Lettre à l’Europe : la politique climatique doit revenir à l’ordre du jour

, par Jonas Botta , traduit par Thibault Dutoit

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [français]

Lettre à l'Europe : la politique climatique doit revenir à l'ordre du jour
Le ministre des Sciences de Rhénanie du Nord-Westphalie, Svenja Schulze (SPD), visite l’Agence de l’énergie NRW. Flickr / Energie.Agentur NRW / Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0)

Régulièrement, la rédaction de TreffpunktEuropa écrit une « lettre à l’Europe » pour alerter, dénoncer, encourager, exprimer un opinion sur un sujet. La lettre à l’Europe de cette semaine est adressée à la Ministre allemande de l’Environnement, Svenja Schulze.

Madame la Ministre,

Loin de moi l’idée de vous offenser, mais vous admettrez que votre degré de notoriété est actuellement au plus bas. On ne peut, certes, vous le reprocher, puisque les débats sur l’asile et la migration ont longtemps été au centre des préoccupations publiques et que la campagne électorale bavaroise a laissé derrière elle plusieurs dégâts collatéraux. Une telle situation reflète malheureusement le problème majeur que connait la politique climatique aujourd’hui : elle est à peine visible.

De la nécessité d’un débat paneuropéen sur une politique climatique commune

Cet été, le réchauffement climatique a, à nouveau, battu des records : de nombreux pays européens, notamment en Scandinavie et en Europe centrale, ont enregistré un taux de précipitations extrêmement faible. L’Europe a ainsi connu de très mauvaises récoltes, un manque d’eau notable et des feux de forêt, principalement causés par l’homme. La tendance de ces dernières années se poursuit donc inexorablement : la Terre se réchauffe toujours plus. Pourtant, les ambitieux objectifs climatiques définis à Paris en 2015 n’ont fait que très peu parler d’eux sur la scène européenne et internationale une fois la Conférence terminée. L’accord conclu à la fin du mois de juin 2018 sur le règlement relatif au suivi de l’avancement dans le domaine de l’énergie et du climat a, lui aussi, été pour ainsi dire ignoré par les médias. Les États membres doivent donc désormais envoyer un signal clair pour rendre à la politique climatique son rang de priorité dans l’ordre du jour politique de l’Union. Un débat paneuropéen sur une politique climatique commune et progressiste doit être amorcé.

Sortie du charbon : mieux vaut tard que jamais ?

Votre fonction de ministre de l’Environnement vous offre la possibilité de donner l’exemple. Seule l’Allemagne recourt encore autant à cette ressource nuisible qu’est le charbon pour s’alimenter en électricité. Pourtant, le gouvernement auquel vous appartenez a récemment abandonné les objectifs climatiques qu’il s’était fixés pour 2020.

Une commission d’experts a désormais été mise en place afin de préparer, d’ici la fin de l’année, la sortie du charbon de l’Allemagne. Elle se concentrera particulièrement sur l’avenir économique des régions productrices de charbon actuelles ; une bonne chose, puisqu’aucun tournant énergétique n’est possible sans prise en compte de la réalité vécue par les salariés qu’il concerne. Toutefois, si un tel tournant doit, en effet, faire l’objet d’une réflexion englobant l’ensemble de la société, l’argument du soutien structurel à apporter aux régions minières risque malheureusement de n’être avancé que dans le dessein de dissimuler le manque d’enthousiasme du monde politique envers des objectifs climatiques ambitieux.

Restez ferme !

Il s’agit donc de rester ferme : vis-à-vis de vos partenaires de coalition (surtout Peter Altmaier, le ministre de l’Énergie et de l’Économie), mais également face à vos confrères du SPD. Vous avez beau avoir été taxée de « lobbyiste du charbon » lors de votre entrée en fonction, vous disposez encore de suffisamment de temps pour affirmer votre « identité » de ministre de l’Environnement. Le combat que vous avez aujourd’hui l’occasion de livrer en Allemagne en faveur d’une politique climatique porteuse d’avenir aura des répercussions sur l’ensemble de l’UE. La prochaine conférence sur les changements climatiques des Nations Unies à Katowice sera d’ailleurs plus que jamais l’occasion pour l’Union européenne de parler d’une seule et même voix.

Sincèrement,

Jonas Botta

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

À lire aussi :