Européennes 2019 : Faire entendre la voix de l’Océan jusque dans les institutions européennes

, par Surfrider Foundation Europe

Européennes 2019 : Faire entendre la voix de l'Océan jusque dans les institutions européennes

Poumon de notre planète, régulateur du climat, source de vie, l’avenir de la terre ne se trouverait-il pas en mer ? Alors qu’il couvre 71% de notre planète, l’océan est trop souvent oublié dans les programmes des candidats aux élections européennes. Si la protection de l’environnement s’est imposée lors de la campagne en 2019, l’océan n’a toujours pas l’attention politique qu’il mérite.

A quatre jours du scrutin, Surfrider Foundation Europe dresse un état des lieux des programmes politiques engagés pour le milieu marin, et appelle les citoyens à voter pour l’océan.

Depuis près de 30 ans, Surfrider Foundation Europe agit pour la protection de l’océan et du littoral. Avec près de 150 000 sympathisants, répartis sur 11 pays européens, l’ONG lutte au quotidien contre les atteintes à l’environnement littoral et à ses usagers. Pendant plusieurs mois, Surfrider a mené une consultation citoyenne « Voice for The Ocean » pour connaître – puis porter – les priorités des citoyens en matière de protection de l’océan. Cette consultation publique a vu s’exprimer des participants originaires d’une soixantaine de pays à travers le monde, dont 21 appartenant à l’Union européenne avec à leur tête la France, le Portugal, l’Espagne et l’Allemagne.

Parmi les huit sujets suggérés aux participants, trois d’entre eux ont su retenir une attention particulière. La lutte contre la pollution microplastique dont souffrent les océans constitue à ce titre, la préoccupation prioritaire. Elle est derrière suivie par l’exploitation off-shore des fonds marins, ainsi que par les nuisances écologiques émises par le transport maritime. La consultation a aussi été l’occasion de dégager des propositions politiques concrètes et efficaces pour s’attaquer à ces problématiques qui dépassent les frontières nationales. L’interdiction des microplastiques intentionnellement ajoutés aux produits de consommation, un moratoire sur les exploitations/explorations pétrolières ou gazières ou encore, la mise en place d’un label « transport écoresponsable » ont notamment été soulevés. Challengés par Surfrider au moment de la publication des résultats de Voice for the Ocean, les candidats ont-ils pris en compte les inquiétudes de leurs électeurs ? Tour d’horizon des programmes engagés pour l’océan.

La menace sur les écosystèmes marins liée au plastique est à considérer d’urgence. La quantité de déchets déversée dans l’océan ne cesse d’augmenter, notamment le plastique, qui forme en se dégradant de minuscules particules : le microplastique. Toxique et ingéré par les animaux marins, il fait aujourd’hui partie de la chaîne alimentaire. Cette menace est la priorité des citoyens pour l’océan. La liste Renaissance l’a bien compris et s’empare du sujet en proposant une interdiction des microplastique ajoutés aux cosmétiques, détergents, peintures d’ici 2020. Cette mesure concrète fait pleinement écho aux résultats de la consultation de Surfrider et répond aux attentes des citoyens. La France Insoumise, Europe Ecologie Les Verts et Envie d’Europe s’engagent quant à eux à lutter contre la production de déchets à la source, certains veulent aller vers une Europe « Zéro déchet » (FI), rétablir la consigne (EELV) ou encore interdire les emballages plastiques et polystirènes d’ici 2025 (EE). Autant de mesures concrètes et positives pour la lutte contre les déchets, la protection du milieu marin et de l’environnement en général.

Les données scientifiques montrent que pour respecter les objectifs de l’Accord de la COP21, 80 % des réserves connues de pétrole, gaz et charbon doivent rester intactes dans les sous-sols. Les énergies fossiles, de par les émissions de gaz à effet de serre, sont le principal facteur de réchauffement de l’atmosphère et de l’acidification de l’océan. Elles constituent également une source de pollution majeure (marées noires, rejets volontaires et diffus), mettant à mal l’équilibre des écosystèmes et de la biodiversité des milieux marins. Sur 33 listes candidates, les listes Envie d’Europe et Europe Ecologie les verts sont les deux seules à s’engager pour un moratoire sur les exploitations et les explorations offshores. Véritable inquiétude pour les citoyens européens, Surfrider déplore ce manque d’intérêt et appelle les futurs eurodéputés à se saisir urgemment du sujet, inquiétude formulée par leurs électeurs.

Le transport maritime, c’est 90% du transport de marchandises dans le monde. Si ce mode de transport est considéré comme étant le moins polluant, il doit encore relever de nombreux défis écologiques. Les pollutions accidentelles, comme les marées noires par exemple, sont les plus médiatisées car les plus impressionnantes. Pourtant, il en existe de plus insidieuses qui forment la grande majorité des pollutions affectant le milieu marin : pollution atmosphérique, dégazages, déversement des eaux de ballast… Le transport maritime est placé sur le podium des priorités des citoyens qui attendent des mesures fortes pour encadrer ce secteur d’activité : écoconception des navires, augmentation des contrôles des flottes, surveillance des pollutions. Surfrider regrette que ce sujet ne figure que sur le programme de l’UDI. En matière de transport maritime, et pour limiter les émissions de carbone, le parti promeut effectivement un développement des transports à l’hydrogène. Loin des mesures attendues par les citoyens, c’est l’unique mention faite à la transition du secteur de la campagne des élections européennes.

Aujourd’hui, Surfrider demande aux candidats et futurs eurodéputés de tenir compte des inquiétudes des citoyens en intégrant dans leur programme des propositions concrètes et significatives pour la protection de ce bien commun qu’est l’océan.

L’Union européenne se doit d’être à la hauteur de son espace maritime qui est le plus grand du monde, en mettant en œuvre les moyens nécessaires à sa préservation. Dimanche, mobilisons-nous pour une Europe leader de la protection du milieu marin. Nous avons la chance de faire entendre la voix de l’océan jusque dans les institutions européennes, saisissons-la.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom