« Rout, wäiß, blo » : Histoire du drapeau luxembourgeois

, par Paul Brachet

« Rout, wäiß, blo » : Histoire du drapeau luxembourgeois
En ce 23 juin, le drapeau tricolore du Luxembourg flotte sur le pays d’à peine plus de 2 500 km2. crédit : Pixabay

Ce 23 juin, pavoisé de « Rouge, blanc, bleu » le dernier Grand-Duché du monde célèbre sa fête nationale. En ce jour marquant l’anniversaire du souverain du Luxembourg, Henri de Nassau, les Luxembourgeois se réunissent autour du drapeau. Un drapeau qui, à l’instar du Grand-Duché, possède bien des mystères. De ses origines, jusqu’à son utilisation actuelle, retour sur le drapeau du Grand-Duché de Luxembourg.

Pays-Bas, France, Révolution, Ducs… un drapeau aux origines multiples

Le drapeau actuel n’a pas toujours été. Jusqu’en 1830, ce sont les armes de la famille ducale, puis grand-ducale, de Luxembourg qui faisaient office d’emblèmes nationaux. Puis en 1830, le Luxembourg est entraîné dans une période troublée. À cette période, le Grand-Duché vit sous l’autorité du roi néerlandais Willem Frederik van Oranje-Nassau et le Royaume des Pays-Bas couvre alors l’ensemble de l’actuel Benelux (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg). Les Belges se révoltent contre l’autorité néerlandaise protestante et déclarent indépendante ce qui deviendra la Belgique. Les Luxembourgeois en profitent alors pour exprimer leur souhait d’une plus grande autonomie et de la reconnaissance d’une nation luxembourgeoise distincte de la nation batave. Un drapeau est brandi pour l’occasion, un étendard rouge, blanc, bleu – en luxembourgeois, rout, wäiß, blo. Le drapeau sera dès lors utilisé comme emblème national, et sera officialisé en tant que tel en 1993. Trois théories sont avancées pour élucider le mystère entourant les origines du drapeau luxembourgeois : Pays-Bas, Révolution française et Duc.

Pays-Bas. La première théorie envisage que la bannière tricolore luxembourgeoise se soit inspirée de celle néerlandaise. En effet, la similitude entre les deux drapeaux est remarquable, à tel point que les initiés de vexillologie réussissent à distinguer la nuance de bleu qui différencie le Luxembourg des Pays-Bas. Selon cette théorie, le mouvement nationaliste luxembourgeois aurait emprunté au drapeau batave ses caractéristiques dans le but de créer son propre emblème, rappelant ainsi la proximité des deux peuples, le souhait de continuer à vivre ensemble entre Néerlandais et Luxembourgeois en cultivant leurs différences. Or cette théorie est caduque dès lors, comme nous le rappelions plus tôt, que c’est par l’étendard tricolore que le Luxembourg a souhaité affirmer son indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni des Pays-Bas. La proximité entre les deux drapeaux ne peut donc être que fortuite tant les nationalistes luxembourgeois souhaitaient l’émancipation de leur patrie des Néerlandais.

Révolution française. La seconde théorie considère que l’inspiration ayant mené à la confection du drapeau du Luxembourg proviendrait de la Révolution français, en ce sens que le drapeau tricolore révolutionnaire français, symbole de patriotisme, de liberté et de démocratie, aurait influencé les États révolutionnaires européens. En effet, le tricolore français a été repris par de nombreux pays européens constitutionnalisés ou mouvements nationalistes européens visant cet objectif : la Belgique, l’Allemagne, l’Italie, la Bohème…mais également les Pays-Bas et le Luxembourg. La forme tricolore du drapeau luxembourgeois peut donc être considérée comme le reflet des idéaux des Lumières et de la Révolution française appliqués à un contexte européen de révoltes nationalistes, le Printemps des peuples, la Révolution belge et la révolte luxembourgeoise s’inscrivant pleinement dans ce mouvement.

Duc. La forme étant expliquée, la troisième théorie tente d’élucider le choix des couleurs de la bannière, si proches de celles utilisées par les Pays-Bas. Les couleurs utilisées proviendraient de celles des armes des Grands-Ducs de Luxembourg, notamment celles de la famille des Oranje-Nassau, dynastie régnante également sur le royaume des Pays-Bas. La dynastie s’est scindée en deux lors de la succession du trône des Pays-Bas à la princesse Wilhelmine de Oranje-Nassau, étant une femme, les terres patrimoniales luxembourgeoises n’ont pu lui revenir. Dès lors, le Luxembourg a possédé sa propre dynastie, les Nassau. Leurs armes tiennent sur un bouclier zébré de bandes blanc et bleu azur, floqué d’un lion couronné rouge à deux queues. Et là apparaissent les couleurs : le rouge du lion, le blanc et le bleu du bouclier.

Ce que nous pouvons conclure, avec toutes ces théories, c’est qu’elles convergent toutes vers le berceau des origines du drapeau du Luxembourg. Le drapeau proviendrait ainsi d’un sentiment de révolte dans le contexte de la Révolution belge. Inspirés par les couleurs des ducs du Grand-Duché d’une part, et par les idéaux de la Révolution française d’autre part, les Luxembourgeois auraient adopté un drapeau tricolore aux couleurs nationales ; pour résumé, un chemin et des origines différentes pour un résultat presque semblable à celui du drapeau des Pays-Bas.

« Rout, wäiß, blo » ou « Roude Léiw »

Mais le drapeau actuel n’a pas toujours été le même. Le drapeau tricolore est venu concurrencer les armes des Grands-Ducs et donc le drapeau les reprenant. Après que la constitution ait reconnu officiellement le drapeau aux trois bandes en 1993, les deux drapeaux ont coexisté, jusqu’à ce que le député Michel Wolter vienne contester cet état de fait. Le 5 octobre 2006, le débat sur le drapeau est relancé après que ce dernier ait introduit une proposition de loi demandant le remplacement du drapeau tricolore par l’imposition de l’étendard au lion. La proposition n’aboutit pas mais le débat continua. Le 6 juillet 2007, le gouvernement décida de reconnaître officiellement les deux drapeaux : le Rout, wäiß, blo comme représentation de la nation à l’extérieur du pays et le Roude Léiw comme pavillon civil à l’intérieur des frontières.

Depuis, le débat ne s’est pas tari, certains députés ont tenté de renouveler l’expérience Wolter, jusque-là sans succès, et les Luxembourgeois continuent de discuter sur quel drapeau serait plus légitime, quel drapeau représenterait mieux le pays et son peuple, arguant d’un côté la ressemblance trompeuse entre le tricolore et le drapeau des Pays-Bas, et de l’autre, la ressemblance conforme entre le Roude Léiw et ceux de la province belge de Luxembourg et le Land allemand de Hesse.

Ce débat est sans doute immuable, mais une chose reste sure : le Rout, wäiß, blo a acquis aujourd’hui une légitimité sans faille, du moins en-dehors des frontières du petit Grand-Duché de Luxembourg.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom