Des transports publics gratuits : Ce que l’Allemagne peut apprendre de son “petit voisin” le Luxembourg

Les transports publics au Luxembourg - un exemple pour l’Allemagne ?

, par Alexandre Kintzinger , Traduit par Elodie Arrighi

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [français]

Des transports publics gratuits : Ce que l'Allemagne peut apprendre de son “petit voisin” le Luxembourg

La proposition du gouvernement allemand concernant la gratuité des transports en commun semble actuellement être à l’ordre du jour, après que les maires des communes pilotes se soient prononcés contre cette mesure, principalement pour des raisons financières. Au vu de la décision de la Cour constitutionnelle fédérale de Karlsruhe sur l’éventuelle interdiction des véhicules à moteur diesel, la proposition ne devrait toutefois pas encore être mise au placard. Au contraire, les discussions en cours devraient maintenant se poursuivre de manière plus approfondie et indépendamment du débat environnemental, afin de réfléchir à des solutions partielles et à des concepts alternatifs.

À la fin des négociations de la coalition entre la CDU/CSU et le SPD, le gouvernement fédéral a créé la surprise il y a environ deux semaines avec une proposition de rendre les transports publics (ÖPNV) gratuits. Un test pilote devrait démarrer cette année dans cinq villes d’Allemagne de l’Ouest. Après une réunion de travail des maires de chaque commune modèle au Ministère fédéral de l’Environnement à Bonn, la proposition n’est plus au coeur des préoccupations pour le moment. Le scepticisme des municipalités et des entreprises de transport publics locales ont pesé plus lourd dans la balance que les éloges des associations environnementales. Les doutes se portaient d’une part sur la faisabilité financière du projet et d’autre part sur la question de savoir si la gratuité des transports publics résulterait réellement en une réduction drastique des émissions d’oxyde d’azote.

Même si la diminution de la pollution par l’oxyde d’azote avait été une motivation dans cette proposition, cela ne signifie cependant pas que l’idée puisse être comprise comme une mesure d’amélioration en matière de politique sociale – d’autant plus que ceci est une réalité depuis longtemps dans certains pays de l’UE.

Le "modèle luxembourgeois" serait une première étape

Le concept luxembourgeois des transports publics pourrait également être une première étape à suivre pour l’Allemagne. Avec ses 590 667 habitants et une superficie comparable à celle de la Sarre, ce pays dispose d’une qualité de vie élevée et d’un système social qui fonctionne très bien en comparaison avec le reste de l’UE. Depuis le 1er août 2017 tout le réseau des transports publics est gratuit pour les jeunes de moins de 20 ans au Luxembourg.

Les revendications du conseil national des étudiants ACEL et une pétition de la Jeunesse Syndicale Chrétienne Luxembourgeoise LCGJ ont conduit le gouvernement luxembourgeois à élargir la gratuité des transports publics aux étudiants de moins de 30 ans. Les mesures du gouvernement, qui ont reçu l’approbation de l’ensemble de la population, devrait surtout servir à alléger les charges financières des écoliers et des étudiants, mais aussi soutenir les efforts destinés au désencombrement du réseau routier.

En Allemagne les transports publics, qui sont dans certains Länder financés par les étudiants avec leur contribution semestrielle de leurs institutions académiques, se réduisent généralement seulement au “Landkreis” (l’arrondissement) ou au Land du lieu d’étude. Si cela s’étendait plutôt au niveau fédéral, cela aurait sûrement des impacts positifs sur la mise en réseau des étudiants à l’échelle nationale. Cette mesure pourraient également avoir des avantages économiques, par exemple pour les projets d’entreprenariat des étudiants ou pour réduire les coûts des Start-Ups, qui pourraient profiter d’une diminution de la perte de temps passé dans les embouteillages, ainsi que d’une liaison à moindre coût entre les zones locales et urbaines.

D’après un sondage représentatif de l’institut de recherche sur l’opinion publique Civey réalisé pour le WELT, 51 % des Allemands sont favorables à ce que tous les citoyens puissent utiliser gratuitement les transports publics locaux. Du point de vue de l’âge, 63% des moins de 30 ans considèrent que la gratuité des transports publics est un point positif, ce qui montre qu’avec la gratuité des transports publics, les jeunes seraient beaucoup plus disposés à utiliser les transports en commun pour se déplacer.

Non seulement une vision pour l’Allemagne, mais aussi pour l’Europe

À l’ère du digital, où les Smartphones rendent plus faciles la combinaison de différents moyens de transports et où les vélo de location marquent nos paysages urbains, c’est le moment de reconnaître et de tirer profit des signes du changement moderne. Les investissements, qui conduisent à une réflexion durable, à une amélioration de la qualité de vie dans nos villes et par conséquent à une augmentation de l’attractivité économique, ne doivent pas échouer en raison d’un manque de volonté concernant le financement.

Ces réflexions pourraient sortir hors des frontières de l’Allemagne. La gratuité des transports publics, pour les étudiants au sein de l’Union europénne par exemple, serait une prochaine étape importante pour rassembler et renforcer la communication entre les jeunes en Europe. Le programme Erasmus a réussi à prouver combien la mobilité est importante pour une identité européenne. De plus, il s’agit d’une pierre angulaire dans la revendication d’une coopération transfrontalière entre les différentes entreprises ferroviaires européennes, dans la mesure où les réflexions pourraient mener vers une carte européenne unique, mensuelle ou annuelle, pour tous les citoyens de l’UE.

L’Allemagne a le pouvoir de donner de nouvelles orientations, notamment dans le domaine des transports en commun. La question de savoir à quoi cela pourrait ressembler concrètement – la gratuité des transports locaux pour tous, seulement pour les jeunes ou bien un autre concept totalement différent – repose finalement en grande partie entre les mains du gouvernement fédéral. Quoi qu’il en soit, l’Allemagne a désormais la chance de se montrer innovante et de rester à la pointe du progrès en matière sociale et durable – elle devrait la saisir.

Vos commentaires

  • Le 16 avril à 19:08, par Remi LAURENT En réponse à : Des transports publics gratuits : Ce que l’Allemagne peut apprendre de son “petit voisin” le Luxembourg

    La gratuité est bien quand la ville ou l’agglomération est petite et doit être mis en balance avec le coût que représente la lutte contre la fraude.

    Cependant, pour des grandes villes ou des agglomérations touristiques, ce n’est pas intéressant tout simplement parce que cela revient à faire peser le financement des transports publics sur les contribuables locaux qu’ils soient particuliers ou entreprises tandis que les touristes et les personnes de passage ne paieront rien.

    Rien n’est gratuit.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom