La médiatisation du sport féminin en Europe

Femmes sportives et télé : le désamour ?

, par Claire Versini

La médiatisation du sport féminin en Europe

A l’occasion de la conférence de Sport et Citoyenneté à Paris sur la médiatisation du sport féminin avec la participation de Valérie Fourneyron, ministre de la Jeunesse et des Sport, le Taurillon revient sur le rôle du sport et de sa médiatisation dans la construction d’une identité européenne.

Le sport, bon pour la santé des européens comme de l’Europe

Pierre de Coubertin disait que « Le sport [faisait] partie du patrimoine de tout homme et de toute femme et rien ne pourra jamais compenser son absence ». Le sport a tout d’abord des vertus préventives, qui rejoignent bien souvent ses vertus en termes de bien-être : ainsi, pratiquer régulièrement une activité physique protège contre la survenue de certaines maladies ou encore contre le stress, la dépression et l’anxiété. Ajoutez à cela qu’il améliore le sommeil comme le processus de vieillissement, réduit les risques de diabète et surpoids, et entraine la sécrétion d’endorphines amenant bien-être et plaisir aux personnes le pratiquant, le sport devient le candidat idéal à la promotion par l’Union Européenne.

Comme le souligne le livre blanc de la Commission Européenne sur le sport, ce dernier est aussi l’un des champions des valeurs européennes. Il véhicule ainsi « des valeurs importantes telles que l’esprit d’équipe, la solidarité, la tolérance et la loyauté, contribuant à l’épanouissement et à l’accomplissement personnel. Il promeut la participation active des citoyens de l’Union européenne à la société et contribue de la sorte à favoriser une citoyenneté active » [1]

Le sport féminin, grand oublié de la médiatisation

Bon pour la santé des européenne comme pour celle de l’UE, cette dernière se doit donc de le promouvoir auprès de tous ses citoyens, sans distinction d’âge, de sexe, de race ou de classe sociale. Si la promotion du sport auprès des différentes classes sociales progresse, en dépit d’obstacles financiers, c’est dans le domaine culturel que la promotion du sport peine à être pleinement égalitaire. La médiatisation du sport féminin est notamment à la traîne avec seulement 10% à 15% de médiatisation sportive au niveau européen !

Il est nécessaire de remédier à cette situation inacceptable sur le plan de l’égalité hommes-femmes, et mauvaise tant pour la santé des européennes que pour la promotion des valeurs européennes auprès de 51% de sa population au travers d’un des vecteurs les plus démocratiques qui existe. C’est d’ailleurs ce que le rapport sur la dimension européenne du Sport du Parlement Européen de 2011 cherchait à encourager en invitant les organisations sportives à accorder « aux sports et aux résultats des femmes une importance et une visibilité égales à ceux des hommes » [2]

Comment améliorer la médiatisation du sport européen

Comme le souligne la publication de Sport et Citoyenneté sur l’émergence d’une citoyenneté européenne par le sport, ce dernier représente l’un des activités les plus européanisés du continent. Dès lors, c’est bien au niveau européen que la médiatisation européenne doit être boostée ! Mais ne s’agit-il pas là d’une recommandation qui devrait être faite aux médias européens plutôt qu’aux organisations sportives comme le fait le Parlement Européen ? Car si les clubs de sports locaux accordent généralement la même importance aux résultats de leurs équipes ou éléments féminins et masculins, c’est bien dans les médias que le sport féminin semble inexistant.

Reste à définir les canaux de médiatisation qui permettrait que cette dernière atteigne toutes les européennes et permette à la fois aux sportives d’accéder à la reconnaissance que méritent leurs exploits, et aux autres de pouvoir elles aussi découvrir les bienfaits de l’activité physique. Il s’agit donc d’exploiter tous les médias à disposition dans l’Union pour promouvoir le sport féminin. Et c’est d’ailleurs très certainement en passant par la communication virale et la médiatisation sur la toile d’exploits sportifs féminins dans tous types de disciplines accessibles à toutes les citoyennes européennes indépendamment de considérations financières ou géographiques que le sport féminin pourra atteindre la Une des journaux nationaux plus d’une fois par an à l’occasion de la victoire telle équipe nationale qui se classe en réalité bien plus régulièrement parmi les leaders mondiales de leur discipline.

Quant au fait que l’une des rares expressions de l’européanisation de la télévision soit le nom même de l’une des chaines de sport les plus regardées du continent, Eurosport, il semble désigner directement la chaine comme devant devenir l’un des principaux vecteurs de la médiatisation du sport féminin, en attendant la création de véritables médias européens [3], qui seront à même, espérons-le, de véhiculer de manière égalitaire les valeurs de l’Union Européenne et leur expression sportive, quel(le)s qu’en soient les représentant(e)s.

Cet article est réalisé en amont de la conférence « Femmes, sport et médiatisation : pour une couverture plus importante du sport féminin », organisée le mercredi 27 novembre 2013 (13h30 à 16h30), en partenariat avec le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) et avec le soutien du Ministère des Sports français et de la Fondation du Sport Français Henri Sérandour.

Mots-clés

Notes

[1Livre Blanc sur le Sport, Commission Européenne 2007.

[2PE466.981v02-00

[3Voir à ce propos, les propositions des Jeunes Européens

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom