Carton rouge à ces partis qui n’ont toujours pas de programme à un mois des élections

, par Louise Guillot

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Carton rouge à ces partis qui n'ont toujours pas de programme à un mois des élections
Crédits photo : Antoine Schibler Drapeau européen, Esplanade du Trocadéro, Paris, 17 mars 2019.

Nous sommes maintenant à moins d’un mois des élections européennes qui se tiendront du 23 au 26 mai 2019 partout dans l’Union européenne. Nous pourrions penser que la campagne bât son plein, que les débats entre les candidats sont vifs comme à chaque élection, et bien non. Et ce d’autant plus que des organisations de la société civile comme le Mouvement Européens - France sortent aujourd’hui leur comparateur de programmes pour aider les citoyens à faire un choix éclairé. Malheureusement, il semblerait que cette campagne des élections européennes 2019, à l’image des scrutins européens précédents, ne parvienne pas à soulever les foules. Alors pourquoi tant d’ignorance ?

Faible médiatisation et cacophonie

Chacun se rappellera ce débat entre les têtes de liste de chaque parti français le 4 avril 2019 sur France 2 à une heure de grande écoute, ou plutôt sa folle envie de changer de chaîne tellement ni les candidats, ni les journalistes ne sont parvenus à être audible ce soir-là... Peut-être qu’il aurait fallu commencer à aborder les sujets de l’écologie, de la lutte contre le changement climatique ou de l’Europe sociale un peu avant 23h par exemple pour tenter de retenir les téléspectateurs (une idée pour la prochaine fois peut-être).

Alors, je conçois qu’il peut paraître fou à certains d’essayer même d’intéresser les téléspectateurs à ce sujet systématiquement qualifié de « trop complexe » et « de trop éloigné du quotidien » qu’est l’Europe. Mais je vous assure, il y a des moyens de parler d’Europe facilement et simplement. Regardez donc comment la chaîne YouTube Whip. ou encore les Jeunes Européens – France s’attachent à mettre des mots simples sur cette Europe qui nous concerne tous. Car oui, à la fin, il s’agit de choisir la direction de notre destin commun lors de ces élections européennes. En faisant le choix d’envoyer toujours plus de forces nationalistes et populistes dans l’hémicycle européen, le projet européen s’engage encore davantage dans la direction du repli national. Est-ce dans cette Europe des nations qui veulent fermer les frontières et de ces démocraties illibérales que je veux vivre ? La réponse est claire et c’est non.

Comme à chaque élection européenne, il y a de quoi s’inquiéter quand les partis dit « progressistes » se divisent et se querellent pour savoir qui de nous deux sera le plus pro-européens. Mais si ces derniers ne sont ni capables de s’unir face à la montée des extrêmes, ni de présenter simplement et clairement leurs idées pour transformer l’Europe ou ni même de retenir le nom des candidats sur leur liste, alors oui il y a du souci à se faire.

Des partis qui n’ont toujours pas de programme

A moins d’un mois des élections, certains partis politiques français, au premier rang desquels La République En Marche ou l’alliance entre Place Publique et le Parti Socialiste, n’ont toujours pas rendu public leur programme pour les Européennes. Alors, on sait qu’ils ont pour certains « envie d’Europe » et que les autres veulent une « renaissance européenne », mais à part ça nous ne savons pas grand-chose de plus… et encore moins ce qu’ils voudraient faire une fois installés au Parlement européen.

Alors comment espèrent-ils intéresser les électeurs aux enjeux européens et encore moins les mobiliser pour se déplacer aux urnes le 26 mai prochain si ces derniers n’ont aucune idée de ce que les partis défendent et de comment l’Europe fonctionne ? Avoir un programme avec une belle mise en page et des jolies couleurs ne sert pas juste à faire beau et à remplir la page d’accueil d’un site internet, il sert surtout à montrer aux électeurs que le parti prend ces élections au sérieux, qu’il a des idées et envie de les défendre au niveau européen car c’est le niveau le plus pertinent pour agir.

Le fait de ne pas présenter de programme est un problème en soi parce que cela renforce un phénomène déjà bien ancré : celui de faire des élections européennes un scrutin de second rang focalisé sur les enjeux nationaux et un vote sanction contre le gouvernement en place. Or, ne pas présenter de programme c’est aussi inviter les citoyens à voter pour une personne, parce qu’elle est connue ou parce qu’elle présente bien, qu’elle parle bien, mais pas pour des idées. Personnellement, je refuse de donner ma voix à un candidat si je ne sais pas ce qu’il ou elle va faire de ce mandat une fois élu. Accepteriez-vous de donner un billet de 10 Euros à quelqu’un pour qu’il aille vous acheter un sandwich, et qu’il revienne avec un paquet de pâtes à la place et garde la monnaie ? Moi, non.

Facile de se cacher derrière la complexité

Il est inacceptable que, systématiquement, pour les élections européennes les partis ne fassent quasiment pas campagne. Est-ce le cas pour les élections municipales ? Non (et certains sont déjà impatients de commencer et ne rêvent que d’une chose : qu’on en finisse avec les Européennes pour s’attaquer à 2020). Est-ce le cas pour les élections départementales ou régionales ? Non, il y a tout de même une médiatisation à l’échelle locale. Est-ce le cas pour les présidentielles ? Certainement pas.

Alors pourquoi est-ce si compliqué de faire campagne pour les Européennes, de présenter des idées et d’en débattre ? Je veux bien entendre (encore) l’argument de la complexité, vous savez celui qui vous dit que « l’Europe c’est trop complexe, trop éloigné du quotidien des gens » ou « que ce n’est que pour ceux qui voyagent ». Il est vrai que les citoyens mobiles profitent davantage des opportunités que leur offre l’Union européenne grâce à la libre circulation ou à l’espace Schengen par exemple. Mais c’est aussi grâce cette Europe que l’on ne vous distribue plus de sacs plastiques au supermarché et que l’on préfère vous proposer des sacs réutilisables pour réduire vos déchets. C’est aussi grâce à l’Union européenne que l’on peut regarder de grands évènements sportifs comme les Jeux Olympiques gratuitement sur les chaînes du service public. C’est également grâce au marché intérieur que certains vont acheter leur voiture moins chère en Belgique, que d’autres se font envoyer les dernières baskets à la mode d’Allemagne ou d’Italie sans même le remarquer ou que vous payez avec des Euros tous les jours (et non, le prix de la baguette n’a pas augmenté à cause de la monnaie unique).

Alors, je pourrais aussi évoquer les nombreux projets qui sont financés grâce à de l’argent européen : une autoroute par-là, un projet de recherche par ici, une formation ou encore la garantie jeunes ; et d’autres moins connus puisque l’Union européenne soutient également la création artistique et c’est en partie grâce à elle que des films sélectionnés à Cannes comme Toni Erdmann de Maren Ade, Julieta de Pedro Almodovar ou encore I, Daniel Blake de Ken Loach ont pu voir le jour. Mais vous me rétorqueriez que la France est une contributrice nette au budget de l’Union et je vous répondrai qu’il est difficile de chiffrer la solidarité.

Il est vrai que l’Union européenne n’est pas parfaite, qu’il y a encore beaucoup à faire pour rendre son fonctionnement plus démocratique et la rapprocher des citoyens (certains ont des idées d’ailleurs), mais si, même les années où l’on parle d’Europe grâce aux élections, ceux qui se présentent devant nous pour être élus ne sont pas capables de nous expliquer pourquoi nous devrions voter pour eux, alors cette perspective s’éloigne encore plus. Nous devons donc exiger plus de responsabilité de la part de celles et ceux qui veulent nous représenter, c’est pour cette raison que le 26 mai j’irai voter ! (pour un parti qui a un programme évidemment)

Vos commentaires

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom