes de prise en charge et d’organisation à l’échelle européenne.

Les conclusions du Conseil « Promouvoir les bénéfices de l’activité physique pour la santé » et celles concernant « le renforcement des données disponibles en vue de l’élaboration de la politique du sport » ont été adoptées en novembre 2012. Il a ainsi été demandé à la Commission de publier régulièrement des enquêtes dans ce domaine. Les acteurs du sport ont manifesté leur intérêt pour la publication de séries chronologiques à cet égard. La parution du prochain Eurobaromètre sur le sport et l’activité physique est prévue en 2014 pour correspondre aux évolutions de l’agenda politique de l’UE pour le sport (nouveau plan de travail et nouveaux programmes de financement).

Le groupe d’experts a été sollicité pour apporter une contribution en vue d’affiner la formulation de ces questions et d’analyser les forces et faiblesses de l’enquête. Certaines observations ont été faites : les recommandations de l’UE en matière d’activité physique ont été soulignées comme point de référence pour modifier les questions portant sur le sport, l’activité ou l’exercice physiques. L’ajout de nouvelles questions a été discuté par le groupe (à partir du questionnaire international IPAQ) concernant la durée et l’intensité de l’exercice, le comportement sédentaire ainsi que le temps passé devant les écrans, les exercices de force et l’activité physique au travail.

Objectif n°5 : Proposer des priorités pour le futur plan de travail sur le sport de l’UE afin de promouvoir l’APS dans ses objectifs sanitaires (« HEPA »)

Le groupe d’experts a vivement encouragé les Etats, le Conseil et la Commission à donner suite aux Conclusions du Conseil de 2012 sur la promotion de l’activité physique et à prendre des moyens supplémentaires pour en assurer la pérennité. Il est extrêmement souhaitable de voir les citoyens européens atteindre les niveaux d’APS recommandés et d’inverser la tendance actuelle à l’accroissement de la sédentarité.

Certains sujets ont été cités comme de futures actions possibles dans ce domaine, tels que la coopération étroite avec les structures européennes pertinentes, l’OMS pour la région européenne et les structures de santé au niveau de l’UE (notamment avec le groupe de haut niveau sur la nutrition, le futur groupe expert et les autres organismes de l’UE) ; l’échange des meilleures stratégies nationales pour promouvoir l’activité physique et la participation dans le sport et l’amélioration de la base de données pour l’activité physique et la participation sportive.

Il s’agira aussi de cibler les établissements d’enseignement afin de créer des interactions avec les acteurs du sport, autant qu’avec les collectivités locales et territoriales. Les liens avec le secteur privé seront aussi recherchés afin de développer le sport et l’activité physique dans les petites, moyennes et grandes entreprises et d’accroître par exemple les mobilités actives. Ceci permettra aussi d’améliorer la qualité de l’air autant que les politiques énergétiques renouvelables dans le cadre des déplacements urbains.

L’ensemble de ces actions nécessite donc encore un engagement important de chacun d’entre nous à l’échelle locale (« à chacun son vélo »), nationale (dont témoignent les nombreux plans des Etats membres) et européenne. Mais la volonté est forte, à chacun de ces niveaux, pour faire reconnaître l’importance de l’activité physique ou sportive comme un élément essentiel à la qualité de vie de tous les citoyens d’Europe.

Remerciements à Julien Schipman et à tous les membres du Groupe Expert « Sport, Santé et Participation »

Cet article est paru en partenariat avec Sport et Citoyenneté que la Rédaction remercie.

Vos commentaires

  • Le 3 juillet 2013 à 11:46, par Claire En réponse à : Sport, Santé, Bien-être : quelques clés européennes

    Sans oublier que le sport est un excellent outil d’éducation non-formelle utilisé dans de nombreuses initiatives de jeunesse européennes pour aborder des sujets comme le développement durable ou la démocratie avec des jeunes à travers des activités sportives qui permettent la rencontre, l’échange et la prise de conscience des contraintes et opportunités que représentent de telles activités !

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom