Sondages : Printemps libéral en Europe ?

Le groupe ADLE plus fort que jamais

, par Tobias Gerhard Schminke, traduit par Clara Ducimetiere

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [français]

Sondages : Printemps libéral en Europe ?
Les partis libéraux sont actuellement au plus haut avec 13% des suffrages estimés.

Les partis libéraux du groupe ADLE remporteraient actuellement 13% des voix des citoyens européens (+2 points par rapport à novembre). Ce serait le meilleur score que le groupe ait jamais atteint lors d’élections européennes, et environ 4 points de plus par rapport aux dernières élections.

Actuellement, le succès des libéraux de Guy Verhofstadt a pris de l’ampleur grâce aux jeunes partis libéraux qui ont récemment pris de l’importance en Pologne, Roumanie et Espagne. En Pologne, le parti libéral « Nowoczesna » s’impose. Il a vu le jour en mai 2015, et est le principal opposant au gouvernement eurosceptique et conservateur. Le groupe est aujourd’hui la force la plus importante dans les sondages. Les partis libéraux traditionnels en Europe, comme le groupe anglais « Liberal Democrats » (libéraux démocrates) ou la FDP en Allemagne, stagnent quant à eux à un niveau faible.

En raison des évènements en Pologne, les perdants, ce mois-ci, sont les conservateurs eurosceptiques de l’ECR qui perdent deux points et tombent à 10% au niveau européen.

La gauche profite des élections en Espagne

A la suite des élections en Espagne, où le parti de gauche Podemos a obtenu un résultat encore plus important que l’on ne l’aurait soupçonné il y a un mois, les partis de gauche en Europe sont globalement plus forts. Le groupe de gauche GUE-NGL atteint 9% et progresse d’un point par rapport au mois précédent.

Les partis écologiques du Groupe des Verts/Alliance libre européenne restent à un niveau bas. Ils perdent un point et seulement 4% des Européens auraient voté pour eux. Les groupes européens de droite populaire ENF et ELDD restent à 5% ou 6%. Les partis populaires formés des chrétiens démocrates (26%) et des sociaux-démocrates (25%) ont eux aussi une valeur différente de celle annoncée par le baromètre européen dès le mois de décembre pour ces groupements.

Les non-inscrits obtiendraient 2% des sièges au Parlement européen.


L’Europe se fédéralise de plus en plus. Les phénomènes politiques comme le chômage ou la réaction des citoyens à une catastrophe nucléaire comme celle de Fukushima se manifestent de plus en plus dans plusieurs pays de l’Union en même temps. Cela se ressent aussi face aux urnes – il en ressort un comportement électoral homogène dans toute l’Europe. C’est pourquoi créer un baromètre pour l’UE28 fait sens. Les résultats se basent sur les données des sondages nationaux représentatifs des 28 pays de l’Union. Le jour de référence est le 30e jour de chaque mois. D’un point de vue statistique, ce système n’est pas parfait car les sondages européens ne sont pas toujours disponibles, à l’inverse des sondages nationaux.

Si vous souhaitez des informations concernant les sondages, contactez tobias.schminke chez treffpunkteuropa.de. Pour plus détails concernant les analyses mentionnées, consultez europeanmeter.wordpress.com.

Mots-clés

Commenter cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom