La contradiction européenne du Mouvement 5 étoiles (M5S)

, par Mario Dianda, traduit par Matteo Cadenazzi

Toutes les versions de cet article : [français] [italiano]

La contradiction européenne du Mouvement 5 étoiles (M5S)

Si d’un côté l’alliance avec la Ligue afin de permettre le lancement du gouvernement giallo-verde [1] ne laisse guère de place à des doutes à propos de l’euroscepticisme du mouvement fondé par Beppe Grillo, d’autre part une récente analyse réalisé par l’Istituto Cattaneo (Important institut d’études et recherches politiques basé à Bologne, ndt) et met en exergue toutes les ambiguïtés et les contradictions.

En fait, la ligne politique du Mouvement 5 Étoiles autour de l’Europe n’a jamais été clarifiée et le M5S revendique sa propre indépendance et son alternative au modèle droite-gauche, européisme-souverainisme, pro-euro et anti-euro. Pensons par exemple au fameux référendum sur la monnaie unique, évoqué à plusieurs reprises par Grillo, mais sur lequel les représentants « pentastellati » [2] du Mouvement 5 Étoiles n’ont jamais donné une indication de vote claire (une circonstance assez anormale pour un parti qui propose un référendum). Mais pensons également au fait que pendant la campagne électorale précédant les élections politiques italiennes du 4 mars 2018 Luigi Di Maio [3] ait déclaré que pour lui l’adhésion de l’Italie à l’euro et à l’Union européenne n’a jamais été mis en cause. Et ensuite il a conclu une alliance de gouvernement avec la Ligue, un parti clairement et ouvertement souverainiste et eurosceptique.

Au-delà de la tendance post-idéologique de se définir « ni de droite, ni de gauche », qui caractérise fortement le Mouvement 5 Étoiles en Italie, le fonctionnement du Parlement européen oblige de facto les représentants de chaque parti national, une fois qu’ils ont été élus, à construire des macro-alliances, afin de pouvoir accéder à des nombreux avantages qui sont garantis uniquement aux groupes parlementaires (ressources, mandats dans les commissions, temps d’intervention pendant les séances, etc.). Et par conséquent même le Mouvement 5 Étoiles, en 2014, après avoir abandonné l’idée initiale de ne pas s’aligner à d’autres entités et donc de se placer dans une sorte de groupe mixte non reconnu, a choisi de développer cette stratégie. La première proposition visant à finaliser un accord politique, adressée au groupe des Verts, avait été refusée. A ce moment-là, les élus « pentastellati » en Europe se sont tournés vers le UKIP de Nigel Farage, le parti probablement le plus eurosceptique parmi ceux qui sont présents au Parlement européen, le parti promoteur du Brexit, grand gagnant du référendum britannique de 2016. Ainsi, le Mouvement 5 Étoiles a été marqué par ses traits anti-européens à la fois en Italie comme au-delà des frontières nationales. Pour cette raison, la demande d’adhérer au groupe ultra-européen et libéral de l’ADLE, avancée il y a deux ans par les parlementaires « grillini » [4], semblait être une très grande contradiction. Mais était-ce vraiment le cas ?

Afin de répondre à cette demande, nous n’avons pas voulu nous concentrer uniquement sur les accords techniques ou factuels que le M5S a fait avec le UKIP au Parlement européen ou avec la Ligue à l’occasion de la conclusion du contrat de Gouvernement en Italie [5] mais nous avons voulu analyser plus en détail, vote par vote, quelles ont été les convergences des représentants du M5S au Parlement européen, à la lumière des données récemment présentées par l’Istituto Cattaneo. On aurait pu s’imaginer une grande convergence de vote avec l’UKIP, en vertu de l’appartenance au même groupe parlementaire, l’EFDD (Europe de la liberté et de la démocratie directe), et une convergence également significative avec la Ligue, partenaire de gouvernement en Italie, ou encore avec le Front National, en considération de la base eurosceptique commune. Au lieu de cela, les chiffres disent exactement le contraire : le Mouvement 5 Étoiles a voté en accord avec le UKIP dans seulement 20% des cas, ce qui souligne une appartenance uniquement fictive à un groupe commun, qui a probablement été le résultat d’une nécessité technique et non d’une convergence politique. Même avec le Front national et la Ligue, les choses ne se sont pas bien passées, la ligne politique n’étant partagée que dans 36% et 43% des cas, respectivement.

La situation se révèle plutôt complètement inversée par rapport à la précédente si l’on analyse la convergence de vote avec les partis progressistes et écologistes : le Mouvement 5 Étoiles, au Parlement européen, a voté comme le groupe de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates européens (S&D, groupe dont font également partie le Parti Démocrate italien et le Parti Socialiste français) dans 71% des cas, et comme les Verts européens dans 74% des cas. En particulier, avec ces derniers le partage de la ligne politique est presque total à propos de thèmes sensibles, tels que : l’égalité des genres (93%), les libertés civiles, la justice et les affaires intérieures (88%) et l’environnement et la santé publique (84%). Plus en général, on constate que le mouvement a fait partie de la majorité parlementaire gagnante dans 69% des voix et il est important de rappeler que la majorité, au Parlement européen, est composée par une grande coalition entre Socialistes et Populaires.

Ce que nous mettons en avant ici est vraiment perturbant, car, si l’on transposait à la situation italienne, cela reviendrait à affirmer que les « pentastellati » votent comme le Parti Démocrate et Forza Italia [6] dans 69% des cas. A titre de comparaison, le UKIP a fait partie de la majorité gagnante au Parlement européen seulement dans 5% des voix.

Et pourtant ne s’agit-il pas du même Mouvement 5 Étoiles qu’en Italie a complètement soutenu la ligne politique de Matteo Salvini [7] concernant l’immigration, en donnant l’aval à la fermeture des ports et à la « saisie » du navire « Diciotti », les ministres du M5S se dénonçant eux-mêmes et affirmant que la ligne adoptée par Salvini était la même du Gouvernement, et avec ses parlementaires qui ont rejeté la demande d’autorisation de poursuivre contre le Vice-président du Conseil des Ministres de la Ligue justement à propos de l’affaire Diciotti ? En allant encore plus en détail et en analysant les voix concernant l’immigration, par rapport auxquels tous les partis eurosceptiques ont une ligne politique assez partagée, la situation qui s’est créée est encore plus impressionnante. En fait, sur les politiques migratoires le Mouvement 5 Étoiles a voté comme le UKIP et le Front National dans 7,3% et 8% des cas, respectivement. Cela s’est un peu mieux passé avec la Ligue, par rapport à laquelle l’homogénéité de vote a atteint le 28%.

Ce qui ressort de ces données est une contradiction encore plus forte que celle imaginée au départ entre la politique réalisée par les « grillini » en Italie et celle mise en place au Parlement européen, où les « compagnons de voyage » ont été assez souvent les socialistes, les progressistes et les écologistes, plutôt que les souverainistes, les nationalistes et les anti-européens. Une contradiction qui probablement a été tolérée même par les dirigeants du mouvement car elle n’est pas sous les yeux du grand public, elle est loin du débat public et elle est vraisemblablement provoquée par le fait que les « pentastellati » élus en 2014 au Parlement européen étaient surtout les représentants de la ligne orthodoxe, que l’on peut définir « de gauche » (bien qu’anormale) par rapport à l’actuelle. Au contraire, ce qui va se passer aux élections de 2019, et plus tard encore, va beaucoup dépendre de la composition des listes européennes, qui seront probablement affectées par la ligne du Gouvernement giallo-verde en Italie. Cependant, puisque les contradictions autour des thèmes européens ont toujours marqué le Mouvement 5 Étoiles, on ne peut pas exclure que Di Maio & Co décident de poursuivre selon une double tendance politique : souverainiste en Italie et européiste en Europe.

Notes

[1« Jaune-vert », expression utilisée pour indiquer le Gouvernement en fonction en Italie depuis le 1er juin 2018, à partir des couleurs caractéristiques du M5S et de la Ligue, les deux partis au pouvoir [NDT].

[2Locution qui signifie littéralement « les représentants des cinq étoiles » et qui est utilisée en Italie dans le langage journalistique pour indiquer les membres du M5S [NDT].

[3Luigi Di Maio est le chef politique du Mouvement 5 Étoiles. Il est Vice-président du Conseil des Ministres et Ministre du Développement économique, du Travail et des Politiques Sociales dans le Gouvernement de Giuseppe Conte, actuellement en fonction en Italie [NDT].

[4Locution construite à partir du nom de Beppe Grillo, co-fondateur et « garant » du M5S, et utilisée dans le langage journalistique en Italie [NDT].

[5Le contrat de Gouvernement établi par le Mouvement 5 Étoiles et la Ligue pour lancer l’alliance de Gouvernement [NDT].

[6Le Parti Démocrate est aujourd’hui le principal Parti italien de centre-gauche, membre du groupe S&D au Parlement européen. Forza Italia est un parti politique italien de centre-droit, fondé et dirigé par Silvio Berlusconi, allié de la Ligue aux dernières élections politiques italiennes du 4 mars 2018, et membre du groupe du Parti Populaire Européen (PPE) au Parlement européen. Depuis sa fondation, le M5S a tenu à marquer sa distance des partis « traditionnels » italiens, en voulant se présenter comme une nouveauté par rapport à ces derniers (à ce propos, vous pouvez lire cet article du Taurillon [NDT].

[7Matteo Salvini est le secrétaire fédéral de la Ligue du Nord (indiquée simplement comme « Ligue » depuis 2018). Il est Vice-président du Conseil des Ministres et Ministre de l’Intérieur dans le Gouvernement de Giuseppe Conte, actuellement en fonction en Italie [NDT].

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom