« La science est par essence transfrontière » selon Michel Cabaret

, par Fabien Cazenave

« La science est par essence transfrontière » selon Michel Cabaret

Pour leur sixième édition, les Rencontres de l’Europe de Rennes ont pour thème « la Recherche, un levier pour l’avenir de l’Europe » vendredi 15 novembre. Le Taurillon interviewe à cette occasion Michel Cabaret, directeur de l’Espace des Sciences de Rennes.

Le Taurillon : Généralement quand on parle d’Europe c’est d’institutions ou d’économie, rarement de sciences... pourquoi participez-vous à cet événement ?

Michel Cabaret : On construit vraiment l’Europe avec les Européens. Les chercheurs par essence produisent des contenus transfrontières, internationaux. L’échelle européenne est devenue la bonne pour la Recherche. Lorsqu’on publie, souvent en anglais, les collègues sont en Espagne, en Italie, en Allemagne ou aux Etats-Unis. Une échelle de proximité existe déjà au niveau européen et cette connaissance on l’obtient tous ensemble. C’est une échelle territoriale très importante car on l’a construit en travaillant ensemble.

La coopération se fait par le biais des êtres humains qui travaillent, réfléchissent, posent des problématiques, expérimentent ensemble. Cette construction européenne du point de vue scientifique est importante. C’est pourquoi nous sommes heureux de nous associer au projet de la Maison de l’Europe de Rennes et de Haute-Bretagne.

Le Taurillon : Vous dîtes que le niveau national n’aurait pas les moyens... vous parlez plus de l’aspect financier que du potentiel scientifique ?

Michel Cabaret : Lorsqu’on veut avoir des grands outils à disposition, comme le Cern ou la fusée Ariane, il est nécessaire aujourd’hui de se rapprocher pour avoir des moyens complémentaires et passer à la vitesse supérieure. Dans le domaine scientifique, on en parle jamais mais c’est essentiel. Il faut comprendre que tous ensemble on est plus fort que si on est tout seul : chaque pays ne peut consacrer à la Recherche que quelques pourcentages de son PIB. Le CERN de Genève est un bel équipement qu’un pays seul n’aurait pas pu se payer. C’est pareil pour le projet synchrotron Soleil ou au niveau technologique pour le CNES avec la fusée Ariane.

Au niveau européen, nous arrivons à monter des projets en rassemblant des moyens financiers et des compétences de plusieurs pays. Les gens coopèrent naturellement entre eux dans le domaines scientifique. Il y a certes une compétition entre les pays pour avoir des prix Nobel, mais par essence le savoir est international.

Le Taurillon : Au niveau scientifique, on regarderait donc d’abord les données avant la nationalité. Pourtant, il y a eu une concurrence forte il y a quelques siècles pour trouver en premier une théorie avant un scientifique d’un autre pays...

Michel Cabaret : Le principe de la Science est un principe de l’expérimentation et du doute. Si une expérience est renouvelée un certain nombre de fois avec à chaque fois le même résultat, on valide l’expérience. Il faut avoir un esprit critique. Effectivement, il y a une compétition entre chercheurs, et un peu de cocorico de chaque pays. Malgré tout, l’objectif est la compréhension globale du monde. Einstein ou Marie Curie sont des savants reconnus dans le monde entier et non pas dans un seul pays.

Au CERN, j’ai vu des Arabes coopérer avec des Juifs, des Hindous avec des Musulmans, etc. Tout le monde travaille ensemble, au-delà des religions, et cela aboutit à découvrir le bozon de Higgs. Cette particule élémentaire, on ne sait pas trop encore à quoi elle peut servir mais on sait d’ores et déjà que c’est une avancée majeure de la science. On l’a découverte au CERN à Genève, qui est par excellence le centre de recherche où il y a une coopération.

Le Taurillon : A l’’Espace des Sciences à Rennes vous rendez curieux les enfants de 7 à 90 ans. Le Centre le plus fréquenté en « région ». Formez des petits scientifiques, cela forme-t-il des bons Européens prêts à dépasser leurs propres frontières nationales ?

Michel Cabaret : C’est ce que je pense. En formant des jeunes à avoir cette curiosité et avoir l’esprit scientifique, on les ouvre à aimer leur pays, leur patrimoine naturelle, les sciences, l’histoire, la connaissance au sens large et vouloir découvrir ce qu’est le monde autour de nous : l’univers, la matière, tout ce qui nous entoure finalement.

L’espace des sciences est là pour leur montrer que tout cela se fait par des hommes qui coopèrent et travaillent ensemble. Les jeunes grâce à des programmes d’échange peuvent mettre en oeuvre la coopération scientifique. Bien sûr, on peut aussi aller travailler aux Etats-Unis, mais disons que c’est déjà un premier pas pour les Français de voyager et de travailler en Europe comme par exemple aller coopérer dans un centre de recherche en Allemagne. On ne le fait pas encore suffisamment. J’ai pas mal de collègues de Rennes 1 qui coopèrent avec l’université de Salamanque ou de Séville. Ceci grâce à l’Europe. Autrefois, cela reposait sur les échanges. Maintenant avec internet, on va beaucoup plus vite, les avions sont là, on peut se rencontrer, échanger devant son ordinateur. Aujourd’hui, notre territoire est européen.

Depuis six ans, l’association présidée par Jeanne-Françoise HUTIN organise « les Rencontres de la Maison de l’Europe ». Agriculture, énergie, entreprise, défense et euroméditerranée ont été les thèmes mis en exergue lors des derniers rendez-vous.

Pour cette sixième édition, ces Rencontres ont pour thème « la recherche, un levier pour l’avenir de l’Europe ». Cette journée regroupera de nombreux experts et professionnels bretons le vendredi 15 novembre prochain au siège de Rennes Métropole dans la salle du Conseil.

Cette journée préparée avec des nombreux acteurs locaux comme l’Espace des sciences, Rennes Atalante ou encore Ouest-Valorisation bénéficie du soutien de Rennes Métropole, de la Caisse des Dépôts et de Consignation et du Secrétariat Général aux Affaires Régionales rassemblera des acteurs prestigieux.

Retrouvez le programme de la journée !

L’inscription se fait auprès de la Maison de l’Europe jusqu’au vendredi 8 novembre 2013.

Les frais (inscription et déjeuner) sont de 40€ (20€ pour les étudiants et personnes en recherche d’emploi)

Vos commentaires

  • Le 18 novembre 2013 à 13:59, par Bernard Giroud En réponse à : « La science est par essence transfrontière » selon Michel Cabaret

    « Le principe de la Science est un principe de l’expérimentation et du doute. L’objectif est la compréhension globale du monde. »

    Quelle façon magnifique de poser le problème !

    Quel lien peut être plus fort entre les hommes que de chercher à connaitre ce qu’ils sont et leur destinée. Merci, Monsieur Cabaret, et vous aussi, Fabien de restituer à ce point et de façon aussi claire un esprit, une "substantifique moelle" qui est notre vraie dimension.

    La science, expérimentation et doute : Leçon d’humilité, recherche de la mesure et de l’équilibre, toutes des notions aux antipodes de la désespérance de barbares primitifs, .prisonniers des limites de leurs peurs.

    La compréhension globale du monde est un objectif de l’être plus civilisé, développé, curieux de son devenir. Il ne peut être qu’attiré, aspiré par cette aimable bienveillance qui nous a lancé dans un univers sans limite.

    L’homme le dernier mutant dans l’échelle de la raison s’extrait de l’obscurantisme.

    Il garde sa confiance dans la force qui l’emporte vers d’autres découvertes, à rebours des déraisons des obscurantismes, incapables de tirer l’enseignement des expériences passées.

  • Le 2 janvier 2018 à 02:38, par Diénaba Badji En réponse à : « La science est par essence transfrontière » selon Michel Cabaret

    J’avoue que c’est le 31 décembre en regardant le 20h de France 2 que je suis tombée sur les vœux d’Emmanuel Macron que j’en suis arrivée à votre article qui m’a beaucoup plu. En effet lorsque Macron disait que la science est un levier indispensable pour l’avenir j’ai franchement trouve cette idée géniale et le me suis mise immédiatement à la recherche.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom