Non Monsieur Valls, enseigner les langues régionales en France « n’encourage » pas le séparatisme

, par Théo Boucart

Non Monsieur Valls, enseigner les langues régionales en France « n'encourage » pas le séparatisme
L’ancien Premier ministre Manuel Valls. Crédit : Philippe Grangeaud (Flickr)

Manuel Valls se rêve une nouvelle fois en sauveur de la politique française. Après son exil à Barcelone, sa ville natale, l’ancien Premier ministre prépare médiatiquement son retour dans l’hexagone. L’occasion pour lui de partir dans la surenchère jacobine… en s’attaquant aux langues régionales.

Une nouvelle fois, un membre de la classe politique française ne fait guère honneur à la diversité culturelle et linguistique de l’un des pays les plus riches d’Europe en la matière. Cette fois, l’affaire est d’autant plus incongrue qu’elle émane de Manuel Valls, ancien Premier ministre français né à Barcelone, donc de langue maternelle catalane.

Le média catalan El Nacional.cat rapporte un entretien que l’homme politique socialiste a accordé le 25 octobre dernier à « 64 minutes – le Monde en français », un journal télévisé quotidien diffusé sur la chaîne TV5MONDE, durant lequel il a été interrogé sur le rôle des langues régionales dans l’enseignement en France.

A la question de la journaliste « si demain vous deveniez ministre de l’Education nationale en France, accepteriez-vous que l’école se donne en breton, en basque, en corse ou en catalan dans les régions concernées et si celles-ci le souhaitent ? », Manuel Valls donne une réponse très claire « Non. Sûrement pas ! La République, c’est une unité, une unicité et c’est une langue, le français, une langue parlée et écoutée par des millions et des millions de personnes », tout en ajoutant plus loin qu’il exècre « tout ce qui est lié au séparatisme, à la destruction de l’unité républicaine », une allusion claire étant faite au lien entre ces dangers pointés et l’apprentissage du basque et du catalan.

Des propos stupéfiants à l’heure où les régions et les cultures régionales sont de plus en plus vues comme des passerelles entre les différentes populations européennes. Le Conseil de l’Europe et l’Union européenne organisent tous les ans, le 26 septembre, la journée européenne des langues, symbole du multilinguisme et du plurilinguisme en Europe et durant laquelle les langues régionales sont considérées comme une véritable richesse.

Surenchère jacobine au détriment des cultures régionales

L’analyse de Manuel Valls est erronée et dangereuse à plusieurs titres. Premièrement, l’ancien Premier ministre s’inscrit dans la vieille logique assimilationniste qui a prévalu dans la France de la IIIème république et qui a causé la mort « sociale » de la quasi-totalité des langues régionales. Même s’il apporte une légère nuance à son propos initial en déclarant qu’il fallait « faire vivre les langues régionales », il est évident que l’école est un facteur déterminant pour la transmission d’une langue. Jules Ferry l’avait bien compris lorsqu’il a rendu l’instruction obligatoire en français dans les années 1880.

Avec ce discours, Manuel Valls considère qu’il ne peut y avoir d’éducation bilingue, et que seule la langue française doit être utilisée dans l’enseignement, oubliant les différentes études qui ont montré que le multilinguisme est un facteur de développement cognitif.

Malheureusement, ce jacobinisme culturel est encore bien présent dans les esprits de l’élite politique, comme en témoigne l’article 2 de la Constitution, révisée en juin 1992, « la langue officielle de la République est le français ». La France est par ailleurs l’un des seuls pays en Europe (avec l’Italie et la Russie) à ne pas avoir ratifié la charte européenne des langues régionales ou minoritaires, et ce, en dépit du fait que le pays compte de très nombreuses langues.

Deuxièmement, Manuel Valls considère qu’aujourd’hui, le développement d’une langue régionale est forcément un facteur de séparatisme. Il oublie un peu trop rapidement le cas de la communauté autonome de Catalogne. Le fort sentiment indépendantiste qui prévaut depuis le début des années 2010 est amplement dû au fait que le Tribunal constitutionnel espagnol ait retoqué plusieurs dispositions de la révision des statuts de la Generalitat de Catalogne, dans lesquels une place spécifique est faite à la langue catalane. Les velléités séparatistes et la radicalisation des camps est la faute du gouvernement central et des institutions espagnoles, et non d’une quelconque utilisation du catalan, à Barcelone ou ailleurs dans les « pays catalans » (la Communauté de Valence et les Îles Baléares, bien que catalanophones, ne connaissent pas un mouvement séparatiste comparable à celui de la Catalogne).

De par ces propos méphitiques sur les langues régionales, Manuel Valls s’inscrit à rebours du processus d’intégration européenne et renie même une partie de son identité multilingue. Pour avoir l’oreille des médias et tenter de faire son retour sur la scène politique française, il faudrait donc adopter un discours jacobin, à la fois politique et culturel. Avec de tels déclarations, le combat en faveur d’une Europe fédérale des régions, où l’identité est inclusive et non exclusive, doit se poursuivre inlassablement.

Vos commentaires

  • Le 29 octobre à 10:06, par Jp boulon En réponse à : Non Monsieur Valls, enseigner les langues régionales en France « n’encourage » pas le séparatisme

    L expérience espagnole ne va pas dans ce sens...l ultra nationalisme catalan et basque contredisent en partie votre raisonnement... La langue leur sert de véhicule ultra identitaire et dans le cas catalan une discrimination du castillan dans le système scolaire et l espace public ..je vous rappelle que il y a une répression linguistique si l on s exprime en castillan dans les commerces !! (Amendes) donc un bilinguisme asymétrique inversé comme en France. cette situation ne favorisent pas le changement en France..donc l argument de Valls a sa pertinence même si je partage pas complétement son propos... Tous cela est préjudiciable au bilinguisme en France..

  • Le 29 octobre à 10:30, par Théo Boucart En réponse à : Non Monsieur Valls, enseigner les langues régionales en France « n’encourage » pas le séparatisme

    Bonjour, merci pour votre commentaire. Le nationalisme basque est assez identitaire et basé sur la langue, c’est vrai. Toutefois, même si la langue catalane est actuellement un facteur identitaire brandi par de plus en plus de militants indépendantistes en Catalogne (et pas seulement de l’ERC très pro-indépendance), l’aspect culturel et linguistique a moins été une raison du désir que l’aspect économique. En outre, le sentiment indépendantiste exacerbé de ces 10 dernières années est surtout le fait de l’obstination des institutions espagnoles, en particulier le Tribunal constitutionnel (qui a retoqué de nombreux amendements à la révision des Statuts de la Généralité de Catalogne, démocratiquement modifiés nen 2006) dans leur refus d’accorder quelconque débat sur la question catalane. Dès lors, il ne faut guère s’étonner que des éléments extrémistes s’expriment dans les deux camps.

  • Le 30 octobre à 09:58, par Nathan Tumbarello En réponse à : Non Monsieur Valls, enseigner les langues régionales en France « n’encourage » pas le séparatisme

    Je regrette que dans l’article il n’est pas fait mention de la position de Manuel Valls sur la charte des langues régionales, je tiens à rappeler pourquoi elle n’a pas été ratifiée. En 2015 la droite sénatoriale n’en a pas voulu justement pour les raisons jacobines édictées dans l’article. Manuel Valls au contraire a déploré cette position et était pour sa ratification.

    https://www.vie-publique.fr/discours/196814-declaration-de-m-manuel-valls-premier-ministre-en-reponse-une-quest

    De plus Manuel Valls a toujours considéré les langues régionales comme une richesse du moment que celle-ci ne soient utilisés comme outils à l’indépendance. La Catalogne ici mais dans le passé en 2015 il s’agissait de la Corse également.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom