Le Danemark à la recherche de travailleurs immigrés

, par Clément Di Roma , traduit par Guillaume Carruel

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Le Danemark à la recherche de travailleurs immigrés

Les entreprises danoises rencontrent des difficultés alors que le nombre de travailleurs immigrés entrant dans le pays est en baisse. Elles ont désespérément besoin de main-d’œuvre.

Les entreprises danoises recherchent toujours des employés à l’extérieur de leurs frontières. Un des quotidiens les plus influents du pays, Jyllands-Posten, a montré que plus de 14.500 travailleurs sont arrivés chaque année au Danemark pendant les dix dernières années. « Les citoyens de l’Union européenne ont occupé 87% des nouveaux emplois créés en 2013, contre seulement 11% aujourd’hui » traduit en anglais The Local Denmark. Depuis 2016, les arrivées ont diminué de 65%.

Les travailleurs venaient habituellement d’Europe de l’Est. Cependant, le niveau de vie général dans des pays comme la Pologne continue de s’améliorer. En conséquence, les travailleurs de l’industrie restent chez eux plutôt que de déménager pour les pays nordiques. Alors que la main d’œuvre industrielle danoise vieillit rapidement, les jeunes danois, ayant suivi de longues études, ne les remplacent pas. Comme nous le montrions récemment dans The New Federalist, le pays est reconnu en Europe et ailleurs comme ayant une orientation politique favorable à la main d’œuvre étrangère.

Déficit de compétences

Avec un taux de chômage de 6,2%, on pourrait penser que le pays devrait employer ses propres citoyens. Mais le manque de main d’œuvre se fait surtout sentir pour les métiers ouvriers. Ainsi, les secteurs de la construction, de l’industrie et de l’automobile ont du mal à trouver les employés peu qualifiés dont ils ont besoin. Dans ces secteurs, il n’y a simplement pas de travailleurs disponibles et la croissance générale du marché du pays est rapidement impactée. Le faible taux de chômage ne donne pas d’information quant au type d’emplois recherché par les danois. Le problème est si important pour l’industrie danoise que plus tôt cette année, The New York Times a envoyé un reporter dans une entreprise de construction de pièces détachées pour tracteurs afin d’observer de plus près le problème.

Le gouvernement à la rescousse

Le gouvernement a aidé en conditionnant le calcul de l’âge limite de départ à la retraite à l’espérance de vie, permettant ainsi aux séniors de travailler quelques années supplémentaires. « Nous devons agir à la fois à court terme et à long terme afin d’optimiser les effectifs de travailleurs disponibles », a dit le ministre de l’Économie Simon Emil Ammitzboll au début de l’année 2017.

Troels Lund Poulsen, ministre du Travail, évoque le risque de voir certaines entreprises quitter le pays si une nouvelle vague de travailleurs n’arrive pas rapidement. La croissance continue de l’économie danoise pourrait toucher à sa fin sans l’intervention rapide du gouvernement.

Diminuer les taxes et encourager la mobilité étudiante à l’aide d’un important système de bourse faisaient partie des mesures visées par Ammitzboll (Ministre de l’Economie et de l’Intérieur danois). Mais ses aspirations et projets ne sont guère partagés par un parlement qui demeure divisé. Les Sociaux-Démocrates ne peuvent pas accepter l’augmentation de l’âge de départ à la retraite et ne veulent pas de diminution des taxes sur les plus hauts revenus. Le Parti du Peuple Danois est également contre la diminution des taxes sur les plus riches. Cependant, les deux partis, ainsi que la majorité du parlement, continuent de reconnaître qu’il y a des difficultés concernant la main d’œuvre étrangère.

Les expatriés européens ont le choix

L’industrie danoise repose ainsi partiellement sur les expatriés, et cela a un impact sur l’attitude des décideurs politiques qui ne peuvent ignorer ce facteur. Chaque citoyen européen résidant de manière permanente au Danemark peut voter à la fois pour les élections régionales et municipales. Ils peuvent même légalement se présenter comme candidats. Mais comme l’explique Věra Dvořáková, rédactrice de The New Federalist, ces droits sont souvent ignorés des expatriés. 33% des étrangers intégrés comme Danois ont maintenant le droit de vote et 4% des électeurs du pays sont des citoyens d’autres pays de l’UE.

Le Brexit apporte de l’espoir

Copenhague a été poussée et promue par certains officiels pour remplacer Londres comme centre financier important. Le projet « Consider Copenhagen » vise à la promotion de la capitale danoise tel que « le candidat évident », explique Brian Mikkelsen, le ministre des Finances du pays.

Le Danemark et Copenhague pourraient employer des travailleurs britanniques, et pas uniquement dans la finance. L’arrivée de nouvelles industries et une expansion du secteur financier de la capitale signifieraient une demande créatrice de plus d’emplois.

Mots-clés

Commenter cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom