Sur la vie politique en Pologne - commentaires Sur la vie politique en Pologne 2011-01-19T15:51:42Z https://www.taurillon.org/Sur-la-vie-politique-en-Pologne#comment9085 2011-01-19T15:51:42Z <p>Bonjour, ce qui me gène dans votre présentation, c'est que vous reprenez des clichés qu'on entend souvent en Europe de l'Ouest sur la Pologne :</p> <p>Au sujet de Droit et Justice : « De même, ce parti de Droite (voire de la Droite dure) ne cache pas des tendances très conservatrices voire réactionnaires, en faveur de valeurs dîtes ''morales et patriotiques''. » Il ne faut, selon moi, jamais qualifier qqun de réactionnaire. C'est un terme apparue sous la Révolution Française pour désigner ceux qui ne voulaient pas la Révolution ; et on sait ce qu'on risquait en France à cette époque si on était pas assez révolutionnaire. Utiliser un tel qualificatif va contre l'idée de liberté de conscience.</p> <p>Vous dites ensuite : « A ce seul titre, on évoque régulièrement dans la presse internationale (notamment en France) et en tout particulier ses prises de positions très claires et récurrentes sur certaines questions de société : contre l'euthanasie, contre l'avortement, contre l'inscription dans la Loi des unions homosexuelles, contre la légalisation des drogues douces et pour le rétablissement de la peine de mort. » Pourquoi amalgamez-vous des questions si différentes ? De plus, nous pouvons avoir ces positions sans mériter d'être présenter comme un quasi-intégriste, non ?</p> <p>De la même façon, lorsque vous parlez de la Plate-Forme Civique : « Ainsi, ils sont pour la diminution du poids de l'Etat dans l'économie du pays, pour la supression de la Chambre haute du Parlement polonais (i. e : le Sénat). Cependant, sur le plan des questions de sociétés (avortement, euthanasie, légalisation des unions homosexuelles, légalisation des drogues douces, etc), il semble que la P.O soit tout aussi rigide que le PiS. » Pourquoi, « cependant » ? Pourquoi devrait-il forcément y a voir une contradiction entre ces positions ? Pourquoi, « rigide » ? Si quelqu'un est opposé à l'avortement ou à l'euthanasie et garde ses positions, il est donc rigide ? Il ne peut pas être logique avec lui-même, tous simplement ?</p> Sur la vie politique en Pologne 2007-10-26T00:27:06Z https://www.taurillon.org/Sur-la-vie-politique-en-Pologne#comment3005 2007-10-26T00:27:06Z <p>Deux liens supplémentaires :</p> <p>1. <a href="http://www.europe-politique.eu/elections-pologne.htm" class="spip_out" title="élections Pologne" rel='nofollow external'>Les élections en Pologne</a></p> <p>1. <a href="http://www.europe-politique.eu/partis-politiques-pologne.htm" class="spip_out" title="partis politiques Pologne" rel='nofollow external'>Les partis politiques en Pologne</a></p> Sur la vie politique en Pologne 2007-07-19T19:39:32Z https://www.taurillon.org/Sur-la-vie-politique-en-Pologne#comment2666 2007-07-19T19:39:32Z <p><strong>- Compléments d'informations :</strong></p> <p>Suite au dernier sommet européen de la fin juillet dernier, on apprend - en cette fin juillet 2007 - que les deux grandes formations eurosceptiques aujourd'hui membres de la coalition gouvernementale actuellement au pouvoir en Pologne (LPR et Samoobrona) ont décidées de s'associer et de regrouper leurs efforts au sein d'une nouvelle structure politique : la LiS (i. e : « Liga & Samoobrona »), nouvelle formation co-présidée par leurs leaders respectifs : le national-clérical Roman Giertych (LPR) et l'agrarien populiste Andrzej Lepper (S), (lui-même récemment limogé, le 8 juillet dernier, de son poste de vice-premier ministre et de ministre de l'agriculture pour son implication présumée dans une affaire de pots-de-vin...).</p> <p>Objectif avoué de ce nouvel attelage ouvertement eurosceptique : obtenir le rejet du récent traité réformateur de l'Union européenne.</p> Sur la vie politique en Pologne 2006-11-29T10:22:36Z https://www.taurillon.org/Sur-la-vie-politique-en-Pologne#comment1544 2006-11-29T10:22:36Z <p>Nouveau complément d'information (Sources : Dépêches d'agence publiées ce 28 novembre 2006).</p> <p>Lors du deuxième tour des élections municipales polonaises, ce week-end dernier, les conservateurs polonais actuellement au pouvoir ont subi une importante défaite électorale au moins dans leur ancien fief de Varsovie où ils étaient aux commandes depuis déjà près de quatre ans : un tremplin électoral qui avait alors servi de ''marche-pied'' à son maire (M. Lech Kaczynski) pour conquérir la présidence de la république, en octobre 2005.</p> <p>En effet, c'est Mme Hanna Gronkiewitz-Waltz (54 ans : Libérale de la Plateforme civique, parti politique de centre-droit ; ex-présidente de la banque centrale de Pologne et vice-présidente de la banque européenne de reconstruction et de développement, BERD) qui l'a emporté, avec l'appui de la gauche (avec plus de 53% des voix exprimées) sur M. Kazimierz Marcinkiewicz, ancien premier ministre du parti conservateur ''Droit et Justice'' (PiS) actuellement au pouvoir.</p> Sur la vie politique en Pologne 2006-11-15T06:18:14Z https://www.taurillon.org/Sur-la-vie-politique-en-Pologne#comment1454 2006-11-15T06:18:14Z <p>Juste préciser - infos de dernières minutes - que les élections municipales polonaises du dimanche 12 novembre dernier (premier grand test électoral depuis un an et depuis les élections législatives et présidentielles de l'automne 2005) ont vu une évidente réorientation de la vie politique polonaise au détriment de l'actuelle coalition au pouvoir.</p> <p>Bien sûr, il ne s'agissait là que d'élections municipales et - bien sûr - le taux d'abstention (autour de 55% : en légère baisse par apport aux mêmes élections de 2002) reste très fort. Mais il n'empêche : ces élections récentes - dans le contexte politique que l'on sait en Pologne - semblent avoir porté un rude coup à l'actuelle coalition national-conservatrice.</p> <p>Ainsi, les Libéraux de l'OP semblent l'avoir très largement emporté aux municipales dans les principales grandes villes du pays : à Gdansk (avec plus de 60% des voix dès le premier tour pour le candidat libéral - Pawel Adamowicz - dans ce bastion ''solidariste'', ville de naissance des frères Kaczynski), à Poznan, à Krakow ainsi qu'à - peut-être - Varsovie, ville autrefois dirigée par M. Lech Kaczynski et bastion du PiS depuis 2002 (ville où la désignation du maire nécessitera un second tour où la candidate de l'OP - Mme Hanna Gronkiewicz-Waltz - semble très bien placée pour l'emporter sur l'ancien pm (PiS) Kazimierz Marcinkiewicz...).</p> <p>En revanche, les petites communes des campagnes et du monde rural (près de 40% de la population totale) semblent rester fidèles au PiS qui apparaît plus que jamais comme un parti politique conservateur de Droite. (Alors que l'OP paraît être de plus en plus, sociologiquement parlant, comme un parti libéral de centre-droit et de clientèle ''urbaine'').</p> <p>En revanche, c'est là une cuisante défaite pour les deux formations politiques extrémistes LPR et Samoobrona : la première n'atteignant pas même le seuil des 5% indispensable pour avoir des élus alors que la seconde le dépasse à peine. Et perd ainsi sa place de troisième formation du paysage politique polonais au profit de la nouvelle alliance de Centre-Gauche récemment conclue entre SLD (post-communistes socio-démocrates, laminés aux dernières législatives de septembre 2005) et centristes de l'UW-Parti démocrate (qui récoltent donc ensemble près de 15% des voix).</p> <p>En tout cas ce scrutin semble avoir été un énorme camouflet pour l'actuelle coalition au pouvoir. Et, devant l'effondrement des scores électoraux de ses alliés, il est clair que le PiS y regardera désormais à deux fois avant de se risquer à se lancer dans des élections législatives anticipées.</p> <p>Bref, l'actuelle principale formation polonaise actuellement aux affaires (le PiS) semble aujourd'hui condamnée à coopérer, faute de majorité alternative, avec deux alliés extrémistes balayés lors de ce scrutin municipal (et désormais bien affaiblis). L'actuelle coalition au pouvoir n'en perd que davantage de légitimité à gouverner le pays. En tout cas, voilà qui promet pour cette Pologne qui connait, depuis plus d'un an déjà, des crises politiques à répétition...</p>