Budget de la zone euro : l’éléphant accouche d’un souriceau

, par Théo Boucart

Budget de la zone euro : l'éléphant accouche d'un souriceau
Angela Merkel et Emmanuel Macron lors d’une réunion du Conseil européen, en juin 2017. Photo : European Council - CC BY-NC-ND 2.0

Emmanuel Macron et Angela Merkel se sont enfin mis d’accord ce mardi 19 juin sur l’idée d’un budget de la zone euro pour ainsi favoriser la compétitivité et la convergence des économies de la zone euro. Les détails de ce futur budget restent néanmoins largement flous. Peut-on alors parler d’un véritable succès ou d’une coquille vide ?

C’est au Château de Meseberg, près de Berlin, qu’Emmanuel Macron a rencontré la chancelière Angela Merkel pour un conseil franco-allemand. Les dossiers chauds du moment, comme la crise des migrants, les impôts sur les sociétés ou la zone euro ont été abordés. Si la crise des migrants et ses ultimes soubresauts en Italie et en Espagne a peut-être largement capté l’attention médiatique, le budget de la zone euro a quand même été amplement évoqué, et un accord a même été trouvé entre les deux dirigeants, bien aidés par leurs ministres de l’économie, Bruno Lemaire et Olaf Scholz.

« Un accord historique » pour Bruno Lemaire. Qu’en est-il vraiment ?

Le ministre français de l’économie n’a pas caché sa satisfaction à l’issue des heures de discussions entre les deux chefs d’État et de l’annonce de l’accord. « C’est un accord historique, c’est la deuxième étape de la monnaie unique créée il y a quelques années ». Sur la forme, il n’a pas tort : un budget pour corriger les chocs asymétriques, pour favoriser la convergence des agrégats économiques entre les pays du Nord et ceux du Sud est en effet indispensable pour éviter de nouvelles crises graves entre les économies de la zone euro comme entre 2010 et 2015.

Mais sur le fond, faut-il voir le remède miracle tant attendu ? Pour l’instant, c’est de la poudre aux yeux. La somme allouée annuellement à ce budget n’est pas encore connue avec certitude, mais elle pourrait tourner autour de… 20 milliards d’euros par an. Une goutte d’eau, moins de 0.5% du PIB de la zone euro, alors que pour commencer à exister efficacement, de nombreux économistes suggèrent 1 à 2% du PIB. On est très loin des « plusieurs points de PIB » qu’Emmanuel Macron voulait pour sa mesure phare de « l’Europe qui protège ». Dans le même temps, le couple franco-allemand s’est engagé à réformer le mécanisme européen de stabilité (MES) et l’union bancaire, conformément aux volontés allemandes de stabilité financière.

2021, une éternité à attendre…

Ce budget de la zone euro pourrait voir le jour en 2021… Autrement dit une éternité à attendre. Il peut se passer beaucoup de choses en trois ans, une nouvelle crise de la dette peut partir d’Italie, du Portugal ou de la Grèce, où les dettes publiques restent abyssales. Et que faire avec 20 milliards d’euros ? Un choc asymétrique peut impliquer des centaines de milliards d’euros de déséquilibres.

En même temps, instituer une telle mesure à court terme semble totalement irréalisable… Car où trouver l’argent ? A l’heure où le cadre financier pluriannuel (CFP 2021-2027) est âprement négocié, notamment en prenant en compte le fait que 11 milliards d’euros vont disparaître chaque année dû au Brexit, trouver 20 milliards d’euros semble relever du vœu le plus pieux. Cette somme pourrait également provenir de nouvelles taxes instituées au niveau européen, comme une taxe sur les transactions financières ou sur un impôt sur les sociétés harmonisé. Des solutions plus crédibles, même si la création de telles taxes restent compliquée à envisager à court terme.

La pérennité d’un budget de la zone euro est liée à la stabilité du gouvernement allemand

Mais ce qui peut poser le plus de problèmes dans les prochaines semaines, c’est la faiblesse de la Chancelière Merkel. Qui aurait pu croire il y a quelques années que la femme la plus puissante du Monde pouvait se retrouver dans un tel marasme impliquant son propre gouvernement ? Le ministre de l’intérieur de la CSU (les conservateurs de Bavière) Horst Seehofer s’est engagé dans un bras de fer avec Angela Merkel au sujet des migrants. Si cette dernière ne réussit pas à trouver un nouvel accord avec les partenaires européens d’ici la fin du mois de juin, Horst Seehofer risque purement et simplement de rompre le contrat de coalition, faisant tomber le gouvernement.

Dans ce cas extrême, que pourrait-il se passer ? De nouvelles élections verraient peut-être une nouvelle percée de l’AfD europhobe, actuellement entre 13% et 16% dans les sondages. La « GroKo » entre la CDU-CSU et le SPD pourrait même récolter moins de 50% des suffrages, portant un sérieux coup à sa légitimité. Une nouvelle coalition « jamaïcaine » impliquant la CDU-CSU, les Verts et les libéraux du FDP est aussi envisageable, avec un Christian Lindner hostile à un budget de la zone euro qui pourrait devenir ministre des finances. L’avenir politique d’Angela Merkel est assez incertain, et sans un soutien ferme de l’Allemagne pour un budget de la zone euro, ce dernier restera hypothétique. Une proposition qui resterait franco-allemande n’est néanmoins pas non plus suffisante : il faudra convaincre les 17 autres États de la zone euro, et particulièrement ceux du Nord, comme les Pays-Bas, la Finlande ou l’Estonie, une gageure. La réforme de la zone euro sera à l’agenda de la prochaine réunion du Conseil européen, qui aura lieu les 28 et 29 juin prochains.

Emmanuel Macron a peut-être gagné une petite bataille en convaincant Angela Merkel du bien-fondé de l’idée d’un budget de la zone euro. Les modalités de mise en place de ce budget sont néanmoins des plus floues, et le contexte politique européen n’incite guère à l’optimisme.

Vos commentaires

  • Le 22 juin à 11:43, par Bernard Giroud En réponse à : Budget de la zone euro : l’éléphant accouche d’un souriceau

    Lorsqu’on est entre amis, on peut se dire quelques vérités ! On ne pourra pas continuer ensemble, sil’ on n’applique pas le bon sens de cette maxime : « J’ai permis à tes vaches de brouter dans mon pré, notre intérêt commun c’est de le faire repousser ».

    On a autant besoin de dynamisme que de coopération pour le long terme.

  • Le 24 juin à 17:08, par Alexandre Marin En réponse à : Budget de la zone euro : l’éléphant accouche d’un souriceau

    Je trouve cet article un peu trop dur avec l’accord qui a émergé. Certes, bien qu’il s’agisse d’une avancée, il a des limites qui sont réelles et qui ont été décrites.

    Toutefois, presque tous ceux qui ont suivi les négociations du traité de Maastricht sont enthousiastes quant aux résultats de la négociation qui vient d’aboutir et optimistes quant à la suite.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

À lire aussi :