La rentrée littéraire, ça existe partout en Europe ? (2/2)

Le mois de septembre : le rendez-vous incontournable des lecteurs français

, par Louise Groyer

La rentrée littéraire, ça existe partout en Europe ? (2/2)
Bibliothèque / Source Unsplash

En France, deux temps forts rythment le mois de septembre : la rentrée scolaire et la fameuse rentrée littéraire.

En effet, chaque année, dès le mois d’août les librairies soignent leurs devantures avec les livres et auteurs qui ont fait ou feront l’actualité de l’année en cours ! Cette année, sur les étals des librairies, vous pouvez notamment retrouver : Amélie Nothomb signant ainsi son retour sur le devant de la scène, Laurent Gaudé, Guillaume Musso ou Virginie Despentes.

"Faire le tri dans la vaste offre éditoriale"

Ce temps fort est également l’occasion de découvrir de futures pépites littéraires comme le souligne Gwendoline Jan-Rigaud, libraire à la librairie Le Silence de la mer à Vannes : “La rentrée littéraire est une période très intense et très réjouissante puisque c’est l’occasion de découvrir de nouveaux ouvrages (des premiers romans, des nouveaux livres des auteurs que l’on suit, des nouvelles propositions de maison d’édition). Mais c’est une période également qui pose question puisque de plus en plus de livres paraissent chaque année, il y a une vraie "surproduction" de la part de certains éditeurs et il est parfois difficile de faire le "tri" dans cette vaste offre éditoriale. C’est pourquoi nous nous penchons très sérieusement sur les parutions, notamment le catalogues des petites maisons d’édition indépendantes dont nous apprécions le travail et qui éditent de manière raisonnée et enthousiasmante (elles portent et accompagnent plus précisément leur auteurs). Dans les grandes maisons d’édition, le nombre de parutions à la même période ne permet pas une mise en valeur de tous les titres”.

Cet événement attendu par des milliers de lecteurs français attise curiosité et engouement autour de l’art littéraire. Chaque année, ce sont des milliers de livres vendus et de fait, des milliers d’euros de recettes et des chiffres d’affaires importants pour les maisons d’édition. Sur l’année 2021, ce sont pas moins de 450 ouvrages littéraires qui ont réalisé un chiffre d’affaires de plus de 50 millions d’euros, avec une vente estimée à environ 2.5 millions d’exemplaires (source : GfK). C’est un des évènements culturels et économiques majeurs de l’année pour le secteur de l’édition.

C’est aussi un grand rendez-vous médiatique qui présage l’annonce des grands prix littéraires tels que le Goncourt et le Renaudot. En effet, la rentrée littéraire se déroule en amont de grands prix littéraires décernés courant octobre et novembre clôturant ainsi cette période de rentrée. L’année passée, selon l’entreprise GfK, L’anomalie (édition Gallimard) d’Hervé Le Tellier, Prix Goncourt 2020, avec 492 000 exemplaires vendus, était placé dans le trio de tête des ventes en librairies. De même, avec près de 375 000 exemplaires vendus et lauréat du Prix Goncourt 2021, La plus secrète mémoire des hommes (édition P. Rey) de Mohamed Mbougar Sarr se place en 5ème position des ventes en 2021.

Pour les libraires de la librairie Le Silence de la mer, parmi la sélection des titres en lice cette année pour le prix Goncourt 2022, s’ils étaient seuls jury, le choix serait : Sa préférée de Sarah Jollien-Fardel aux éditions Sabine Wespieser.

Qu’en est-il par delà les frontières françaises ?

Cet évènement est cependant propre à la France, car chez nos voisins européens, nous ne retrouvons pas de temps forts dans l’année dédiés à la parution de centaines de nouveautés littéraires au même moment. Certes, une sélection de livres et de nouveautés se fait dans les librairies allemandes suédois par exemple, mais il n’y a pas de "rentrée littéraire" avec une série de nouvelles parutions.

Quelle est la place laissée aux ouvrages et auteurs européens sur les étals de la librairie Le Silence de la mer ? “Les ouvrages sont présentés en rayons linéaires et sur tables pour les nouveautés. En littérature, à la librairie, nous distinguons la littérature francophone de la littérature traduite : les rayons sont divisés par langue originale d’écriture (anglophone, italienne, lusophone, hispanophone, germanique, scandinave, russe, europe centrale, proche et moyen orient, pakistanaise, asie sud est, chinoise, japonaise). Mais il n’y a pas de séparation particulière pour la littérature européenne par rapport aux autres littératures traduites”.

C’est un temps qui laisse place à l’évasion et à l’érudition, temps fort qu’il serait intéressant de voir naître au-delà des frontières françaises. Pourquoi pas lancer la rentrée littéraire européenne ! L’intérêt ? faire découvrir de nouveaux auteurs et inviter à la diversité et à la mixité culturelle.

Une sélection d’ouvrages francophones et européens pour cette rentrée littéraire

A l’issue de la lecture de cet article je vous soumets une sélection de l’équipe salariée au Silence de la Mer, librairie indépendante située au 5 Place Saint Pierre à Vannes. De quoi assurément vous occuper pour plusieurs semaines, si ce ne sont des mois...

En littérature française, nous avons lu, aimé et conseillons :

  • Sa préférée de Sarah Jollien-Fardel - Sabine Wespieser éditeur
  • Fantaisies guérillères de Guillaume Lebrun - Éditions Bourgois
  • Jean-Luc et Jean-Claude de Laurence Potte-Bonneville - éditions Verdier
  • La traversée de Bondoufle de Jean Rolin - éditions POL
  • Capitaine vertu de Lucie Taïeb - éditions de l’Ogre
  • La vie têtue de Juliette Rousseau - Cambourakis
  • Willibald de Gabriella Zalapì - Éditions Zoé
  • La vie clandestine de Monica Sabolo - Éditions Gallimard
  • Les enfants endormis d’Anthony Passeron - Éditions du Globe
  • Le principe de réalité ouzbek de Tiphaine Le Gall - La Manufacture de livres
  • L’épouse d’Anne-Sophie Subilia - Éditions Zoé

En littérature traduite :

  • La femme bonsaï de Elisa Ruotolo traduit par Nathalie Bauer - éditions Cambourakis
  • Les désirs flous de Dola de Jong traduit par Mireille Cohendy - Les éditions du Typhon
  • Un peu de fièvre de Sandro Penna, traduit par Jean-Paul Manganaro - Ypsilon éditeur
  • Mes fantômes et moi de Gabriel Byrne traduit par Diane Meur - Sabine Wespieser éditeur
  • L’école de Topeka de Ben Lerner, traduit par Jakuta Alikavazovic - Éditions Bourgois
  • La montagne et les pères de Joe Wilkins, traduit par Laura Derajinski - Éditions Gallmeister

Mots-clés

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom