Europe sociale, des programmes à compléter

, par Rémi Lauwerier

Europe sociale, des programmes à compléter
Crédits photo : Josh Willink / Source : Pexels

L’Europe sociale sera un enjeu majeur du prochain mandat des députés européens. Une approche globale combinant politiques sociale, environnementale et économique est nécessaire mais fait pourtant défaut dans les programmes des partis. Attention donc à ce que la majeure partie de leurs propositions ne soient pas enterrées une fois le nouveau parlement élu.

Les citoyens européens veulent une action sociale de l’Union européenne

La campagne pour les élections européennes du 26 mai prochain est désormais lancée. Les têtes de liste des partis français étaient invitées à développer leurs propositions lors d’un débat organisé par la mutualité française le 11 avril dernier. Et ils ont fort à faire car les citoyens européens expriment de fortes préoccupations dans tous les domaines de la politique sociale. Selon une enquête sur les attentes des Européens en matière de santé menée récemment par Harris interactive , ils souhaiteraient que l’UE intervienne davantage en matière environnementale par exemple en interdisant les perturbateurs endocriniens comme le propose certains candidats. Au même titre, ils plébiscitent une action prioritaire dans le sens d’une harmonisation des droits sociaux ainsi que des directives dans le domaine de la santé. Les partis politiques européens doivent donc incarner ces attentes fortes des citoyens.

L’harmonisation sociale, idée partagée par les listes candidates

Un consensus se dégage dans cette campagne entre les têtes de liste sur l’identification des enjeux et la valeur ajoutée d’un échelon européen, à l’exception notoire du Rassemblement National. C’est pourquoi l’enjeu du travail détaché est présent dans tous les programmes. La plupart des partis proposent de réformer la directive avec pour objectif commun la lutte contre le dumping social. Les partis nationalistes (RN, Debout la France) affichent quant à eux leur volonté de la supprimer.

Les candidats se prononcent en majorité pour un « Airbus du médicament », centrale d’achat européenne qui permettrait de faire baisser les coûts d’achat, ou encore en faveur d’une obligation de vaccination au niveau européen. Même la tête de liste Europe Ecologie les Verts, Yannick Jadot, se positionne favorablement sur le sujet, en dépit des réticences de Michèle Rivasi, la n°2 de la même liste, à cette proposition.

Certains candidats défendent des positions qui vont plus loin que l’harmonisation sociale. C’est le cas de ceux qui portent une ambition européenne pour une « harmonisation sociale par le haut » (Ian Brossat, parti communiste français) et cherchent à « remplacer l’Europe du dumping, par celle de la mieux disance sociale » (Raphaël Glucksmann, tête de liste Parti Socialiste - Place Publique - Nouvelle Donne). Cette aspiration à plus de solidarité européenne, amène le leader de Génération.s, Benoît Hamon, à se détacher de ses concurrents en proposant un revenu universel européen et une inspection européenne du travail. Idée pourtant bien loin de la concrétisation avec le rejet du texte sur la coordination des systèmes de protection sociale.

Les partis avancent en ordre dispersé

Le volontarisme affiché par les candidats sur le fond des dossiers est cependant empêché par les stratégies électorales. La polémique n’est jamais bien loin et éclate dès qu’il s’agit d’imaginer le montant d’un éventuel revenu minimum européen Le manque de prise en compte du contexte politique européen dans les propositions des candidats français est un autre frein au débat sur le fond. Même la très experte Nathalie Loiseau, n°1 de la liste « Renaissance européenne », qui porte pourtant des propositions innovantes pour protéger les salariés de la transition numérique et l’uberisation de l’économie, se heurte à la réalité de la politique européenne. Lors du débat qui se tenait à la Maison de la radio, un journaliste du Frankfurter Allgemeine Zeitung lui rappelait que l’idée de revenu minimum européen n’est pas partagée outre-Rhin. Manfred weber, tête de liste du Parti Populaire Européen (PPE, droite européenne) a d’ailleurs réaffirmé son opposition à cette idée lors du débat du 15 mai entre les têtes de listes candidates à la présidence de la Commission européenne. Peu de chances donc de voir de telles propositions françaises solitaires concrétisées une fois le nouveau parlement élu.

Pour des résultats visibles, l’investissement doit être massif

L’Europe sociale a donc peu de chances d’aboutir à des résultats visibles pour les citoyens européens. La technicité des sujets appelle en premier lieu à une définition claire des compétences de l’Union européenne en la matière et il faut aussi s’accorder sur les besoins de financement. François Xavier Bellamy (Les Républicains) ne ferme pas la porte à la création de ressources propres pour l’UE mais avertit sur le besoin d’inscrire ces nouveaux prélèvements en tenant compte de ceux déjà en place dans les Etats membres.

Il reste certain que l’Europe sociale doit être l’objet d’un investissement politique massif. La préoccupation grandissante des citoyens européens, notamment en matière de politique environnementale, doit se traduire par des politiques ambitieuses et financées pour atteindre leurs objectifs. Les candidats devraient donc préciser leurs programmes notamment sur leur conception des biens publics européens (qualité de l’air et de l’eau en priorité). Le débat européen devant s’orienter également sur le prix légitime qui devra être fixé pour leur utilisation et leur maintien, via la mise en place de mécanismes tels qu’une taxe carbone.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom