Le Parlement européen vote une résolution pour lutter contre la crise du COVID-19

, par Léo Allaire

Le Parlement européen vote une résolution pour lutter contre la crise du COVID-19
David Sassoli, Président du Parlement européen. Source : Parlement européen, via Flickr

Après deux jours de débats lors de la séance plénière du 16 et 17 avril, une résolution a donc finalement été votée vendredi 17 avril au Parlement européen. Cette résolution, adoptée par 395 voix pour, 171 voix contre et 128 abstentions, insiste sur la nécessité pour l’Union européenne de mettre en œuvre des moyens importants pour traiter la crise sanitaire d’une part, et relancer l’économie européenne d’autre part. Elle met également la pression sur la Commission et le Conseil en ce qui concerne la démocratie et l’État de droit en Pologne et en Hongrie et souhaite doter l’Union de nouvelles compétences. Les députés européens ont donc formulé des propositions concrètes et précises pour traiter la crise sanitaire et la crise économique du Covid-19.

Un soutien aux mesures déjà prises par la Commission

La résolution soutient tout d’abord les mesures prises par la Banque Centrale Européenne et les fonds d’ores et déjà mis en place par la Commission pour aider les Etats membres. Cependant l’Union européenne doit, d’après la résolution, aller plus loin en matière d’investissements. Ainsi, les eurodéputés souhaitent tout d’abord la création d’un régime européen de réassurance chômage. En effet, de nombreux pays européens ont eu recours au chômage partiel qui permet de conserver les emplois le temps du confinement, les travailleurs étant rémunérés pendant ce laps de temps. Il s’agit donc bien de pérenniser ce système au niveau européen. De plus, le Parlement se prononce en faveur de la création d’un fonds de solidarité de l’Union européenne contre le coronavirus, d’un montant d’au moins 50 milliards d’euros afin d’aider à financer les dépenses de santé pendant la crise ainsi que les investissements futurs. De plus, il est proposé de mettre plus de moyens au niveau européen pour la recherche médicale et la recherche d’un vaccin contre le COVID-19.

De nouvelles mesures économiques

Mais la résolution ne se limite pas à proposer des fonds pour l’investissement, elle indique également que le Parlement souhaite un élargissement des pouvoirs de l’Union européenne dans le cas de crises sanitaires transfrontalières. On le sait, il y a bien eu une coopération entre régions transfrontalières au sein de l’Union européenne. Cependant, elle a mis du temps à se mettre en place , et pas toujours de manière coordonnée, ce qui montre la nécessité de donner de nouvelles compétences à l’UE pour réagir de manière plus efficace et cohérente. L’objectif principal serait de permettre à l’UE d’allouer des ressources, par exemple médicales, dans toute l’Union.

Les eurodéputés montrent la volonté politique de relocaliser la production d’un certain nombre de biens stratégiques, tels que les masques ou les surblouses, mais aussi les médicaments et les ingrédients pharmaceutiques, entre autres, sur le territoire européen. En effet, la production de ces biens était jusqu’à présent largement localisée dans les pays asiatiques. Or, la plupart des pays européens ont manqué de masques et leur livraison depuis l’Asie prend du temps.

Le Parlement a réitéré la nécessité de garder ouvertes les frontières intra-européennes afin de pouvoir faire circuler les biens et personnes essentielles durant cette crise. Avec ceci, les députés proposent la création d’un « mécanisme européen de réaction en matière sanitaire ». le but étant ici de constituer un stock commun de matériel médical, de médicaments et d’équipements afin de gagner en efficacité et en rapidité d’action.

Le Parlement appelle les Etats membres à sortir de manière coordonnée du confinement et d’avoir par conséquent des stratégies communes de sortie de crise. Il est en effet nécessaire d’agir de concert au niveau européen, pour ce qui est notamment de la réouverture des frontières, mais aussi des tests et des équipements de protection à destination des citoyens.

Démocratie et Etat de droit, deux principes non négociables malgré la crise

La résolution condamne également l’atteinte à l’Etat de droit et à la démocratie en Pologne et en Hongrie. En effet, les gouvernements polonais et hongrois ont profité de la crise pour accentuer leur dérive illibérale. La Pologne a maintenu l’élection présidentielle au milieu de la pandémie (le 10 mai), en autorisant le vote par correspondance, ce qui arrange le Président sortant Andrzej Duda. Le gouvernement hongrois s’est arrogé les pouvoirs de légiférer par décret sans limitation de temps, même après la crise. Les députés demandent à la Commission de prendre toutes les mesures possibles (y compris budgétaires, donc la possibilité de retirer l’accès à ces pays aux fonds européens) pour condamner ces faits. Une proposition déjà formulée par le passé. Ils demandent également au Conseil européen de mettre à l’ordre du jour « les discussions et procédures liées aux procédures en cours au titre de l’article 7 à l’encontre de la Pologne et de la Hongrie. ».

Le dernier volet, et non des moindres, est le sujet de la lutte contre la désinformation. En effet, l’Union européenne est la cible de fausses informations. Ainsi, il a été dit que les pays européens n’avaient pas été solidaires, alors que l’Allemagne et la France ont par exemple livré du matériel à l’Italie. Il est donc proposé de mettre en place un « canal d’information européen » afin de fournir aux citoyens européens une information vérifiée et sourcée. Le Parlement invite également les plateformes numériques de médias sociaux à prendre des mesures contre ce phénomène de désinformation et de haine sur internet.

Ces mesures représentent sans aucun doute un pas supplémentaire vers une réponse européenne. Les mesures présentées sont ambitieuses, avec notamment la nécessité de mettre en place des recovery Bonds et l’augmentation des moyens financiers et des compétences de l’Union européenne. On regrettera cependant que la mise en commun complète des dettes européennes ne soit pas à l’ordre du jour (même si le Parlement s’est prononcé en faveur d’investissements communs et solidaires pour faire face au coronavirus), et également une action contre la désinformation un peu timide. Cependant, si ces mesures sont mises en place, cela permettra à n’en pas douter de rendre la coopération entre Etats de l’Union plus efficace.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom