Après six mois de crise, quel est l'avenir de la Belgique ? - commentaires Après six mois de crise, quel est l'avenir de la Belgique ? 2008-01-18T11:09:26Z https://www.taurillon.org/Apres-six-mois-de-crise-quel-est-l-avenir-de-la-Belgique#comment3460 2008-01-18T11:09:26Z <p><strong>« Et que devient Bruxelles là-dedans ? »</strong></p> <p>Pour répondre à cette question, alors que la capitale belge est aujourd'hui au coeur des différends entre Flamands et francophones, le quotidien belge (généraliste, politiquement ''neutre'' et francophone) <a href="http://www.courrierinternational.com/planetepresse/planeteP_notule.asp?not_id=4470" class="spip_out" rel='nofollow external'><strong>« Le Soir »</strong></a> a récemment étudié cinq scénarii :</p> <p>(1) L'<strong>indépendance</strong> (une idée qui fait son chemin dans une certaine intelligentsia bruxelloise mais qui bute sur le régime fiscal des 340 000 ''navetteurs'' flamands et wallons qui vivent en périphérie mais travaillent à Bruxelles...).</p> <p>(2) <strong>Bruxelles, district fédéral européen</strong>, avec une ville de Bruxelles directement administrée par l'UE (même si l'UE n'a sans doute pas vocation à administrer une ville... et même si la Commission européenne montre peu d'empressement à examiner cette perspective...).</p> <p>(3) <strong>Bruxelles, capitale wallonne</strong> (après une future ''fusion'' de la Communautée francophone avec région « Wallonie », projet au programme de nombreux partis : libéraux, chrétiens-démocrates et verts wallons). Problèmes : à l'heure actuelle, Bruxelles et la Wallonie n'ont pas de frontière commune ; la Flandre refuse de lui céder les territoires de la banlieue bruxelloise permettant cette continuité territoriale ; sans parler du régime fiscal des 230 000 navetteurs flamands venant travailler à Bruxelles.</p> <p>(4) <strong>Bruxelles, capitale flamande</strong> : un projet qui - d'après la Flandre, n'est pas à l'ordre du jour (on lui préfère Anvers...). D'autant plus que Bruxelles est francophone à 85 voire 90%...</p> <p>(5) Faire de Bruxelles - élargie au-delà de ses actuelles 19 communes - une <strong>Communauté urbaine autonome</strong> d'environ 1.5 millions d'habitants <strong>dans le cadre d'un ''rééquilibrage-renforcement'' du fédéralisme belge</strong>. Condition : que les régions « Flandre » et « Wallonie » acceptent de lui céder une partie de leurs territoires (et des revenus fiscaux qui en découlent).</p> <p>(Sources : « Courrier International » n°881 du 20 septembre 2007, page 16).</p> Après six mois de crise, quel est l'avenir de la Belgique ? 2008-01-14T08:25:02Z https://www.taurillon.org/Apres-six-mois-de-crise-quel-est-l-avenir-de-la-Belgique#comment3441 2008-01-14T08:25:02Z <p>Mais ce sont tous les Etats du monde qui n'ont été créés qu'au hasard des découpages géographiques des conquérants !!! Et vraiment très rares sont ceux d'entre eux pouvant - sans drame - affirmer une véritable homogénéité ethno-linguistique incidemment obtenue ou librement consentie.</p> <p>Et c'est également le cas de la Belgique des années ''fondatrices'' 1830-1839 : englobant des territoires néerlandophones et protestants qui auraient aussi bien pu rester aux Pays-Bas (comme le pays d'Anvers) mais perdant également des territoires ''catholiques'' qui, dans l'esprit de ses fondateurs, auraient pourtant logiquement dû lui revenir (comme la région de Maastricht). Seuls les diverses péripéties de la ''guerre d'indépendance'' belge ayant imposé ce découpage ''baroque'' finalement peu conforme aux réalités ethno-linguistico-culturelles de l'époque (et finalement peu conformes aux souhaits politiques de départ).</p> <p>Dans cette évidence du caractère fondamentalement divers (sinon multi-ethnique...) des Etats (plus ou moins marqué - il est vrai - suivant les cas...) seul les chantres de l'Etat-nation-à-tout-prix, l'esprit néocolonial volontairement condescendant (ou sa repentance systématique et pleine de reproches...) n'y voient qu'une caractéristique spécifiquement africaine.</p> <p>Ex, en France aussi, il y a des minorités culturelles exprimant - parfois - des revendications d'ordre politique : Alsaciens, Basques, Bretons, Corses, Flamands, Normands, Occitans, ''Savoyens'', etc.</p> <p>Le seul moyen de faire pacifiquement cohabiter ensemble tout ce beau monde (ici comme ailleurs...) étant l'abandon de toute volonté politique supérieure de vouloir à tout prix faire coïncider au forceps ''identités nationales'' et structures étatiques, la reconnaissance des identités locales, la déconnection progressive des sphères de l' ''identitaire'' (personnelle) et ''politique'' (collective), la décentralisation la plus pertinente possible des compétences (principe de subsidiarité) et la reconnaissance - par toutes ces diverses composantes - de l'existence et de la suprématie d'un ordre législatif supérieur. Tout ça sous la forme d'un contrat fédéral. En Europe comme en Afrique. Et ici comme ailleurs.</p> Après six mois de crise, quel est l'avenir de la Belgique ? 2008-01-13T12:45:16Z https://www.taurillon.org/Apres-six-mois-de-crise-quel-est-l-avenir-de-la-Belgique#comment3438 2008-01-13T12:45:16Z <p>Voilà un article pertinent sur le sujet. Ne pensez-vous pas que la cas belge est assez symbolique de ce qui se passe finalement dans une multitude de pays africains qui n'ont été créés qu'au hasard des découpages géographiques des conquérants ?</p> Après six mois de crise, quel est l'avenir de la Belgique ? 2008-01-11T14:12:43Z https://www.taurillon.org/Apres-six-mois-de-crise-quel-est-l-avenir-de-la-Belgique#comment3432 2008-01-11T14:12:43Z <p>Mouais... Mais l'addition des citoyens, ça forme tout de même quelque chose : appelez ça le corps électoral ou - pourquoi pas - le peuple, si vous voulez...</p> <p>Quant à prétendre que le Belgique (Monarchie constitutionnelle) n'est pas une « Démocratie » sous prétexte que son chef d'Etat (ici au rôle purement symbolique de ''représentation nationale / continuité historique'' ou, plus politique, ''d'arbitre au-dessus des partis''...) n'est pas directement élu par le Peuple (puiqu'on en parle...), c'est à mourir de rire...</p> <p>Bien des Monarchies parlementaires européennes des temps contemporains (quelques exemples : la Suède, la Norvège, le Danemark, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, l'Espagne, le Royaume-Uni, etc.) sont - bien que ''Royaumes'' - aujourd'hui des Démocraties concrètement bien plus achevées et certainement bien plus apaisées que notre - parfois toute virtuelle - ''démocratie à la française''...</p> <p>De même qu'il existe dans le monde d'aujourd'hui tout un tas d'Etats qui se prétendent tout à la fois « République » et, par voie de conséquence (comme si cela était une évidence coulant de source...), « Démocratie » (voire « Démocratie populaire », ajoutant ainsi le pléonasme au mensonge !) et qui ne sont - souvent, en fait - absolument ni l'une, ni l'autre...</p> Après six mois de crise, quel est l'avenir de la Belgique ? 2008-01-11T10:03:08Z https://www.taurillon.org/Apres-six-mois-de-crise-quel-est-l-avenir-de-la-Belgique#comment3431 2008-01-11T10:03:08Z <p>Cet article est intéressant à lire ne serait ce que pour vérifier l'inanité du concept de « peuple » qui n'est opérant véritablement que dans le langage politique du totalitarisme. « Ein Volk... », « petit père des peuples », « ennemi du peuple », « peuple de gauche », « peuple allemand » etc, etc.</p> <p>Si tant est que l'auteur tente une analyse politique à caractère démocratique, son utilisation, ou même son instrumentalisation du mot « peuple » l'invalide complètement.</p> <p>En effet, en Démocratie, il n'y a pas de « peuple », il n'y a que des gens, en particulier des « citoyens » quand ils ont atteint l'âge d'intervenir dans les affaire de l'Etat.</p> <p>Mais il est vrai que la Belgique n'est pas une Démocratie, c'est un Royaume...</p>