Juncker + Trump : quel accord sur le long terme ?

, par Nathanaël Fritz

Juncker + Trump : quel accord sur le long terme ?
Jean-Claude Juncker et Donald Trump, le 25 juillet dernier à Washington. © European Union, 2018 / Source : EC - Audiovisual Service / Photo : Etienne Ansotte

Le 25 juillet dernier, Donald Trump et Jean-Claude Juncker se sont rencontrés afin d’apaiser les tensions commerciales entre les deux continent. Ainsi, ils sont parvenus à plusieurs accords figurant dans une déclaration commune, notamment sur les marchés du soja et du gaz naturel américains. Si les deux ententes soulèvent des difficultés non-négligeables côté européen, il semblerait que dans son ensemble, la déclaration commune apparaît comme un succès diplomatique pour la Commission.

Un succès diplomatique pour la Commission...

Ces deux accords, même s’ils sont sujets à controverses, n’étaient pas faciles à obtenir pour la Commission européenne. En effet, après avoir augmenté respectivement de 10% et de 25% les droits de douane sur l’importation d’aluminium et d’acier européen, le président américain menaçait de surtaxer de 25% l’importation des automobiles européennes aux États-Unis. Il s’agit là d’un secteur très lucratif pour l’Europe et en particulier pour l’Allemagne. Ce secteur emploie 800 000 Allemands et rapporte plus de 50 milliards d’euros à l’UE chaque année. Par conséquent, en plus d’être diplomate, l’Europe a dû faire des efforts pour espérer ne pas voir la menace de Trump mise à exécution.

Vu sous cet angle, il semblerait que la visite de Jean-Claude Juncker Outre-Atlantique soit un succès pour l’Union européenne. Donald Trump a finalement décidé de ne pas appliquer de surtaxe sur les voitures européennes… Enfin, pour l’instant. De plus, les Etats-Unis se sont engagés à revoir leur position sur les hausses de droits de douane quant à l’acier et à l’aluminium effectuées en juin dernier. Ainsi, la Commission estime avoir fait ce qui était nécessaire à ce jour pour préserver les intérêts des Européens. De plus, Juncker a réussi à renouer un dialogue avec les États-Unis.

Ce dialogue s’illustre particulièrement dans la constitution de “groupes de travail exécutifs” qui est, à ce jour, la première - et la seule - conséquence concrète de la déclaration commune du 25 juillet. L’objectif visé par ces groupes d’experts transatlantiques sera d’appliquer “zéro droit de douane” dans plusieurs domaines comme ceux des services et des produits chimiques, pharmaceutiques et médicaux. Par ce deal, Trump et Junker manifestent ce que le président américain appelle “une nouvelle phase” dans les relations entre l’Europe et les États-Unis.

Mais pour combien de temps ?

En revanche, si le dialogue entre les deux continents ne porte pas les fruits attendus par Donald Trump, il est fort probable que ce dernier ne retouche pas aux droits de douane sur l’acier et l’aluminium. De plus, rien ne l’empêchera de surtaxer les voitures européennes. Ces groupes d’experts ont donc une fonction essentielle dans les discussions entre Bruxelles et Washington. Ce sont eux qui détermineront dans plusieurs mois si cette “nouvelle phase” dans les relations entre Europe et États-Unis sera durable ou non. Toutefois, il est à retenir que D. Trump a accepté de reprendre les négociations, et qu’il espère coopérer davantage avec les Européens. La volonté de collaboration entre les deux continents se traduit également par le désir commun de réformer l’Organisation Mondiale du Commerce (O. M. C.). En effet, les deux présidents désirent tous deux empêcher certaines pratiques commerciales déloyales, notamment le transfert forcé de technologie. Cela vise en particulier la Chine qui oblige une entreprise voulant s’installer sur son sol de lui transmettre sa technologie. C’est donc un front commun qui semble se constituer face à la Chine dans sa pratique commerciale. Les occidentaux ont d’ailleurs porté plainte auprès de l’OMC par rapport à ces pratiques chinoises. D’une certaine manière, on en conclut que “les ennemis de mes ennemis sont mes amis”. C’est en tout cas ce que voulaient faire refléter Juncker et Trump quand ils ont évoqué ce sujet lors de leur entretien.

Un accord peu clair, réveillant des réactions différentes parmi les Européens

Les Européens ne se prononcent pas à l’unisson au regard de cette déclaration commune du 25 juillet dernier. Si les Allemands se réjouissent de l’accord trouvé entre Trump et Juncker -notamment à propos du retrait de la menace sur les surtaxes quant aux importations d’automobiles -, les Français ne se montrent pas aussi enthousiastes. Emmanuel Macron, lors d’une conférence de presse à Madrid le 26 juillet dernier, indiquait que le contexte actuel “ne permet pas” de négocier un vaste accord commercial. Il attend du président américain de revenir le plus tôt possible sur les surtaxes concernant l’importation d’acier et d’aluminium. C’est un premier pas qui est nécessaire pour entamer des négociations en matière commerciale selon le président français. En effet, “une bonne discussion commerciale [...] ne peut se faire que sur des bases équilibrées, réciproques, et en aucun cas sous la menace”.

À ce sujet, le lendemain de la déclaration commune entre Jean-Claude Juncker et Donald Trump, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a indiqué lors d’une interview sur la chaîne américaine CNBC que l’objectif premier des groupes d’experts était de résoudre le conflit des droits de douane autour de l’acier et de l’aluminium. Ainsi, il semblerait que les États Unis aient pris à cœur cette condition afin de pouvoir avancer dans le dialogue. En définitive, il semblerait que Juncker ait réussi son objectif : il a apaisé la situation commerciale transatlantique. Cependant, si les tensions ont très largement diminué, nul ne sait si cela va durer encore très longtemps. Au cours des prochains mois, un accord clair et précis sera présenté, et c’est cet accord qui déterminera l’état des relations entre les États-Unis et l’Union européenne.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom