Disparition de Coralie Delaume

Le Taurillon rend hommage à l’intellectuelle, malgré des différences idéologiques sur l’Europe et le tandem franco-allemand.

, par Théo Boucart

Disparition de Coralie Delaume
Coralie Delaume. Photo : capture d’écran sur Youtube

Coralie Delaume, essayiste et éditorialiste pour de nombreux journaux, comme Le Figaro et Marianne, s’est éteinte des suites d’un long cancer, a-t-on appris mardi 15 décembre. Malgré des différences d’analyse sur l’intégration européenne et le tandem franco-allemand, Le Taurillon tient à lui rendre hommage.

« Résumer ses combats ? Ce serait les enterrer avec elle. Alors qu’ils sont là, partout, dans ses interventions publiques, ses livres et ses articles. À la disposition de tous, comme l’étendard tombé au sol, prêts à être repris en main et portés fièrement ». C’est avec ces mots que le journal Marianne, par la plume de Gérald Andrieu, rend hommage à la mémoire de Coralie Delaume, cette « innocente guerrière », décédée des suites d’un cancer à l’âge de 44 ans. L’essayiste, auteure de nombreux livres sur l’Union européenne et les relations franco-allemandes, collaborait depuis plusieurs années dans les colonnes de ce journal, ainsi que du Figaro, où elle publiait de nombreuses tribunes.

L’annonce de sa disparition a provoqué une pluie d’hommages, venant surtout de la frange souverainiste de la classe politique et intellectuelle française. Jean-Luc Mélenchon a qualifié sa mort sur twitter d’un « crève-cœur », tandis que Florian Philippot rend hommage à la « figure intellectuelle du combat souverainiste ». Natacha Polony, directrice de Marianne, dit regretter « sa vivacité, sa rigueur intellectuelle et morale ».

Vrais problèmes, fausses solutions

Coralie Delaume, de son vrai nom Laura Blanc, était surtout connue dans le paysage intellectuel et médiatique français pour ses prises de positions sur l’Union européenne et le tandem franco-allemand, qualifiées de « souverainistes de gauche ». Dans son livre le couple franco-allemand n’existe pas, elle rappelait la domination écrasante de l’Allemagne en Europe (sic) et la relation de subordination de la France, vis-à-vis de sa voisine outre-Rhin. En oubliant peut-être que la France a réussi, de nombreuses fois, à nuancer la position de Berlin sur le cours de la politique européenne, le dernier exemple en date étant cette année, avec la proposition le 18 mai d’une initiative franco-allemande préfigurant le plan de relance Next Generation EU proposé par le Commission le 27 mai, et définitivement approuvé lors du Conseil européen de décembre.

De la même manière, Coralie Delaume considérait que l’Union européenne avait « détruit les démocraties nationales » (comme elle le rappelait sur les ondes de France Culture en juin dernier). C’est aller, encore une fois, un peu vite en besogne, car ce sont bel et bien les démocraties nationales qui refusent éperdument de donner à l’UE les moyens démocratiques dont elle a besoin pour réguler les compétences économiques que ces mêmes Etats lui ont donné sans trop broncher. Coralie Delaume militait pour moins d’Europe, nous pensons tout le contraire : il faut plus d’Europe, surtout en cette année de pandémie de COVID-19. Preuve de son engagement contre la fédéralisation de l’UE, elle était l’une des signataires d’une tribune parue le 29 mai dernier dans Marianne pour célébrer les 15 ans du rejet du traité constitutionnel européen par les électeurs français, bloquant de facto l’ensemble du processus de ratification.

Malgré tout, ses écrits soulevaient de vraies questions, comme le rôle de l’Allemagne dans l’Union européenne et dans le pilotage de sa politique économique, ou encore le lien entre démocratie nationale et européenne. Sa réflexion était intellectuellement nourrie de nombreuses lectures et faisait donc preuve de beaucoup de rigueur et de passion.

En tant que rédaction pro-européenne et fédéraliste, née justement après le choc du 29 mai 2005 et avec la mission de contrer les discours eurosceptiques, Le Taurillon tient toutefois à honorer la mémoire de Coralie Delaume et à adresser ses plus sincères condoléances à sa famille, ses amis, ainsi qu’à toutes celles et ceux qui l’ont côtoyée professionnellement.

Vos commentaires

  • Le 17 décembre 2020 à 16:45, par lopez En réponse à : Disparition de Coralie Delaume

    super cette niece intelligente grosse perte pour notre famille tonton jcl

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom