Voeux pour 2007

Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

Des candidats à la présidentielle qui oublient de parler d’Europe

, par Fabien Cazenave

Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

La classe politique française fait ses voeux. Autant dire que pour l’instant, au sujet de l’Europe, c’est plutôt mou. Certains « oublient » d’en parler ! Pour cette (contre-) performance collective, nous adressons un carton rouge pour avertir les candidats à la Présidentielles de 2007 que nous serons attentifs à leurs propos sur l’Europe et sa construction politique.

Pour Chirac, l’Europe oui, mais son bilan européen : non

Si nous considérons l’intervention de M. Jacques Chirac à l’occasion de ses voeux, nous aurions du être plutôt satisfaits. Notamment en raison de la mise en avant claire de l’Europe avec le drapeau étoilé bien en vu à côté du drapeau français. Cela est certes traditionnel mais cela fait plaisir à voir.

Cependant il est dommage lorsque le Président parle de la question environementale qu’il oublie la dimension européenne de la réponse qui doit être apportée. Pourquoi ne pas citer dès lors le vote du Parlement européen sur la directive Reach, adoptée fin 2006 ? Selon lui, « la France a une responsabilité particulière dans le monde ». Pourquoi se limiter à cette vision datant de l’époque révolutionaire française et ne pas la transposer à l’Europe dans ce monde mondialisé ?

Accordons néanmoins à Jacques Chirac la grande place qu’il donne à l’Europe en faisant de sa construction un enjeu politique majeur pour les mois à venir. Il lance d’ailleurs une piste : faire du 50ème anniversaire du Traité de Rome, « l’occasion de donner un nouveau souffle à la construction européenne : pour une Europe politique, pour une Europe de l’ambition économique et du progrès social, pour une Europe qui nous protège. »

Ce passage est important puisqu’il nous donne plusieurs informations. Premièrement, le gel de la construction politique peut prendre fin après un an d’« Europe des projets » qui n’a pas offert de solutions aux manques institutionnels latents. Deuxièmement, la France est prête à jouer son rôle de moteur après sa perte de légitimité dans le processus de construction politique suite au rejet d’un Traité qu’elle avait grandement inspiré.

Extrait de l’allocution : « Le quatrième enjeu, c’est l’Europe. Depuis un an et demi, nous avons choisi de faire progresser l’Europe des projets : la recherche, l’énergie, la sécurité, l’immigration. N’oublions jamais que l’Europe, c’est la garantie de la paix et de la démocratie sur notre continent. C’est notre avenir. Le 50e anniversaire du Traité de Rome, le 25 mars prochain, nous offre l’occasion de donner un nouveau souffle à la construction européenne : pour une Europe politique, pour une Europe de l’ambition économique et du progrès social, pour une Europe qui nous protège. La France y prendra naturellement toute sa part. »

Mais il faut rester prudent quant aux discours politiques. Déjà l’année dernière, M. Chirac avait fait un paragraphe sur l’Europe sans pour autant influer ultérieurement sur l’actualité européenne comme il aurait pu le faire... Ces voeux marquent ainsi le parcours européen de Jacques Chirac depuis qu’il est Président : des déclarations pour peu de résultats.

Il oublie même cette année de parler de l’arrivée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l’Union européenne. Alors que le manque d’information sur l’élargissement en 2004 a été l’une des causes du vote non au Traité constitutionnel européen en 2005, il est ridicule que le Président de la République française se contente d’un message sur son site pour informer les Français du nouvel élargissement. Il y a là clairement un manque d’une vision européenne et d’une dimension politique qui aurait pu donner un souffle à l’Europe qu’il appelle pourtant de ses voeux.

Des candidats à la présidentielle qui oublient de parler de l’Europe

Cela peut sembler incroyable mais Mme Ségolène Royal, M. Nicolas Sarkozy et Mme Dominique Voynet ont oublié de parler de l’Europe ! Comme M. Chirac, ils oublient de souhaiter la bienvenue aux roumains et aux bulgares... Pas mal pour des candidats qui discuterons avec les gouvernements des deux nouveaux Etats qui intègrent l’Union européenne dès mai 2007, dans cinq mois.

Aucun des candidats du Parti Socialiste, de l’UMP ou des Verts ne nous parle d’Europe. Il est absolument anormal de voir des prétendants au poste le plus important de la République française ne pas parler d’un sujet qui concerne 80% des lois françaises. Veulent-ils se contenter de ce qu’ont dit leur parti lors de la préparation des grandes lignes de leur programme ?

Mais peut-être pensent-ils que l’Europe n’a passionné les Français qu’en 2005 et qu’ils ne tiendront pas compte des solutions qu’ils vont proposer quant à la relance du processus constitutionnel ? Nous aimerions pourtant connaître ce que Ségolène Royal propose au-delà de sa formule d’Europe par la preuve. Nous voudrions entendre Nicolas Sarkozy sur son mini-traité. Nous souhaiterions également savoir si Dominique Voynet a un point de vue sur l’Europe fédérale.

Si nos candidats n’ont pas de dynamique européenne, nous allons devoir nous reposer sur Jacques Chirac pour épauler Angela Merkel dans la relance du processus constitutionnel. Autant dire que les militants de l’Europe fédérale ont encore du pain sur la planche. A l’heure des 50 ans du Traité de Rome, est-ce que les pères fondateurs n’ont pas de relève ?

Illustration : photographie extraite de l’intervention de M. Chirac à l’occasion de ses voeux aux Français. Source : site de la Présidence.

Source :
- Voeux de Jacques Chirac
- Voeux de Ségolène Royal
- Voeux de Nicolas Sarkozy
- Voeux de Dominique Voynet

Vos commentaires

  • Le 4 janvier 2007 à 14:43, par Valéry En réponse à : Le calamiteux bilan de Chirac

    Il faut en effet avoir conscience du désastre qu’a été la présidence de Chirac du point de vue européen (de tout point de vue même, mais restons dans le sujet).

    Points négatifs

    - l’échec du référendum de 2005 sur le traité constitutionnel (souvenez-vous du pathétique débat télévisé avec « les jeunes » ;
    - la signature du calamiteux traité de Nice ;
    - la réalisation d’un élargissement majeur sans consulter ni informer correctement les Français (tout ça pour dire ensuite aux dirigeants des nouveaux pays membres de se taire) ;
    - les pitreries sur la nomination du président de la Banque centrale européenne où après avoir tordu le cou aux règles commune il a imposé Trichet (!) ;
    - l’incapacité à faire nommer un président convenable à la Commission européenne (et en passant sa capacité à faire nomme Giscard à la Convention) ;
    - l’incapacité de « rendre à César », attribuant les succès de l’Europe à la France et les échecs de la France (ou plutôt de ses gouvernements) à l’Europe...

    ... j’en oublie sans doute.

    Point positif :

    - la France qualifiée pour entrer dans l’euro (en même temps c’était la moindre des choses).

    ... je ne crois pas en oublier.

    Quant aux autres candidats taiseux sur l’Europe il faut qu’ils arrêtent de croire qu’en ne parlant pas des sujets délicats les Français vont les oublier. Cela contribue juste à renforcer l’image misérable des politiciens dans ce pays.

  • Le 4 janvier 2007 à 23:01, par Cédric En réponse à : Le calamiteux bilan de Chirac

    Tu es bien généreux avec Chirac en lui attribuant un bon point. Mitterrand s’en retounerait dans sa tombe. ;)

  • Le 4 janvier 2007 à 23:49, par Cédric En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    Je viens de lire à l’instant que Chirac a parlé de l’entrée de la Roumanie et Bulgarie le 31/12 (cf lien ci contre). Dommage que le discours ait été prononcé en aparté.

  • Le 4 janvier 2007 à 23:51, par Valéry En réponse à : Le calamiteux bilan de Chirac

    J’ai toujours été trop politiquement correct. Et puis être tout le temps négatif c’est bon pour les gauchistes.

  • Le 5 janvier 2007 à 00:06, par Valéry En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    On attend qu’ils parlent d’autre chose que de leur vrai-fausse candidature unique d’extrême-gauche ?

    En attendant les premiers responsables de l’impopularité actuelle de l’Europe dans l’opinion sont ceux qui ont été aux affaires jusqu’ici. Il y a toujours eu des nationalistes pour critiquer le projet européen. S’ils ont pu se faire entendre c’est d’une part parce que celui-ci s’est enlisé, faute d’ambition politique et d’autre part parce que nos dirigeants en font le bouc-émissaire de leurs propres erreurs. La faute n’est pas que du côté des leaders nationalistes.

  • Le 5 janvier 2007 à 00:23, par ? En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    Hum ... a quand un cartin rouge à Besancenot et Marie Georges Buffet qui ont activement participer à metre l’europe dans le merdier ?

  • Le 5 janvier 2007 à 07:03, par ? En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    Vous vous étonnez que les principaux candidats à l’élection Présidentielle ne se prononcent pas sur l’Europe. C’est normal : la plupart ont défendu le oui au référendum alors que la majorité des votants ont fait clairement savoir à cette occasion qu’il rejetait cette Europe libérale. Or pour être élu Président, il faut quand même qu’une majorité de Français votent pour vous !

  • Le 5 janvier 2007 à 07:27, par Fabien Cazenave En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    Il faut justement parler de l’Europe puisque le vote non marque quand même un pb des rapports du citoyen vis-à-vis de l’Europe. Les candidats doivent donc en parler et proposer des solutions => l’Europe politique en serait une...

    D’ailleurs, je remarque que vous nous parler d’Europe libérale mais par votre vote (puisqu’a priori vous êtes un noniste), nous n’avons que la partie III (fruit des traités antérieurs) qui est appliquée et par la Charte des droits fondamentaux... Or c’est dans la partie II qu’il y avait le plus d’aspect social.

    Depuis 1 an et demi, vous auriez dû vous en rendre compte non ?

  • Le 5 janvier 2007 à 07:52, par Valéry En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    On ne s’étonne pas : on le constate et on le conteste. Par ailleurs les nationalistes qui s’étaient opposés au traité ne s’expriment pas non plus beaucoup sur l’Europe. Par ailleurs il n’y a aucune majorité possible autour du « Non » puisque celui-ci comme vous semblez l’avoir oublié - a rassemblé l’électorat de l’extrême droite comme celui de l’extrême-gauche plus pas mal de Français déboussolés justement par le discours incohérent et absent de nos leaders sur l’Europe - et on les comprends. Les causes du vote sont multiples et pas limités à la croyance au fantasme de l’Europe libérale propagé par les sociaux-nationalistes.

    Ceux qui ont votés oui (conscients qu’il était difficile d’obtenir aujourd’hui un meilleur texte) et une grande partie de ceux qui ont voté non (dans l’espoir d’un « plan B ») souhaitent une Constitution européenne : il faut que les politiques nous disent comment ils comptent procéder pour que l’Europe se dote d’une règle du jeu démocratique qui permette d’aller de l’avant. Tous ceux qui ne sont pas satisfait de l’Europe telle qu’elle existe aujourd’hui ont intérêt à ce qu’elle soit réformée.

    Toujours est-il que le vote a révélé d’une part un incompréhension - qu’il faut lever par l’explication - une déception qu’il faut lever par la concrétisation des ambitions européennes depuis longtemps affichées mais pas réalisées - et une contestation qu’il faut faire reculer par le débat. En toute hypothèse ces aspects ne pourront être résolus par le silence.

    P.S. : on peut être élu président sans être soutenu une majorité de Français : concrètement Chirac a été élu avec 19% des voix en 2002.

  • Le 5 janvier 2007 à 11:01, par Diego En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    Effectivement c’est aussi regrettable de mon point de vue les voeux restent encore et toujours des voeux aux français, jamais des voeux aux européens. Je ne sais vraiment pas comment l’Europe va s’immiscer dans la campagne et si les citoyens pourront s’exprimer. J’espère qu’un forum participatif avec Ségolène Royal sur l’Europe aura lieu, je vais me renseigner. Ca serait très intéressant et important !

  • Le 5 janvier 2007 à 19:40, par Fabien En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    A priori, Chirac nous a donné le grand rendez-vous européen : ce sera mars 2007 avec le cinquantenaire du Traité de Rome... A nous de faire en sorte que l’Europe soit avant et après cette période au coeur des débats !

  • Le 7 janvier 2007 à 10:05, par catherine guibourg (écrivain) En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    Oui, triste réalité, l’Europe oubliée, ou pire utilisée comme bouc émissaire ( vous avez vu cette couverture du figaro magazine accusant l’euro de toutes les hausses de prix...Vive le populime !)

    je voudrais rappeler les voeux 1995 de F.Mitterrand, vous vous souvenez, ces derniers, lorsqu’il avait dit « je crois aux forces de l’esprit... ». Il avait alors dit « ne séparez jamais la grandeur de la France de la construction européenne, seule l’Europe est notre avenir.. » Quel héritage dilapidé par ceux qui se réclament encore de Mitterrand !

    Catherine, blog « l’Europe dans la campagne » http://catymi.blog.lemonde.fr/

  • Le 8 janvier 2007 à 10:49, par jmfayard En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    Vous etes injustes envers Dominique Voynet. L’engagement européen, fédéraliste même des Verts n’est plus à démontrer.

    Si vous voulez entendre plus parler d’Europe dans la campagne, demandez aux médias d’assurer une couverture médiatique de la candidature écologique en rapport avec ses scores habituels aux élections , alors qu’il est aujourd’hui à peu près autant ostracisé qu’un parti anti-démocratique et nationaliste que le Front Naitonal.

    Et alors c’est promis, vous entendrez plus souvent un son de cloche différent comme celui de ce reportage sur http://www.dailymotion.com/tag/voynet/video/xtlzi_voynet-chez-les-grunen

    Q : Vous êtes en Allemagne, pourquoi ? Dominique Voynet : Parce que je pense qu’on ne pourra pas éluder la question européenne au moment du débat sur les élections présidentielles. Certains s’accomodent de la panne européenne qu’on constate depuis 2 ans. Moi j’en souffre et je crois que les peuples européens en souffrent avec nous. J’ai voulu montrer que là où il y avait de bons exemples, il fallait s’en servir, ne pas hésiter à tirer parti d’expériences accumulées par nos partenaires européens, [... s’en suit une description des actions du maire écologiste de Fribourg ]

  • Le 8 janvier 2007 à 22:09, par Fabien En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    Jean-Michel Fayard, nous ne sommes pas injuste mais dur. Ce n’est pas normal que dans leurs voeux aux citoyens français, nos leaders politiques, même les plus engagés sur la question européenne comme les Verts, oublient de parler d’Europe à cette occasion.

    Le pb des médias que vous signalez n’est pas oublié, nous le traiterons également à un moment donné...

  • Le 9 janvier 2007 à 01:53, par jmfayard En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    Si, il y a quelque injustice à émettre un jugement aussi sévère sur des données aussi incomplètes (les 1’33" durant lesquelles Dominique Voynet expédient ses voeux). Une autre illustration puisqe vous parlez de la Roumanie et de la Bulgarie :

    Bienvenue aux Roumains et aux Bulgares dans l’Union européenne, et puisse celle-ci approfondir son unité et la démocratie en son sein !

    http://lipietz.net/?page=blog&id_breve=200

  • Le 9 janvier 2007 à 07:39, par Fabien Cazenave En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    Justement JMFayard... Ces 1’33 mises en avant sont symptomatiques de ce que sont les priorités pour les hommes politiques.

    Mais je vous rassure : si le Verts disent des choses bien sur l’europe, nous serons les premiers à nous en réjouir ! Nous leur donnerons d’ailleurs l’occasion ici de s’exprimer, c’est promis.

  • Le 9 janvier 2007 à 07:49, par Valéry En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    Merci pour ce lien : le blog d’Alain Lipietz est un exemple de transparence et de pédagogie en ce qui concerne le travail du député européen.

    Cet article me semble cependant relever d’une exigence forte : alors que le référendum a été l’évènement le plus marquant de la vie politique française de ces dernières années - avec sans doute la crise du CPE - la plupart de nos dirigeants politiques ne propose pas de suivi. C’est une faute et un mépris pour tous les électeurs quelque soit leur choix de l’époque.

    Bien sur tous n’ont pas le même passif sur la question... ni leurs partis. Mais sur la base de l’actualité « chaude » des vœux, le constat est simple : le thème en est absent.

    Regarde le côté positif des choses : la plupart des médias qui auraient voulus faire un papier sur ce thème n’auraient mentionnés que Sarkolène, le candidat officiel.

    À propos Bayrou a fait des vœux depuis la parution de cet article ? Google ne me donne rien.

  • Le 9 janvier 2007 à 12:28, par Ronan En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    Pour répondre à VXL : Pour ce qui est des voeux du candidat François Bayrou, ils devaient avoir lieu ce mardi 9 janvier, à 12h00. (Retransmission en direct sur « LCI », sur « Public Sénat / LCP-AN » et sur « iTélé » à partir de 12h10).

  • Le 9 janvier 2007 à 13:54, par jmfayard En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    Il me semble que le travail de l’eurodéputé Vert Gérard Onesta sur le « Plan A+ » fait partie des choses les plus intéressantes qui ont été dites sur l’Europe :

    http://www.onesta.net/planA+.html

  • Le 10 janvier 2007 à 09:17, par jmfayard En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    Et bien voilà, tout vient à point à qui sait attendre.

    Dominique Voynet a débuté ses voeux à la presse en souhaitant :

    « Bonne année à l’Europe ; elle s’est élargie au premier janvier à deux nouveaux pays, la Roumanie et la Bulgarie. Je crois qu’on ne leur a pas encore souhaité la bienvenue parmi nous. Je crois qu’on va leur répondre et préciser ce qu’est le projet européen à un moment où l’Europe peine à s’imposer au niveau international comme un acteur politique majeur, à un moment aussi où elle peine à convaincre les citoyens européens qu’elle constitue une bonne réponse aux menaces qu’engendre une mondialisation qui n’est pas assez régulée. »

    Les voeux de Dominique Voynet et des verts

  • Le 10 janvier 2007 à 21:31, par Lucrecius En réponse à : Carton vert à ...Michel

    Fabien, Je profite de ton article bien envoyé pour te présenter mes meilleurs voeux ainsi qu’à toute l’équipe des jeunes bêtes à cornes qui illustrent de leur esprit alerte les pages de ce site.

    Donc juste un petit mot pour faire passer le message du petit Michel qui me semble avoir proposé un point de vue clair (ce n’est pourtant pas l’habitude qu’on lui prête) et pertinent (ça, c’est une habitude chez lui) sur une les relations entre le devenir de l’Europe et le capitalisme. Oui, rien que ça.

    Voici le lien vers ce texte que je vous invite à lire et faire savoir.

    Alors, pour ma part : Carton vert à Michel.

    Lucrecius

    Le pessimisme de l’intelligence ET l’optimisme de la volonté.

    P.S. Au fait, pourquoi vert, le carton ? Puisqu’il est question d’Europe, pourquoi ne pas instaurer le Carton bleu ?

  • Le 11 janvier 2007 à 01:40, par Ali Baba En réponse à : Le calamiteux bilan de Chirac

    Moi ce que je retiens de Chirac au niveau européen, c’est l’amitié franco-allemande portée à un niveau inégalé. Vous l’avez peut-être oublié, moi pas.

  • Le 11 janvier 2007 à 01:42, par Ali Baba En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    C’est bien parce que les Verts sont fédéralistes qu’on s’alarme qu’ils ne parlent plus d’Europe ! Si même eux se taisent, où allons-nous ?

  • Le 11 janvier 2007 à 07:20, par Fabien En réponse à : Carton vert à ...Michel

    Le carton bleu serait directement marqué comme européen... alors pourquoi pas le carton ble étoilé alors ? Sinon, un carton vert, c’est la référence à la couleur du drapeau fédéraliste

  • Le 11 janvier 2007 à 12:38, par Ronan En réponse à : Le calamiteux bilan de Chirac

    C’est de l’humour ?!

    Nb : Sans verser dans la critique systématique ni dans quelque discours nostalgique désespéré, j’ai le sentiment que sous Mitterrand (un Socialiste) et Kohl (un Conservateur chrétien-démocrate), la relation franco-allemande était tout de même de bien meilleure qualité...

  • Le 14 janvier 2007 à 20:30, par Ali Baba En réponse à : Le calamiteux bilan de Chirac

    Non, ce n’était pas de l’humour. Je ne me souviens pas avoir constaté une complicité et une confiance mutuelle entre nos deux pays aussi forte qu’elle l’a été sous Chirac-Schröder.

    Le chancelier allemand en Normandie le 6 juin 2004, le président français qui parle au nom de l’Allemagne le 17 octobre 2003, les interventions militaires allemandes avec la bienveillance française, une ambition commune pour l’Europe et le monde...

  • Le 14 janvier 2007 à 21:01, par Karim-Pierre Maalej En réponse à : Carton vert à ...Michel

    Excellente analyse. Je suis moi aussi persuadé que si on réussit à se débarasser de cette perversion du capitalisme, on résoudra beaucoup de nos problèmes, et pas seulement économiques...

    À méditer : « La liberté n’est possible que dans un pays où le droit l’emporte sur les passions » — Henri Lacordaire.

  • Le 17 janvier 2007 à 00:05, par Stéphane Van Wassenhove En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    Le Plan A+ pourrait effectivement apporter une réponse aux deux principales critiques issues de la campagne (politiques au même plan que le cadre institutionnel, et la rigidité du mode de révision), en étant acceptable par les 18 Etats qui ont déjà ratifié le TCE.

    www.pefa.eu www.onesta.net

  • Le 11 février 2007 à 15:38, par unionsbuerger.de En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    L Allemagne n est pas une veritable democratie comme la France. Le referendum, y est interdit. Mme Merkel devrait respecter le vote des citoyens et appliquer a son pays la Charte des Droits Fondamentaux.

  • Le 11 février 2007 à 17:35, par Emmanuel Vallens En réponse à : Carton rouge à Chirac, Sarkozy, Royal et Voynet

    Le degré de démocratie ne se juge pas à la présence ou non de démocratie directe. La démocratie représentative, cela existe aussi. Et l’expérience de l’Allemagne (comme celle du boulangisme en France) montre suffisamment que la pratique du référendum ne suffit pas à garantir la démocratie, bien au contraire.

    Par ailleurs, je vous mets au défi de me citer la disposition qui interdit le référendum en Allemagne. Celui-ci est au contraire expressément prévu par la Constitution pour la modification des frontières ou les fusions ou séparations des Länder, qui ne peuvent se faire sans l’assentiment des populations concernées.

    Aujourd’hui, l’Allemagne a probablement une culture démocratique beaucoup plus avancée que celle de la France, si vous voulez mon avis (seuil de sensibilité à la corruption beaucoup plus bas qu’en France, médias sérieux et de qualité bien supérieure aux français, culture politique non confrontationnelle...).

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom