Allemagne : Frank-Walter Steinmeier élu nouveau Bundespräsident !

, par Thomas Arnaldi

Allemagne : Frank-Walter Steinmeier élu nouveau Bundespräsident !
CC Flickr / nrwspd

Le 12 février, l’Assemblée fédérale allemande (Bundesversammlung) s’est réunie à Berlin pour élire le nouveau Président de la République fédérale d’Allemagne (Bundespräsident). Le très populaire ancien Ministre des affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, le grand favori du scrutin, a été largement élu dès le 1er tour.

Joachim Gauck l’avait annoncé en juillet : il ne se représenterait pas pour un nouveau mandat à la tête de la Présidence de la République. La Grande coalition d’Angela Merkel avec ses deux grands partis, les sociaux-démocrates du SPD d’un côté, et les chrétiens-démocrates de la CDU avec leur allier bavarois de la CSU de l’autre, se sont donc mis d’accord, comme le veut la coutume, sur la présentation d’un candidat commun au poste de Président fédéral. Affaiblie sur le plan intérieur et dans l’incapacité de sortir un nom commun du côté de la CDU, le SPD et son chef Sigmar Gabriel ont aussitôt proposé la candidature du très populaire ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier.

Steinmeier, le candidat qui fait l’unanimité

Dès novembre, l’annonce de la candidature est faite lors d’un moment solennel d’unité gouvernementale. Sigmar Gabriel, Angela Merkel et Frank-Walter Steinmeier sont très unis face aux journalistes lors de leur conférence de presse commune. En effet, ce grand personnage politique allemand, ancré dans la vie institutionnelle depuis plus de 30 ans, a une grande expérience politique et est très apprécié. Plusieurs fois ministre, également Spitzenkandidat (tête de liste) face à Merkel en 2009, leader du SPD, Président du groupe social-démocrate au Bundestag, chef de la Chancellerie fédérale sous Schröder, son Curriculum Vitae est des plus impressionnants et fait de lui, selon de nombreux sondages, la personnalité politique préférée de nos amis d’Outre-Rhin.

Même si les pouvoirs du Président de la République d’Allemagne sont limités et restent principalement cantonnés à un rôle honorifique, l’institution du Schloss Bellevue – sa résidence officielle – est une instance morale très respectée en Allemagne. A la fois théâtre de l’unité allemande sur le plan intérieur et représentation extérieure sur le plan international, il fait figure d’autorité morale pour les Allemands, notamment en cas de crise. C’est ainsi le seul à pouvoir dissoudre le Bundestag, dans deux cas très précis : soit lorsque les députés n’arrivent pas à nommer un Chancelier, soit lorsque la question de confiance posée par le gouvernement est rejetée. Dans les deux cas, il peut mais n’est pas obligé de décider la dissolution.

La Bundesversammlung, l’Assemblée fédérale allemande

Quant à son élection, elle se déroule d’une manière bien particulière en Allemagne. Contrairement à la France où toute élection présidentielle suscite les plus folles passions, il s’agit d’une élection indirecte outre-Rhin. Les 630 députés du Bundestag représentant la Fédération (Bund), ainsi que 630 membres choisis au niveau des Länder (Etats fédérés) se retrouvent pour élire leur Président de la République. Parmi les membres choisis par les Länder selon la représentativité de leur couleur politique, il est fréquent que des membres de la société civile participent donc à l’élection du Chef de l’Etat. Parmi les visages très connus, on a pu par exemple apercevoir cette année l’indétrônable entraineur de la Mannschaft [1], Joachim Löw, envoyé par les Verts du Bade-Wurtemberg.

Avec 931 sur 1 239 voix, c’est à une majorité de plus de 74% au premier tour (la majorité requise était de 631 voix) que Steinmeier a remporté l’élection face à quatre autres candidats. La CDU/CSU et le SPD proposant leur candidat et ayant également une forte majorité dans les Länder et au Bundestag, une victoire de Steinmeier était quasiment assurée. Avec le soutien des libéraux (FDP) et d’une partie des Verts, la majorité est très confortable. La CSU et le FDP ont toutefois précisé qu’ils votaient « pour le candidat Steinmeier et non pas pour les sociaux-démocrates », ce qui montre le large consensus que le nouveau Président inspire. Merkel a également félicité Steinmeier en se disant « convaincue qu’il sera un excellent Président ».

« Quand le fondement même de la démocratie vacille… »

Dans son discours qui a suivi son élection, le nouveau Chef de l’Etat, qui entrera en fonction le 18 mars prochain, a souligné « qu’en ces temps orageux », il fallait « être courageux », en particulier face aux ennemis de la démocratie et de la liberté. « Quand le fondement même de la démocratie vacille, où que ce soit, nous devons être d’autant plus solides. » L’allusion aux populistes de tout horizon n’est qu’à peine voilée, Frank-Walter Steinmeier plaide plus que jamais pour une Europe forte et unie.

La 16ème Bundesversammlung a ainsi choisi son nouveau Chef de l’Etat pour les 5 prochaines années. Pour un court temps, la campagne électorale s’est arrêtée, laissant selon les mots du Président du Bundestag, Norbert Lammert, entrevoir « un formidable moment d’unité autour de la démocratie ». Il n’empêche que les élections fédérales de septembre approchant, le rôle de Frank-Walter Steinmeier, tant sur la scène allemande qu’internationale sera déterminant. Avec son charisme et son verbe fin, quels que soient les résultats des élections fédérales de septembre, l’autorité morale incarnée par Steinmeier aura la dure tâche de redonner pleinement du goût à la démocratie et à l’Europe.

Notes

[1La Mannschaft est l’équipe nationale de football d’Allemagne

Commenter cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom