MémoriElles européennes : Simone Weil

, par Christian Gibbons, Traduit par Léo Allaire

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [English] [français]

MémoriElles européennes : Simone Weil
Photo credit : TCY

L’histoire ne se caractérise pas tant par un enchaînement de faits, mais plutôt par la manière dont nous en avons gardé la trace et comment nous l’interprétons. La compréhension socialement construite que nous avons du monde de l’époque et du monde actuel façonne ce dont nous nous souvenons, et la manière dont nous nous en souvenons.

Comme l’histoire des femmes de notre continent est souvent écrasée par le poids des structures patriarcales persistantes, il n’est pas rare que la contribution des femmes à la science, à l’art, à la politique et aux autres domaines, soit au mieux négligée ou, au pire, oubliée.

L’article qui suit s’inscrit dans notre série « Les MémoriElles européennes », qui présente la vie inspirante de femmes qui ont servi l’Europe. Par le biais de cette série, nous espérons contribuer à corriger le déséquilibre créé par ce prisme collectif au travers duquel nous comprenons l’histoire, et à informer aussi bien notre rédaction que nos lecteurs sur les accomplissements et les innovations des femmes d’Europe.

Née dans une famille d’origine juive assimilée à Paris en 1909, Simone Weil vivra toute sa vie en solidarité avec ceux qui souffraient. Philosophe de formation, sa pensée allait par-delà les frontières traditionnelles. Elle n’était cependant pas une intellectuelle enfermée dans sa tour d’ivoire. En fait, ses idées les plus percutantes étaient le produit de temps passé dans les usines, dans les fermes et sur les champs de bataille. En 1936, son activisme militant en faveur de la cause sociale la mena en Espagne, où elle rejoignit l’anarchiste colonne Durutti à Saragosse. En 1937, après une visite en Italie, la vie de Simone Weil fut chamboulée par quelques expériences mystiques, et elle se convertit finalement au christianisme.

Weil était exceptionnellement précoce, même lors de ses jeunes années. Elle apprit le grec ancien dès l’âge de 12 ans et, peu après, le sanskrit de manière autodidacte. Plus tard, elle rejoignit l’École normale supérieure, finissant à la première place pour ses examens de « Logique et de Philosophie », devant Simone de Beauvoir. Bien qu’elle eût des sympathies communistes, elle fut souvent en désaccord avec Léon Trotsky et elle fit partie des rares personnes capables de s’opposer à lui lors d’un débat. Débraillée, intransigeante et farouchement indépendante, Weil rejetait l’Église, les partis politiques, et toute relation romantique et sexuelle, ce qui lui valut le surnom de « la Martienne ».

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclata, elle fuit au Royaume-Uni, où elle continua à travailler avec la résistance française pour défaire le pouvoir nazi en Europe. Elle refusait cependant de manger plus que la ration imposée aux habitants de la France occupée. Accéléré par la malnutrition et le surmenage, le déclin de sa santé fut rapide, et elle mourut de la tuberculose en 1946. Weil devint plus tard le modèle de l’homme révolté d’Albert Camus. Elle laisse le souvenir en France et dans le monde d’une des figures intellectuelles les plus importantes du XXe siècle.

Mots-clés

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom