La Coupe du Monde de Football, ça sert à quoi en fait ?

, par La Rédaction du Taurillon, Sport et citoyenneté

La Coupe du Monde de Football, ça sert à quoi en fait ?

Alors que la Coupe du Monde de Football suit son cours en Russie, Julian Jappert, Directeur du Think tank Sport et Citoyenneté, répond aux questions du Taurillon.

Le Taurillon : La Coupe du Monde peut-elle booster des sujets politiques et de société nationaux et européens ?

Julian Jappert : Certainement, les corrélations entre sport et politique ne sont plus à démontrer comme le décrit notamment l’article de Kiera Wason Milne publié sur le Taurillon. L’influence du sport sur des sujets de sociétés est clairement identifiée par les travaux de recherches en droit, en économie, en sociologie et également dans notre dernier livre le Pouvoir du Sport. [1]

On peut le voir avec la Coupe du Monde, le sport est un phénomène de société majeur, avec une force de médiatisation non négligeable et un pouvoir d’attractivité auprès des nouvelles générations. Cette Coupe du Monde permet aussi de mettre en lumière de réelles problématiques sociétales comme l’homophobie, le dopage, la violence, la lutte contre les discriminations et de fédérer des peuples, ce qui permet notamment de pallier un déficit de citoyenneté européenne. [2]

Bien-sûr, le sport ne peut résoudre toutes les problématiques de la société mais c’est un outil sous-utilisé et sous-évalué pour faire avancer les questions de société telles que la sédentarité qui devient un réel problème sur le continent européen, ou encore l’économie (le sport représente en moyenne 3% du PIB en Europe). Grâce au pouvoir d’attractivité du sport et son influence nous pouvons, si les politiques et les décideurs s’emparent réellement de ce sujet, changer ces questions de société et trouver des solutions.

Le Taurillon : Est-ce qu’un événement comme la Coupe du Monde peut servir au développement du football féminin et de sa médiatisation ?

Julian Jappert : La mixité est un vrai sujet de société et le sport peut être un élément symbolique très fort dans l’égalité homme-femme, qui a également inspiré d’autres secteurs d’activité et des grandes entreprises. La Coupe du Monde masculine en cours pourrait utiliser sa puissance médiatique pour valoriser le football féminin, bien moins médiatisé, alors qu’il existe une offre et une demande certaine.

En effet, chez Sport et Citoyenneté nous avons réalisé des études qui montrent que les spectateurs masculins et féminins ne sont pas rassasiés en termes d’offre, il est donc possible de mettre plus en avant le football féminin à la télévision. Nous souhaitons que cette Coupe du Monde masculine soit un levier important pour la prochaine Coupe du Monde féminine, qui aura d’ailleurs lieu en France, notamment en termes d’égalité salariale, de médiatisation, de sponsoring et de pratique. La médiatisation est un vecteur d’identification auprès des jeunes filles et cela permettrait de répondre aussi au problème de sédentarité. Enfin, le sport est un moyen d’acquérir des compétences qui peuvent être utilisées dans la vie professionnelle.

Le Taurillon : Quel est l’état des lieux des enjeux géopolitiques de cette Coupe du Monde ?

Julian Jappert : Les organisateurs d’événements sportifs utilisent ces grands événements pour faire rayonner leur pays afin d’être plus attractif, notamment au niveau du tourisme. Mais c’est aussi un moyen de réaffirmer leur puissance économique dans les relations internationales. On parle de Softpower. Le sport et particulièrement le football peut être un élément déclencheur et permettre d’avancer sur la scène internationale.

A l’inverse, on remarque également que cette Coupe du Monde peut mettre en avant des questions qui peuvent déranger le pays organisateur, comme la question du dopage, de l’homophobie ou encore du respect général des droits de l’Homme pour la Russie. Il est du devoir de la société civile de mettre en lumière ces problématiques. C’est un phénomène à deux facettes, qui peut être utilisé comme tremplin pour les politiques internationales du pays, comme le fait la Russie mais aussi pour mettre en avant des problématiques sociétales et permettre à des acteurs politiques et de la société civile de les traiter.

Notes

[1Le Pouvoir du Sport écrit par Julian Jappert, Directeur du Think tank Sport et Citoyenneté et Marie-Cécile Naves, Directrice des études du Think tank Sport et Citoyenneté

[2Favoriser l’émergence d’une identité européenne grâce au sport : réalité ou utopie ? par Julian Jappert, Directeur du Think tank Sport et Citoyenneté et Sylvain Landa, Directeur administratif et éditorial du Think tank Sport et Citoyenneté

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom