Pourquoi les populistes s’en prennent-ils aux journalistes ?

Entretien avec Paolo Levi, à l’occasion des Journées de la presse européenne

, par Leslie Mary

Pourquoi les populistes s'en prennent-ils aux journalistes ?
Paolo Levi est journaliste, correspondant à Paris pour l’agence de presse italienne ANSA. Crédits photo : Arthur Delicque.

Les Journées de la presse européennes se sont déroulées les 1er et le 2 mars derniers à l’école de communication et de journalisme IICP. Présent à cette l’occasion, Paolo Lévi, correspondant en France pour l’agence de presse italienne ANSA et intervenant lors de la conférence “Pourquoi les populistes s’en prennent-ils aux journalistes.

Leslie Mary : D’après-vous, que cherchent les populistes en s’en prenant aux médias ?

Paolo Levi : Je pense que les populistes entendent surtout s’en prendre à la complexité. Or, les choses sont très différentes, certainement pas binaires et les journalistes sont justement là, chaque jour, pour expliquer la complexité de ce monde et de nos sociétés. Et ceci à une époque où il y a une sorte d’allergie généralisée à la complexité, une époque qui voudrait tout résoudre par un slogan simpliste sur Twitter ou Facebook. Les populistes s’en prennent aux journalistes car ce sont justement ceux, qui à travers leur travail, sont censés dépasser la complexité, l’expliquer. Rien n’est simple et ce monde est plus de nuances. S’en prendre à eux c’est aussi un petit peu s’en prendre à la raison.

Leslie Mary : C’est donc là votre définition personnelle du journalisme : une profession qui explique le monde et en tire la vérité ?

Paolo Levi : Il y a une belle phrase de George Orwell dans “1984” : “Plus une société s’éloigne de la vérité, plus elle hait ceux qui la disent ». Les journalistes cherchent à décrypter, par les faits, par le travail, par l’approfondissement, et par la vérification des informations.

Leslie Mary : Justement, face à ce climat complexe, quelles sont les conséquences sur les élections européennes ?

Paolo Levi : Les conséquences sur les élections européennes peuvent être très lourdes et dangereuses. Il suffit de regarder un petit peu derrière nous et de voir ce qui s’est passé au Royaume-Uni. Dans un pays tout entier, des mensonges répétés pendant une campagne électorale très virulente, des fausses informations, ont conduit le pays à se retirer de l’Union européenne. Avec toutes les difficultés que nous observons aujourd’hui.

Leslie Mary : Vous parlez de « mensonges », mais jugez-vous les médias responsables ?

Paolo Levi : Il y a eu une responsabilité très importante de médias, notamment des tabloïds anglais, qui n’ont jamais fait le travail que l’on attendait d’eux. C’est-à-dire celui d’aller vérifier si ce qui était dit, prononcé et partagé était vrai, trompeur ou mensonger. Il n’était pourtant pas très compliqué de confronter aux faits ce que disait Nagel Farage, chantre du Brexit. Ses propos pouvaient être très facilement démentis. Donc aujourd’hui, pour revenir aux élections européennes, il y a effectivement le risque que tous ces mensonges puissent faire couler le projet européen né après la guerre et que nous construisons main dans la main, et cela serait vraiment une catastrophe. Comme le disait, Umberto Eco : « méfiez-vous des faux prophètes, qui veulent nous ramener 70 ans en arrière, et soyez fiers d’être Européens ». Il est tenté de penser que l’on peut tout faire tout seul et mieux. Mais seuls, nos petits pays n’ont pas de grandes chances d’aller très loin.

Entretien réalisé par Leslie Mary, étudiante à l’IICP, dans le cadre de la couverture des Journées de la presse européenne.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom