Hommage à Domenico Lenarduzzi, père du programme Erasmus

, par Michel Caillouët

Hommage à Domenico Lenarduzzi, père du programme Erasmus
Domenico Lenarduzzi. Source : wikimedia commons

Domenico Lenarduzzi (1936-2019) , directeur honoraire de la Commission européenne, « Père du Programme Erasmus », est décédé le 2 décembre 2019.

Né à Turin, bombardé en 1943, il avait dû fuir l’Italie pour s’installer à Charleroi, en Belgique, où son père avait trouvé un emploi dans les charbonnages. À 17 ans, il a contracté la poliomyélite.

Il est rentré à la Commission européenne sur concours en 1965, et en 1981, est nommé à la Direction des Affaires sociales, secteur éducation. C’est là qu’il a mit en œuvre son intuition fondamentale, « L’Europe doit se construire directement avec les citoyens, la jeunesse ». Il a alors défini le concept de la mobilité des jeunes étudiants au niveau européen.

La gestation de ce programme a été lente et difficile, de nombreux Etats-Membres s’y opposant, notamment pour des raisons budgétaires. Aidé par les conclusions du sommet de Fontainebleau en 1984 et le souhait de « créer une Europe des citoyens », ce n’est qu’en mars 1987 que le président de la République française Mitterrand — suite à un dîner avec des étudiants, comme quoi les décisions publiques ne tiennent qu’à un fil… –, et d’autres chefs d’État et de Gouvernement, comme le premier ministre du Danemark, ont levé leurs vetos.

La création d’Erasmus serait-elle encore possible aujourd’hui ?

Ce programme Erasmus, dont on connaît maintenant l’impact majeur après plus de 30 ans de réalisations, a été créé en application de la « méthode communautaire » : propositions de la Commission, garante de l’intérêt général, et conviction, pour convaincre les États membres et le Parlement européen, décideurs.

Domenico Lenarduzzi, dans une interview de 2011, mettait en évidence, que, dans le contexte actuel de l’évolution de l’Europe, une initiative comme celle du programme Erasmus ne serait plus possible : contraintes du budget pluriannuel agissant comme une "camisole de force", disparition de la liberté d’initiative de la Commission européenne du fait du poids bloquant du système intergouvernemental européen… En filigrane, l’agonie de la « méthode communautaire » et l’absence de politiques réellement fédérales sont maintenant des contraintes pesantes, tuant toute initiative !

Domenico Lenarduzzi s’était exprimé, il y a un an, avec son petit fils. Un dernier témoignage émouvant : Erasmus+ : Témoignage de Domenico Lenarduzzi, inspirateur du programme Erasmus par la Commission européenne en France.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom