La bonne nouvelle européenne

, par Omar Otmani

La bonne nouvelle européenne
Source : Pixabay

La mamelle de l’Europe continue de nourrir ses enfants. De la même façon que le diamant trouve sa force et sa splendeur sous la pression infernale des profondeurs, l’Europe n’a jamais été aussi grande de ses épreuves. Oui, partout dans le monde les ténèbres grandissent et cherchent à prendre leur revanche sur les enfants de ceux qui les ont repoussées autrefois. Nous voyons ces ombres arracher des gens de leurs demeures et de leurs vies. Des gens pour qui les mots Liberté et Justice ne sont pas inscrits sur les frontons de leurs bâtiments publics, mais dans la profondeur des plaies saillantes et des traumatismes qu’une humanité d’ignorance, de haine et de misère, ont inscrit dans leurs corps de façon indélébile.

L’Europe est la Lumière des mondes. Un phare qui éclaire non pas un peuple ou un groupe spécifiquement, mais chaque individu, femme, enfant et homme dont le plus ardent désir est de connaître une existence où, peu importe son identité pourvu qu’il veuille vivre en paix, chacun a le droit de conduire une existence paisible du moment qu’il y respecte les lois. La population de l’Union Européenne est la troisième plus importante sur Terre, derrière la Chine et l’Inde. Son Indice de Développement Humain est le plus élevé de la planète, comparable au Japon, aux États-Unis ou à l’Australie. Nous sommes forts et tant que nous resterons unis, nous n’aurons pas à avoir peur du monde.

L’Europe ne faiblit pas

Les forces militaires, policières et judiciaires des pays de l’Union n’ont jamais été aussi soudées. Notamment en matière de renseignement et de cybersécurité (SPARTA et projets intégrés au programme Horizon Europe). En renforçant ses structures propres, l’Europe ne cherche pas à remplacer d’autres institutions, comme l’OTAN par exemple, ou de se placer en porte-à-faux des États-Unis, mais à apporter des réponses complémentaires et cohérentes à celles déjà existantes. Actuellement, l’Europe de la défense est tellement sophistiquée et robuste qu’elle n’enlève pourtant rien à l’efficacité opérationnelle des États membres de l’Union. Y figurent entre autres, la Coopération Structurée Permanente, l’Agence européenne de défense ou encore l’État-major de l’Union Européenne. Les diverses missions portant les sigles EUNAVFOR, EUFOR et autres, ont démontré que cette armée européenne de facto fonctionne, et considérant ses résultats, il est logique de vouloir persévérer dans cette voie. La neutralité militaire de l’Irlande, de Malte et de l’Autriche, de la Suède ou de la Finlande, ne constitue pas un contre-argument à un renforcement de la coopération militaire dans l’absolu, puisque ces États, malgré leur position officielle, assument la clause d’assistance mutuelle des pays de l’Union et participent également à l’envoi de troupes dans les interventions armées européennes (opérations Althéa et Atalante par exemple).

L’écosystème de la défense et de l’industrie aéronautique produit des externalités positives fortes sur les développements ambitieux de l’Agence Spatiale Européenne, ayant tout autant pour objectifs de guider l’humanité sur le chemin de l’épanouissement scientifique et spirituel, de la coopération internationale, du progrès et de la paix qui en découlent, que d’affirmer la souveraineté et le prestige de l’Union Européenne. Le lancement du système Galileo, alors que beaucoup continuent de croire utiliser le GPS, démontre que notre continent n’a rien à envier aux autres. L’entreprise Carmat en France, filiale d’Airbus, qui a développé un cœur intégralement artificiel, est l’un des résultats finaux de cet ensemble militaro-industriel européen dont nous pouvons être fiers.

Au sujet de la sécurité intérieure, on peut citer les accomplissements notables d’Eurojust pour la justice, d’Europol et Cepol pour la police (sachant que l’Union Européenne travaille également en très étroite collaboration avec Interpol et finance avec largesse des programmes ambitieux de lutte contre les trafics d’armes, de stupéfiants et d’êtres humains à l’international), ou encore Frontex et eu-LISA concernant les flux illégaux de populations. Toutes ces agences accomplissent quotidiennement un travail remarquable, dans l’indifférence générale des citoyens européens et dans le mépris de ceux qui dénigrent leur travail en prétendant qu’un retour à une sécurité strictement nationale serait plus efficace, tout en voulant simultanément se faire les chantres de la protection intérieure et migratoire. En plus d’une fusion avancée au sein des services internes à l’Union, la coopération internationale et le respect des cultures étrangères demeurent nécessaires pour ne pas s’aliéner des soutiens précieux pour notre sécurité. En ce sens, le Partenariat Euromed et l’Union pour la Méditerranée doivent être préservés et renforcés.

L’Europe rayonne

L’Union Européenne n’a rien perdu de son prestige géopolitique. Le Soft Power de l’Europe est devenu le plus important de la planète, grâce à l’agrégat des réseaux d’ambassades et de consulats de tous ses États dans le monde entier, grâce à l’Accord de Paris sur le climat ainsi qu’à notre implication sur le dossier du nucléaire iranien.

Parallèlement, bien qu’il ne fasse pas partie de l’Union Européenne, le Vatican conduit une campagne diplomatique et de communication publique plus intensive que jamais, et qui continue de porter ses fruits et de démontrer de redoutables performances sur toute la surface du globe.

La Zone Économique Exclusive de l’Union Européenne, la plus grande au monde, devant les États-Unis, n’a pas uniquement une vocation mercantile, et contribue largement au rayonnement de l’Europe étant donné toutes ses implications politiques et stratégiques. Quant aux exportations d’armes qui sont tant décriées, c’est précisément parce que l’Europe est un incontournable exportateur d’armes qu’elle arrive à tenir son rang géopolitique et à exercer une pression diplomatique conséquente sur les puissances étrangères aux intérêts contrariants.

Le Sofagate était un malentendu protocolaire entre fonctionnaires. Les mauvaises langues effarouchées ont décidé de le transformer en affaire personnelle en voulant le travestir avec des questions de féminisme ou de perfidie turque, alors qu’il n’était absolument pas question de cela. La moindre occasion est bonne pour instrumentaliser des situations anodines afin de servir des présupposés idéologiques qui n’ont pas leur place et les polémistes de piètre moralité en font leurs choux gras en cousant par-dessus toute une narration ainsi que leurs fantasmes. À ma connaissance, les navires et les infrastructures turcs n’ont toujours pas colonisé les eaux grecques. Par ailleurs, nous attendrons encore longtemps que l’île de Chypre passe intégralement sous contrôle turc. La Turquie est toujours alliée à la Roumanie et à la Bulgarie dans le cadre du protocole BLACKSEAFOR. Ces trois nations sont membres de l’OTAN au même titre que la plupart des autres pays de l’Union Européenne. Les motifs historiques ou religieux invoqués pour que l’Union Européenne s’oppose à la Turquie, que ce soit de la part des Turcs ou des Européens, ne tiennent sur rien de signifiant. En revanche, l’incapacité de la Turquie à résoudre la question kurde demeure un point critique dans la relation entre Bruxelles et Ankara.

Les prétentions économiques de la Turquie en Méditerranée orientale sont contrebalancées par le carré constitué de la Grèce, de Chypre, d’Israël et de l’Égypte. C’est précisément cette position de l’Égypte qui lui a permis aujourd’hui d’être un médiateur efficient entre Israël et les forces palestiniennes. Cependant, je profite du sujet pour questionner sur une alternative. Raisonnons par l’absurde en nous demandant si les choses se seraient passées de la même façon en Méditerranée orientale avec une Union Européenne réellement inefficace ou pire, inexistante. L’incapacité de l’OSCE ou du Conseil de l’Europe à intervenir efficacement sur les tensions géopolitiques prouve de façon éclatante que l’Union Européenne demeure une structure indispensable pour garantir la paix, et pas uniquement entre les pays européens eux-mêmes. La remise en cause de cette structure par l’affaiblissement de la cohésion européenne, de l’harmonisation des politiques sociales et économiques et de l’intégration de ses États, se solderait par un dramatique bilan humain et de lourdes conséquences pour les intérêts de notre peuple.

Si nous nous mettons à scander que personne ne sauvera l’Europe, que personne ne se bat pour elle, comment pourrons-nous continuer à vilipender les plus couards d’entre nous pour leur croyance fragile en l’Europe ? Nous ne ferions que donner foi à leurs impressions ridicules. Ayons confiance ! L’Europe n’est ni décadente, ni sur le déclin. Elle est au prélude de sa véritable gloire pour les siècles. Aujourd’hui, l’Europe a conclu une alliance avec l’Homme et son destin.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom