Quel rôle pour l’Europe dans un monde instable ?

, par Théo Boucart

Quel rôle pour l'Europe dans un monde instable ?

Le 18 mai avait lieu à la représentation permanente de la Commission européenne à Paris une conférence en présence de Margot Wallström, ministre des affaires étrangères de la Suède. Le thème de l’intervention : le rôle de l’Union européenne (UE) dans un monde de plus en plus dangereux.

Cela relève du lieu commun, mais le rappeler ces jours-ci semble nécessaire : l’Union européenne évolue dans un monde de plus en plus instable. Il est à ce titre intéressant d’entendre des décideurs politiques de premier plan. Margot Wallström est assurément de ceux-ci : figure du parti travailliste suédois, ancienne commissaire européenne et vice-Présidente de la Commission, actuelle ministre des affaires étrangères du Premier Ministre Stefan Löfven. Elle est également un symbole de la diplomatie féministe, défendant avec conviction le droit des femmes dans le monde. Sa longue expérience européenne est précieuse pour comprendre la position que doivent adopter les 28 membres de l’UE face aux défis mondiaux, malgré une retenue et un langage diplomatique évident, sa fonction ministérielle l’obligeant à parler au nom du gouvernement suédois. Dans la salle de conférence, de nombreux ambassadeurs sont venus écouter Madame Wallström. Un esprit européen est donc bien présent, ce qui est très appréciable, d’autant plus qu’ils sont très accessibles.

Le changement climatique, menace numéro une pour une Europe à la politique ambiguë

Le discours de Margot Wallström commence sur une note ferme et difficilement réfutable : le changement climatique est la principale menace pesant sur le monde car elle concerne la planète entière et est une véritable bombe à retardement pour les prochaines générations. La décision du Président Trump de sortir les États-Unis de l’accord de Paris oblige l’UE à affirmer plus que jamais son leadership en matière de protection de l’environnement. Si l’on peut reconnaître que l’UE dispose de l’arsenal législatif le plus complet pour favoriser une transition énergétique respectueuse de l’environnement et permettant une lutte efficace contre le changement climatique, il faut tout de même se demander si cela est suffisant, alors que les pays européens continuent de subventionner largement les énergies fossiles, que la Commission poursuit de nombreux états (dont la France et l’Allemagne) pour leur mauvaise qualité de l’air et que les décideurs politiques continuent d’être ambivalents sur la question. Il serait temps que les actions concrètes viennent donner du crédit à l’espoir de Margot Wallström.

L’Union européenne assez impuissante dans un environnement stratégique instable

La menace climatique n’est bien entendu pas le seul obstacle sur le chemin de l’UE, la montée des inégalités, que ce soit en Europe ou dans le monde, représente un défi presque existentiel. Le fossé croissant entre riches et pauvres déstabilise encore plus un environnement stratégique déjà bien fragilisé. Le retrait annoncé des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien est un nouveau défi de taille pour la sécurité du Moyen-Orient, véritable poudrière déjà attisée par la guerre en Syrie et le conflit israélo-palestinien. Pour Margot Wallström, l’UE doit parler d’une seule voix et s’affirmer comme une puissance diplomatique pour contrer les décisions insensées de Washington et l’avancée inexorable de Pékin.

Cela peut faire sourire tant cela s’apparente à un vœu pieux : l’UE est loin d’être une puissance stratégique parlant d’une seule voix sur tous les dossiers. Comment avoir une politique étrangère et de sécurité commune vraiment efficace si l’unanimité est requise pour prendre une décision ? Margot Wallström garde pourtant son optimisme : la Coopération Structurée Permanente (CSP), décidée en décembre dernier, est un premier pas vers une défense commune européenne tout de même ! Là encore, il conviendrait d’être prudent, les grandes annonces politiques dans le domaine de la défense ne suffisent absolument pas, il faut de réelles avancées, comme le fonds européen de défense peut constituer.

Le voisinage stratégique de l’UE n’est pas non plus à négliger, le terrorisme représentant une troisième menace de grande ampleur pour les pays européens. Là encore, l’Union doit proposer un véritable partenariat stratégique pour les régions de « l’arc d’instabilité », entourant l’UE. Alors qu’un sommet UE-Balkans occidentaux s’est tenu à Sofia le 17 mai, les institutions européennes doivent proposer une véritable feuille de route pour l’intégration de ces pays. Cela tombe plutôt bien, l’ambassadeur de Bulgarie en France, Anguel Tcholakov, est présent dans le public. Je profite d’un moment pour lui demander quels sont les différents défis à relever pour permettre l’intégration des Balkans occidentaux. Anguel Tcholakov est plutôt optimiste quant à la perspective de l’intégration de la Serbie ou du Monténégro, malgré les problèmes persistants, le plus pressant étant selon lui la consolidation de l’État de droit. La connectivité de la région avec le reste de l’UE est aussi nécessaire. La Présidence bulgare du Conseil de l’UE s’attèle d’ailleurs à cela, le destin des Balkans occidentaux doit être résolument européen.

L’issue de la conférence laisse songeur. L’ampleur des défis auxquels est confrontée l’UE doit être un véritable électrochoc pour les 28 afin qu’ils prennent leur destin en main ensemble. Les résultats concrets se font encore et toujours attendre, mais il est toujours bon d’entendre des appels d’unité de la part d’une Ministre des Affaires étrangères.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom