Giuseppe Conte appelle à la solidarité européenne

, par Aline Thobie, Jérôme Flury

Giuseppe Conte appelle à la solidarité européenne
Giuseppe Conte a livré sa vision sur l’avenir de l’Europe ce mardi 12 février, au Parlement européen. © European Union 2019 - Source : EP - DAINA LE LARDIC

Défense commune, investissements en Afrique, relations diplomatiques, défi migratoire et renforcement de l’union économique et monétaire … Giuseppe Conte, chef du gouvernement italien, a livré sa vision du « futur de l’Europe », mardi 12 février 2019, devant un hémicycle loin d’avoir fait salle comble. Il s’agissait du dix-septième épisode d’une série de débats consacrés à l’avenir du projet européen.

« Les États nations seuls ne sont plus capables de faire face aux enjeux. »

Alors que les tensions se multiplient avec les autres États européens et particulièrement la France, Giuseppe Conte a prononcé un discours très européiste, appelant à faire bloc entre États. Pour lui, l’Europe doit apporter une réponse commune et considérer davantage la population européenne.

Le président du conseil italien a souligné certaines des avancées réalisées par l’Union européenne (UE), telle que la libre circulation des personnes, « l’une des conquêtes majeures du processus d’intégration européenne », à laquelle il n’est pas question de toucher. En effet, les « jeunes (…) ne veulent pas renoncer à cette liberté fondamentale ».

Pour autant, l’UE n’a pas encore, d’après lui, réussi à fédérer son peuple. « Notre devoir est de relancer le projet européen, lui redonner crédibilité et cohésion afin d’en garantir l’efficacité et la proximité. (…) Le processus d’intégration a progressé mais nous ne sommes toujours pas un peuple. »

En outre, le « péril nationaliste et populiste » a été évoqué comme représentant une menace « pouvant désintégrer l’Europe » et à laquelle il faut résister.

Une Europe unie et plus forte : une Europe européenne

Giuseppe Conte est ainsi revenu sur le « destin partagé » par les Européens et a formulé le vœu « qu’il y ait une voix européenne unie qui puisse s’exprimer au sein du Conseil de Sécurité de l’ONU », rejoignant ainsi la proposition du vice-chancelier allemand, visant à transformer le siège de la France en siège de l’Union européenne.

Il s’est montré clair sur les questions diplomatiques : l’UE doit continuer à travailler avec les États-Unis, et « rompre le dialogue avec la Russie et la Chine serait inutile ». Au contraire, il est nécessaire d’intensifier les coopérations pour renforcer le poids du continent sur l’échiquier mondial.

Une Europe plus forte disposerait également d’une armée : Conte a défendu le projet de défense commune ou « complément à l’OTAN ». Parmi les menaces à prendre en compte, le responsable italien a alerté sur l’importance de la cybersécurité, précisant que l’UE doit être à l’avant-garde à ce sujet.

Le chef du gouvernement italien a également pointé certaines limites du fonctionnement institutionnel de l’UE, appelant à faire émerger une vision politique de plus long terme. En vue du prochain cadre financier pluri-annuel, il a souligné l’importance de politiques continentales veillant à lutter contre le chômage, particulièrement chez les jeunes. Quant à l’objectif de consolidation de l’Europe, le lien entre l’UE et ses citoyens doit être recréé, pour éviter que « l’Europe de Bruxelles » devienne un modèle irréversible. Enfin, Giuseppe Conte s’est positionné en faveur de l’Union Bancaire pour compléter et parfaire l’Union Économique et Monétaire.

L’Union européenne à l’épreuve des migrations

Bien évidemment, Giuseppe Conte a évoqué la problématique migratoire, touchant particulièrement son pays. Il a plaidé pour un meilleur contrôle de la situation, par « une coopération avec et pour l’Afrique », une « solidarité entre États membres » et un « partage des responsabilités ».

En outre, par le thème migratoire, c’est aussi la place centrale de l’Italie qu’il a mise en avant à plusieurs reprises. Membre fondateur de ce qui est devenu l’UE, ce pays s’est toujours employé à « préserver les valeurs fondamentales lors des sauvetages maritimes ». Giuseppe Conte a ainsi affirmé que nulle gestion efficace de la crise migratoire ne se fera sans l’Italie ; de même que l’Europe de demain ne pourra se consolider sans elle.

Des réactions diverses, entre accord et désaveu

L’accueil des députés européens a été tout sauf chaleureux. Plusieurs ont critiqué la situation de l’Italie dont le taux de croissance est très faible, inférieur à 1%. Dès lors, comment Giuseppe Conte peut-il défendre une réforme économique de l’UE ? C’est ce qu’ont demandé le PPE et le S&D. Par ailleurs, certes membre fondateur, l’Italie « apporte une voix discordante » actuellement, comme sur la question de la reconnaissance du gouvernement vénézuélien. L’ALDE, dans les propos de Guy Verhofstadt, l’a mentionné. Le député belge a également pointé le décalage entre les propos tenus par Giuseppe Conte et la politique menée par l’Italie ces derniers mois. Alors que le responsable italien a tenu un discours prônant la solidarité et les actions de l’Italie pour l’Europe, il convient de rappeler que le pays du sud de l’Europe a fait cavalier seul depuis l’alliance entre Di Maio et Salvini, et en s’engageant dans un bras de fer avec la Commission européenne sur la question de son budget. C’est donc un discours étonnant que celui mené par Giuseppe Conte, appelant à la solidarité alors que son pays semble se …désolidariser de l’UE depuis un moment.

Néanmoins, deux points du discours ont semblé faire consensus. Une place plus importante doit être dévolue au Parlement européen « via un droit d’initiative et un pouvoir d’enquête », et c’est en son sein que se jouera le futur de l’UE. Futur qui devra prendre en compte « les rêves et les préoccupations du peuple européen » en devenir.

Toutes les citations extraites dans cet article sont issues du discours du Premier ministre italien, Giuseppe Conte au Parlement européen, et du débat qui a suivi avec les députés. Vous pouvez revoir le discours sur le site du Parlement européen.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom