L’Europe est vivante !

, par European Sport Association

L'Europe est vivante !

3 jours. C’est le temps qu’il nous a fallu pour nous rendre compte que l’Union européenne est plus resplendissante que jamais. Alors, au vu de cette introduction quelque peu cavalière, plusieurs questions devraient légitimement vous venir à l’esprit : Pourquoi utiliser le mot « vivante » pour désigner une Europe que certains politiciens essaient tant bien que mal à faire passer pour dépassée ? Pourquoi 3 jours ? Et surtout, que, ou plutôt qui désigne ce « mystérieux » nous ?

Etudiants à l’EDHEC Business School de Lille et amis depuis le début de nos études supérieures, nous sommes cinq. Se focaliser sur chacune de nos personnalités serait assez long et peu en rapport avec le sujet, c’est pourquoi le « nous » est et sera de rigueur durant cet article, tout comme il devrait l’être plus souvent au sein de l’Union européenne. Dans le cadre de notre première année d’études, notre groupe, et plus largement notre classe avait pour projet de première année (PPA) l’organisation d’un ou plusieurs évènements en lien avec l’Union européenne. Ce thème a immédiatement suscité notre enthousiasme et notre plus vive curiosité quant à la forme que nous allions donner à notre projet.

C’est alors que notre tuteur nous annonce par mail, que deux groupes vont avoir l’opportunité de partir à Rome à l’occasion de la Marche pour l’Europe, organisée pour les 60 ans du Traité de Rome. Pour les profanes, le Traité de Rome est le traité fondateur, entre autres, de la Communauté Economique Européenne ou encore la Communauté Européenne de l’énergie atomique. Bien évidemment, notre groupe a été le premier à répondre positivement à la proposition.

Plusieurs mois ont passés et nous sommes à présent en Février, un mois et demi avant la Marche de Rome. Il était enfin temps de transformer toutes nos belles idées en concret. La note finale donnée pour notre projet ne comptait déjà plus pour nous : nous avions tous les cinq débuté nos études supérieures avec la même idée : prendre de l’expérience partout où l’on pouvait en prendre, et Rome allait être l’occasion parfaite d’en prendre un maximum.

Début Mars, nos idées prenaient enfin du sens et la motivation était à son comble. Facebook Live, vidéo blog, reportage photo, articles ou encore entretiens avec des personnalités diverses et variées, les projets ne manquaient pas ! L’excitation générale a atteint son pic lorsque nous avons, tous ensemble, acheté les billets d’avion et réservé l’hôtel, tout devenait si réel ! C’est donc avec un projet précis et avec une motivation qui n’avait d’égal que notre envie de bien faire que nous avons embarqué, trois jours avant la Marche, dans un avion à destination de l’aéroport de Ciampino.

22h50, arrivée sur le tarmac de l’aéroport de Ciampino. Des effluves de sauce tomate pénètrent nos narines. Malheureusement, cette odeur se révéla simplement être le repas d’un employé de l’aéroport et non celle d’une pizzeria comme nous l’espérions tant. Cliché, nous direz-vous. Vous allez découvrir par la suite que beaucoup de clichés italiens s’avèreront en partie vrais, mais, au final, n’est-ce pas ce qui fait le charme de ce pays ?

A peine sortis de l’aéroport, nous nous rendons compte que nous avions sous-évalué la distance entre l’aéroport et l’hôtel de l’aéroport. Drôle de nom qu’hôtel de l’aéroport pour un hôtel situé à plusieurs kilomètres de ce même aéroport. Il n’empêche que nous n’avons eu aucun mal à trouver un italien prêt à nous transporter jusqu’à notre lieu de villégiature. Cinq minutes. C’est le temps que nous avons passé dans l’hôtel, avant de nous diriger vers la seule pizzeria aux alentours. (L’aéroport de Rome étant situé à 40 minutes du centre-ville) Aucun de nous cinq ne saurait retrouver le nom de cet endroit mais ce dont nous nous souviendrons toujours est que le restaurateur ait accepté de nous servir, alors que la pizzeria était censée être fermée depuis un certain temps. Après avoir découvert ce qu’était une « vraie » pizza et regardé le film Gladiator, (il ne faudra pas dire qu’on ne vous avait pas prévenus pour les clichés) diffusé ce soir-là à la télévision italienne, en compagnie du pizzaiolo, nous avons entamé une longue marche pour découvrir le village et constater que l’architecture et la disposition des villages italiens étaient bien différentes de celles des villages français. Une excellente nuit de sommeil s’en suivit.

Jeudi et vendredi passèrent aussi vite que les avions qui entamaient leur atterrissage au-dessus de notre premier hôtel. Préparer la journée de Samedi, visiter la ville de Rome et découvrir la gastronomie locale : tels furent nos objectifs principaux. Rome est une ville fascinante, remplie d’Histoire. Arpenter les rues de la métropole italienne et s’y perdre en cherchant un bon restaurant fut particulièrement divertissant. Louer des vélos et pédaler à travers la ville, afin de capturer les meilleurs clichés le fut encore plus. Déguster de savoureux jambons italiens accompagnés de vin et suivi d’une pizza fut un plaisir gastronomique incomparable. Et que dire de notre préparation de la journée de la Marche de Rome, assis Plaza di España sous 20 degrés ! Rome est une ville magnifique.

L’évènement le plus marquant de ces deux jours précédant la Marche se déroula le Vendredi à l’heure du déjeuner : l’assemblée générale du think-tank dirigé par Guillaume Klossa, Civico Europa. Nous assistons avec la plus grande attention à la réunion et engrangeons un maximum d’informations afin d’améliorer notre connaissance de l’Union européenne et en apprendre plus sur Guillaume Klossa et son projet européen novateur. En conversant avec les journalistes et diplomates présents, nous constatons, avec eux, que nous ne connaissons qu’une infime partie des résolutions de l’UE concernant la jeunesse. Nous essayons donc, tous ensemble, de remédier à cela en proposant, entre nous, des idées afin d’améliorer la portée des actions de l’UE. Des entretiens passionnants, mais un goût amer nous reste dans la bouche quant à la communication de l’UE sur de tels projets liés à la jeunesse, dont nous faisons encore partie.

Samedi matin. Le soleil vient de se lever et nous commençons une journée qui prévoit d’être longue, mais passionnante. La Marche débute aux alentours de 12h30, et un Uber, qui a certainement dû oublier toutes les limitations de vitesse dans la capitale, nous y conduisit à 11h30. Le temps de trouver un endroit convenable pour commencer le Facebook Live et de s’imprégner de l’atmosphère qui régnait dans la foule, il était déjà midi, l’heure de commencer le micro-trottoir. Entre un professeur d’économie à l’Université de Rome, un étudiant installé à Rome et un homme déguisé en Superman aux couleurs de l’Union Européenne, nos entretiens ont été très réussis, et surtout vraiment représentatifs de la foule présente à Rome ce jour-là.

13h. La Marche débute et la foule commence à marcher et à scander des slogans proeuropéens tout le long. Nous sommes fascinés par cette foule qui avance comme une seule personne : jeunes, moins jeunes, riches, moins riches, hommes, femmes, handicapés, c’est un microcosme de l’Union européenne et de sa diversité auquel nous faisons face. Arrivés au Colisée vers 14h, nous discutons avec de nombreuses personnes, venues de tout le continent, et même de Etats-Unis afin de célébrer l’Union européenne ! Des drapeaux européens partout, telle est l’image que nous retiendrons à jamais de cette Marche.

Oui, l’Union Européenne est aujourd’hui menacée et fait même naufrage pour certains. Oui, l’Union Européenne telle qu’elle est aujourd’hui est dépassée. Oui, il serait peut-être temps de la modifier. Mais après tout, s’unir et partager les différentes cultures n’est-il pas le but de toute société ? Le simple fait de pouvoir voyager de Lille jusqu’à Charleroi en voiture et de Charleroi à Rome en avion sans encombre n’est-il pas le symbole de l’Union Européenne ? Nous les jeunes, avons besoin de ces symboles pour croire en l’UE. Nous, les jeunes, avons besoin d’évènements comme la Marche de Rome, pour nous sentir impliqués dans le processus européen. Nous les jeunes, avons besoin de diplomates européens qui nous parlent, de novateurs, comme M. Klossa. Nous, les jeunes, avons besoin d’être entendus, écoutés et compris. L’Union Européenne a été et est une révolution économique, politique et sociale, mais elle ne restera pas ainsi si elle n’implique pas plus sa jeunesse dans le processus européen.

Commenter cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom