« L’Union pour la Méditerranée consolide le Processus de Barcelone »

Interview de Eneko Landaburu, DG des Relations Extérieures de la Commission européenne

, par Fabien Cazenave

« L'Union pour la Méditerranée consolide le Processus de Barcelone »

A l’occasion des États Généraux de l’Europe du 21 juin 2008 à Lyon, le Taurillon interroge Eneko Landaburu, directeur général de la Direction générale des Relations extérieures de la Commission européenne.

Le Taurillon : Vous êtes Directeur général de la DG Relations Extérieures de l’Union européenne. Pourriez-vous nous y présenter votre travail ?

Eneko Landaburu : La Direction générale des Relations extérieures de la Commission européenne est chargée des relations de l’Union européenne avec l’ensemble des pays en dehors de l’Union.

Nous avons plus de 700 accords internationaux avec différents pays et organisations internationales. Nous avons un réseau de 130 délégations dans le monde où plus de 5000 collaborateurs travaillent tous les jours pour développer nos relations avec ces différents pays.

L’Union européenne est non seulement le premier partenaire commercial au monde, elle est aussi la deuxième puissance économique. Premier donateur pour l’aide au développement, l’Union européenne agit aussi comme leader dans un certain nombre de grandes questions comme le changement climatique et le développement soutenable.

Je dirais enfin que l’Union européenne se caractérise dans sa politique des relations extérieures comme défenseur du multilatéralisme et des principes et valeurs de la démocratie, des droits de l’homme et de l’état de droit. Nous avons tous les ans un Sommet au niveau des chefs d’État et de Gouvernement avec les principaux pays du monde.

Le Taurillon : Vous allez participer aux EGE le 21 juin à Lyon sur la thématique de l’UE et ses voisins. L’Union pour la Méditerranée va-t-elle permettre un renouveau des relations avec les pays du Sud de l’Europe ?

Eneko Landaburu : J’espère en effet que le « Processus de Barcelone - Union pour la Méditerranée » qui sera consacré au Sommet du 13 juillet à Paris va permettre d’améliorer nos relations avec les pays du sud de l’Europe.

Cette initiative consolide le Processus de Barcelone, en créant un sommet de Chefs d’état et de gouvernement de tous les pays concernés tous les deux ans.

Il permettra un partenariat plus équilibré entre les deux rives de la Méditerranée. Il devra enfin mettre en œuvre un certain nombre de grands projets d’infrastructures et de coopération visibles et améliorer les liens économiques entre les partenaires du nord et du sud.

Le Taurillon : Comment gérez-vous le fait que la Commission se soit positionnée favorablement à l’indépendance du Kosovo alors que certains pays comme l’Espagne n’ont pas eu la même réaction ?

Eneko Landaburu : L’Union européenne est composée de partenaires souverains qui sur certains dossiers comme l’indépendance du Kosovo ont introduit des nuances dans leurs positions respectives.

La Commission européenne s’est rangée derrière la position de la majorité des États membres. Sur une question aussi importante et délicate, il n’est pas étonnant que tous les États membres n’aient pas la même position.

Le Taurillon : Est-ce que l’Union européenne n’est pas une chance pour la France de peser plus dans le monde que si elle était seule ?

Eneko Landaburu : Incontestablement. Face aux défis que traverse notre planète et le poids relatif de la France qui se réduit, l’Union européenne constitue pour tous les États membres le vecteur privilégié pour avoir une influence forte à l’extérieur de nos frontières et pour peser plus sur les affaires du monde.

Unis nous comptons pour défendre nos intérêts et répondre à des menaces éventuelles, divisés nous sommes tous affaiblis. Je me réjouis qu’une grande partie du personnel politique français ait compris que la France ne pourrait être forte et rayonnante que dans une Europe solide et intégrée.

États Généraux de l’Europe le 21 juin à Lyon

Un évènement de la société civile, festif et populaire

Les États Généraux de l’Europe (EGE) sont conçus avant tout comme un lieu de débats ouverts et accessibles au grand public sur les enjeux européens. Ils sont organisés par la société civile, en toute indépendance, dans une approche pluraliste, en coopération avec les autorités publiques nationales et locales. Organisés sur une journée, les EGE se décomposent essentiellement en trois types d’activités :

• 2 plénières :

- Plénière d’ouverture : de grandes figures européennes lanceront cette grande journée de débats en évoquant la citoyenneté européenne sous ses différentes déclinaisons : économique et sociale, politique et culturelle. Avec notamment : Giorgio Napolitano, Président de la République d’Italie ; Jean-Pierre Jouyet, Secrétaire d’État chargé des Affaires européennes ; Jacques Delors, ancien Président de la Commission européenne ; François Chérèque, Secrétaire Général de la CFDT, Elie Barnavi, Historien.
- Plénière de clôture : des députés européens de tous pays et des responsables français, seront interpellés par les trois représentants des associations organisatrices (Europanova, le Mouvement Européen - France et Notre Europe) pour réagir aux questions posées pendant la journée dans le cadre des ateliers-débats. A un an des élections européennes, les députés européens mettront en lumière la pluralité des sensibilités et des positions présentes au Parlement européen. Avec notamment : Daniel Cohn-Bendit, Martine Roure, Alain Lamassoure, Pat Cox, etc.

• 18 ateliers-débats autour des trois thèmes suivants :

- les outils de la démocratie en Europe (le droit de vote, la représentativité des citoyens, l’échange des idées par internet…)
- les échanges humains en Europe (la mobilité des jeunes, le sport, la santé, la culture, …)
- les responsabilités de l’Europe (la mondialisation, le développement durable, la responsabilité sociale des entreprises, les migrations…).

Ces tables rondes ont été conçues pour donne l’occasion à tous de s’exprimer et dialoguer avec des responsables européens, locaux, des syndicalistes, des chefs d’entreprises, des journalistes, des écrivains de tous horizons, sur l’Europe ! Seront notamment parmi nous : Michel Barnier, Jacques Barrot, Tommaso Padoa-Schioppa, Elisabeth Guigou, Bronislaw Geremek, Gérard Onesta, Bernard Soulage, Mercedes Bresso, Jean Besson, Didier Jouve, Thierry Philip, Jean-Michel Aulas, etc.

• Des activités ludiques seront proposées tout au long de la journée :

- Des activités pour les plus jeunes permettront aux parents de faire découvrir l’Europe à leurs enfants. Un spectacle pour enfant et des jeux « européens » seront prévus pour eux !
- Le café littéraire sera l’occasion de rencontrer les auteurs de livres consacrés à l’Europe avec la présence de Jean-Noël Jeanneney, ancien président de la Bibliothèque Nationale de France, de Guy Verhofstadt, ancien Premier ministre Belge, de Daniel Henri auteur du manuel d’histoire franco-allemand, etc.
- Le village européen rassemblera tous les partenaires de l’évènement.
- La simulation des travaux du Parlement européen. Pour fêter les 50 ans du Parlement européen, la « simulation » rassemblera près de 500 jeunes citoyens de 15 à 22 ans, de la région mais également d’Italie. Ils débattront et voteront une résolution sur « la participation des citoyens européens au développement durable ». La résolution, sera remise à Didier Jouve, Vice Président de la Région Rhône-Alpes, comme une des contributions à l’élaboration d’une vision partagée de Rhône - Alpes au 21ème siècle. Elle sera également remise symboliquement aux Députés européens.

Les associations impliquées dans l’organisation :

Action fédéraliste - Socialisme et Liberté, AFCCRE, Association Européenne Des Enseignants, Agence de l’Education par le Sport, Association réalités et relations internationales, Banlieues d’Europe, Bouge ta ville, bouge l’Europe !, Bruegel, cafebabel.com, FONDA/CAFECS, CCMSA, Cercle des Européens, Centre des Jeunes Dirigeants, CFDT, CGI, Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon, CIDEM, CIMADE, Commission européenne, Commission pour l’étude des Communautés Européennes, Communauté urbaine Grand Lyon, Confrontations Europe, Conseil Général du Rhône, Conseil Général des Jeunes du Rhône, Conseil régional Rhône-Alpes, Conseil syndical interrégional Alpes Arc alémanique, Débarquement jeunes, Decitre, EAPN France, EUCIS-LLL, EUNIC, Euractiv.fr, European Coalition for Corporate Justice, Europe Direct Rhône-Alpes, Europe et mondialisation, Europe et Société, Euros du Village, Fédération des centres sociaux, Fondapol, Fondation Armée du Salut, Fondation Robert Schuman, Forum civique européen, French American Foundation, GENEPI, GISTI, GL Events, Goethe Institut – Lyon, Groupe des Belles feuilles, Imagine ton futur, Institut ASPEN France, Institut de la Protection Sociale Européenne, Jeunes Européens – France, Jeunes Décideurs Europe Young leaders, Jeunesse Ouvrière Chrétienne, L’Europe à la Une, Ligue de l’enseignement, Ligue Européenne de Coopération économique, Maison de l’Europe, Movimento Federalista Europeo – Italie, Ministère des Affaires étrangères / Secrétariat d’Etat aux Affaires européennes, Mouvement rural de jeunesse chrétienne, Musée de l’Europe, Musée des confluences, Mutualité Sociale Agricole, Nouvelle Europe, Parlement européen, Parlement européen des jeunes, Plateforme sociale européenne, Pole européen de Lyon et Rhône-Alpes-Réalités européennes du présent, Sauvons l’Europe, Secours catholique, Sport et Citoyenneté, Taurillon, Terra Nova, Touteleurope.fr, UEF - Rhône-Alpes, Union pour une Europe Fédérale, UNIOPSS, URIOPSS Rhône-Alpes, UNSA, Ville de Lyon / Communauté urbaine.

Illustration :
- photographie de Eneko Landaburu fournie par son service.
- logo des États Généraux de l’Europe.

Vos commentaires

  • Le 12 juin 2008 à 08:17, par Philippe En réponse à : « L’Union pour la Méditerranée consolide le Processus de Barcelone »

    Excellente interview. Je souligne que Monsieur Landaburu participera avec
    - Romano Prodi, Ancien Président de la Commission Européenne, Ancien Président du Conseil Italien
    - Salomé Zourabichvili, Ancienne Ministre géorgienne des Affaires étrangères
    - Michel Foucher, géographe et diplomate
    - Lucas Macek, Directeur du campus Europe Centrale et Orientale de Sciences-Po Paris à Dijon

    A l’atelier « Quelle responsabilité de l’Europe vis-à-vis de ses voisins ? » pilotée par Nouvelle Europe avec les Young European Leaders.

     :-)

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom