Sankt Germanshof – Wissembourg : les Fédéralistes européens réaffirment la nécessité d’une Europe sans frontières

, par Théo Boucart

Sankt Germanshof – Wissembourg : les Fédéralistes européens réaffirment la nécessité d'une Europe sans frontières
Les militants à l’endroit où se tenait le poste-frontière 70 ans plus tôt. Photo : Annick Sittler.

Des militants fédéralistes d’Alsace, de Sarre et de Rhénanie-Palatinat se sont retrouvés jeudi 6 août à la frontière franco-allemande, entre Sankt Germanshof et Wissembourg, pour commémorer la « prise de la frontière » au même endroit, 70 ans auparavant, le 6 août 1950. Une rencontre aussi symbolique que politique.

C’est désormais une simple route en virage, et si on n’aperçoit pas le panneau « Bundesrepublik Deutschland », on ne sait même pas que l’on quitte la ville de Wissembourg, en Alsace, pour entrer dans Sankt Germanshof, dans la région allemande de Rhénanie-Palatinat.

Pourtant, la frontière entre l’Alsace et la Rhénanie-Palatinat à cet endroit a longtemps été un poste-frontière, une séparation physique et mentale entre la République française et la République fédérale d’Allemagne, encore sous tutelle partielle des puissances vainqueurs de la Seconde Guerre Mondiale. Un endroit choisi par quelques militants fédéralistes pour crier haut et fort leur désir d’une Europe unie et sans frontières. Le 6 août 1950, ils ont été des dizaines à se ruer sur le poste-frontière pour le détruire et planter fièrement sur la barrière brisée un drapeau fédéraliste blanc et vert.

Une action « coup de poing » que les militants français et allemands des section locales des Jeunes Européens, du Mouvement Européen et de l’Union des Fédéralistes européens ont voulu reproduire hier à 18h, sous le regard bienveillant des automobilistes et des deux-roues. Occupant une bonne partie de la route, une barrière blanche et rouge fabriquée pour l’occasion a été sciée par Tobias Justinger, président des JEF Rheinland-Pfalz et l’un des militants présents en 1950 spécialement venu pour l’occasion, pour rappeler la destruction de la barrière du poste-frontière.

Cette action commémorative a également été l’occasion pour les militants de prendre de nombreuses photos avec drapeaux français, allemand et fédéraliste, ainsi que de parler aux journalistes locaux venus pour couvrir l’évènement.

Action symbolique et militante

Malgré l’ambiance bon enfant de l’évènement, cette action revêtait un caractère bel et bien politique, comme nous l’explique Tobias : « Nous avons organisé cette rencontre et cette nouvelle ‘destruction de la barrière’ ici pour attirer l’attention sur notre combat quotidien pour des frontières ouvertes en Europe. En mai dernier, les sections JEF de Rhénanie-Palatinat et de Sarre ont d’ailleurs déposé une plainte contre le gouvernement fédéral allemand et la fermeture unilatérale de la frontière franco-allemande en mars. Cette plainte doit également permettre de sensibiliser un maximum de personnes aux enjeux transfrontaliers et l’action que nous menons aujourd’hui doit y contribuer ».

L’année 2020 a en effet été particulièrement éprouvante pour les personnes vivant dans les régions transfrontalières entre la France et l’Allemagne. Les 451 kilomètres de frontières entre les deux pays ont ainsi été fermées partiellement trois longs mois, causant moult désorganisations et brimades. Aujourd’hui encore, les autorités n’excluent pas une nouvelle fermeture de frontières en cas de seconde vague.

Devant ces fermetures arbitraires et très préjudiciables, les associations fédéralistes européennes se sont mobilisées pour exiger une réouverture des frontières et pour faire en sorte que de telles situations ne se reproduisent plus jamais. Outre la plainte déposée en Allemagne, les Jeunes Européens – Strasbourg, ainsi que d’autres associations, se sont ainsi retrouvés tous les weekends entre début mai et mi-juin, sur la passerelle des Deux-Rives. Les Jeunes Européens – Rhin supérieur organiseront en outre les 22 et 23 août une « journée du Rhin supérieur » (« Oberrheintag ») pour que Français, Allemands et Suisses puissent se rencontrer et échanger autour de plusieurs activités.

En 1950 comme en 2020, militer pour l’ouverture des frontières et pour le maintien de la liberté de circulation a donc une importance capitale.

Retrouvez également le communiqué de presse des sections locales des associations fédéralistes en Grande Région et dans le Rhin supérieur à l’occasion du 70ème anniversaire du 6 août 1950.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom