« Union méditerranéenne » : Qu'en est-il exactement du projet de Nicolas Sarkozy ? - commentaires « Union méditerranéenne » : Qu'en est-il exactement du projet de Nicolas Sarkozy ? 2008-03-31T01:28:17Z https://www.taurillon.org/Union-mediterraneenne-Qu-en-est-il-exactement-du-projet-de-Nicolas#comment4083 2008-03-31T01:28:17Z <p>Vite Monsieur Sarkozy la libre circulation des individus vite c'est vital et urgent</p> « Union méditerranéenne » : Qu'en est-il exactement du projet de Nicolas Sarkozy ? 2008-02-06T19:05:14Z https://www.taurillon.org/Union-mediterraneenne-Qu-en-est-il-exactement-du-projet-de-Nicolas#comment3680 2008-02-06T19:05:14Z <p>Pour Schams E. Merci de ces précisions. Le vrai problème (un des...), comme vous l'indiquez, c'est la faiblesse des Investissements étrangers sur la rive sud de la Méditeranée. Il est évident que si nous avions la chance d'avoir les Emirats dans notre périmètre, il en irait tout autrement...Mais les pays du sud de la Méditerranée n'ont pas encore réussi à « créer les conditions » propres à attirer en masse les capitaux et les industries. Ils ont pourtant des atouts (main d'oeuvre pas chère, bien formée, bons réseaux de communications), mais la sécurité juridique de l'environnement des affaires n'est pas encore suffisante. Trop de corruption aussi, trop d'opacité dans les circuits administratifs... C'est un fait constaté par tous. On ne commande pas les choix d'investissement. C'est pourquoi la poursuite du projet de zone de libre échange (une « vraie » qui inclurait aussi les produits agricoles, sans contingents « saisonniers ») parait un projet structurant. La « prise d'otage » par le dossier politique du Proche-Orient est elle aussi un frein à toute coopération sans trop d'arrière-pensées.</p> « Union méditerranéenne » : Qu'en est-il exactement du projet de Nicolas Sarkozy ? 2008-02-05T21:15:04Z https://www.taurillon.org/Union-mediterraneenne-Qu-en-est-il-exactement-du-projet-de-Nicolas#comment3674 2008-02-05T21:15:04Z <p>En reponse au post de n.mettra : d'accord sur le fond, mais attention : tu dis que les programmes MEDA se sont surtout focalisés sur la societe civile, tu demandes davantage d'engagements economiques, je souhaite te repondre la dessus :</p> <p><img src='https://www.taurillon.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> <strong>les programmes de soutien a la societe civile sont tres faibles</strong> et occupent un poids minime dans le budget des MEDAI/MEDAII/IEVP (« le MEDA actuel »), on parle de 3-4% des fonds communautaires pour le programme ''Initiative Europeenne pour la Democratie et les Droits de l'Homme" qui developpe la presse independante, les ONGs de defense des droits de l'homme (femmes/minorités/prisons/..).</p> <p><img src='https://www.taurillon.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> l'essentiel des fonds (mais aussi des prets de la BEI) est alloué à des <strong>programmes strategiques pour la modernisation de l'economie et de la societe</strong> : il s'agit de grandes reformes pour le secteur de l'eau, des egouts, des hopitaux, de l'industrie du coton ou du textile, la modernisation d'unités strategiques dans certaines ministeres (finances, commerce/industrie..), etc etc. Ces reformes sont coherentes et representent des fonds importants en Egypte, au Marroc, etc.. (les territoires palestiniens sont un cas particulier). Pour en savoir plus, naviguer dans les sites des delegations de la Commission aupres de ces Etats.</p> <p>— > Ainsi, l'aide de l'Union EST deja d'une certaine <strong>qualité</strong> vis a vis des attentes que l'on peut avoir.</p> <p>Alors quel est le probleme ?</p> <p><strong>L'enjeux reside dans <strong>l'ampleur</strong> de ces fonds.</strong> C'est lorque l'on compare la politique d'aide à la pre-adhesion de l'UE à sa politique de voisinage que l'on comprend le pourquoi du comment : lorsqu'un pays est en passe d'integrer l'UE, les fonds communautaires atteignent une proportion si considerable qu'elle a un impact visible sur la croissance de l'Etat aidé. C'est tout autre dans la rive sud. <strong>L'Egypte</strong> par exemple, plus grand pays de la Mediterrannee avec 79 millions d'habitants cette année, recoit <strong>140 millions d'euros par an</strong>...en comparaison la <strong>Pologne</strong> recoit annuellement presque <strong>10 milliards d'euros</strong> de l'Union !</p> <p>Une difference quantitative immense donc, car les interets economiques et politiques au rapprochement sont infiniment plus limités avec le sud.</p> <p>Enfin et surtout, qui dit cooperation dit <strong>investissements</strong> directs à l'etranger, or les IDE europeens en Egypte ont beau etre superieurs aux IDE americains/chinois/seoudiens, ils sont sans commune mesure avec les IDE europeens en Pologne, justement !</p> <p>Pour rappel d'un fait qui m'avait marqué : en 2003 le total des IDE europeens en Pologne etait egal au total des IDE europeens dans l'ensemble des pays sud-mediterraneens ! Enfin, celui-ci etait au meme niveau qu'en ...1990.</p> <p>Alors, comme le chante Dalida, <i>« »Paroles, Paroles...« »</i></p> « Union méditerranéenne » : Qu'en est-il exactement du projet de Nicolas Sarkozy ? 2008-02-05T05:43:07Z https://www.taurillon.org/Union-mediterraneenne-Qu-en-est-il-exactement-du-projet-de-Nicolas#comment3672 2008-02-05T05:43:07Z <p>Voilà une proposition de dispositif marquée par la dispersion tous azimuts, véritable ''usine à gaz'' d'agences en tous genre sans coordination évidente visible et sans contrôle démocratiue spécifique. Un système où la main gauche ignore ce que fait la main droite. Un système qui risquerait fort de se révéler inefficace et d'autant plus couteux...</p> « Union méditerranéenne » : Qu'en est-il exactement du projet de Nicolas Sarkozy ? 2008-02-03T21:54:27Z https://www.taurillon.org/Union-mediterraneenne-Qu-en-est-il-exactement-du-projet-de-Nicolas#comment3667 2008-02-03T21:54:27Z <p>Il faut sans doute retenir du projet du Président Sarkozy davantage que quelque construction du genre « <strong>usine à gaz</strong> », dont on voit bien la difficulté à lui donner des contours précis, une <strong>intention politique</strong> : revitaliser les actions entreprises jusque-là dans le cadre du « partenariat euro-méditerranéen », et redonner dans ce cadre aux principaux intéressés, les pays riverains, un rôle moteur. Ce serait une erreur stratégique majeure que de donner l'impression de vouloir conduire une entreprise parallèlement (ou pire, concurremment !)à l'Union Euroépenne. Car, tôt ou tard, il faudra en venir aux projets concrets, et donc aux moyens de financement...Ce n'est pas des pays endettés jusqu'au cou (comme la France..) qui pourront aller très loin à ce sujet, et on voit bien que, pour l'instant, les capitaux privés ne se bousculent pas pour des projets « structurants » dans les pays du sud. La Banque Européenne d'Investissements est un outil efficace qui a déjà obtenu d'élargir son champ d'intervention aux pays méditerranéens du sud. Il n'est que de profiter de cette ouverture. Il me semble qu'il est encore possible à notre diplomatie de <strong>recadrer l'exercice</strong> pour le rendre compatible avec le « processus de Barcelone ». Mais en en proposant un <strong>sérieux nettoyage</strong> de ses instruments, un rééquilibrage au profit d'actions à caractère économique « fort », dans le domaine des réseaux de transport et d'énergie( les actions jusqu'à présent soutenues dans le cadre des projets MEDA ont été surtout des actions de soutien à la société civile, à la « bonne gouvernance » certes très utiles mais dont l'effet ne se fait sentir qu'à long terme). L'objectif de la <strong>zone de libre échange</strong> mérite d'être conservé, car il implique des réformes très sérieuses, et il sera mutuellement bénéfique. Il faut aussi passer par une plus grande association des Etats bénéficiaires à la gestion de leurs programmes. Par exemple en constituant soit au sein de la BEI soit à côté, une <strong>banque de développement méditerranéene</strong> à gestion paritaire et ouverte aux crédits de l'UE, des pays membres et également de financeurs tiers. ce pourrait être cette Agence méditerranéenne mentionnée par le rapport parlementaire.Une autre <strong>Agence de la Préservation de la Méditerranée</strong> pourrait elle aussi être créée pour reprendre le flambeau du Plan bleu mais en l'enrichissant de moyens (et de pouvoirs ?) plus étendus : cette agence pourrait, elle, être réservée aux riverains. Son siège devrait impérativement êtr installé « quelque part » dans un des pays du Sud. Mais pour redresser la barre, il n'est que temps...</p> « Union méditerranéenne » : Qu'en est-il exactement du projet de Nicolas Sarkozy ? 2008-01-31T21:46:27Z https://www.taurillon.org/Union-mediterraneenne-Qu-en-est-il-exactement-du-projet-de-Nicolas#comment3652 2008-01-31T21:46:27Z <p>A trop préciser son projet Nicolas Sarkozy risque surtout de nous exposer très clairement que les méthodes de travail (et structures institutionnelles...) qu'il préconise ne sont en fait absolument pas à la hauteur des enjeux et projets en question.</p> <p>Il me semble que - là - le problème est culturel : N. Sarkozy est effectivement de ceux qui pensent que le volontarisme suffit en tout et que les structures stables ne sont en fait que des ''usines à gaz'' qui alourdissent l'action. Et ne parlons pas de cette évidente aversion pour tout supranationalisme (i. e : surtout ne pas toucher à la souveraineté de la Nation). Mais s'il devait persister dans cette voie, bien d'autres que moi viendront alors dire qu'il ne fait que brasser de l'air sans jamais se donner vraiment les moyens techniques de mener à bien ses projets...</p> <p>Autre hypothèse : N. Sarkozy est un vrai national-souverainiste (ah, l'Europe des Nations !!!) dont le seul projet euroméditerranéen n'a en fait pour objectifs que (1) d'essayer de faire de la France le ''leader politique'' des pays Méditerranéens (Ah, enfin le retour de la Grande Nation !!!) tout en (2) lui permettant de faire du ''busisness'' nucléaire dans toute la région (Ah, Aréva !!! Ah, enfin renflouer la balance commerciale déficitaire !!!) et tout en lui permettant (3) de masquer son aversion personnelle à l'éventuelle adhésion de la Turquie à l'UE (Ah, démago-populisme électoraliste, quand tu nous tiens...).</p> « Union méditerranéenne » : Qu'en est-il exactement du projet de Nicolas Sarkozy ? 2008-01-30T17:23:21Z https://www.taurillon.org/Union-mediterraneenne-Qu-en-est-il-exactement-du-projet-de-Nicolas#comment3642 2008-01-30T17:23:21Z <p>Nous avons une belle demonstration de ce qu'est « le beau parler » propre à la politique internationale, à de rares occasions peut-on percevoir un certain degrès de sincérité dans ces situations. Il est exact de dire qu'à trop préciser son projet il risque bien d'en perdre tout l'intérêt, qui réside précisement dans le flou total de cette initiative.</p> <p>Les ministères et analystes arabes se sont attelés à l'étude de son projet, et non rien trouvé qui ait un minimum de cohérence vis-à-vis des ambitions immensément vides de l'union Mediterrannéenne de Sarkozy : aucun changement apporté à la situation et aux perspectives futures, à l'exception d'un grand flou propice à de longues discussions n'abouttisant à rien...</p> <p>Politique quand tu nous tiends !</p> <p>Enfin et surtout merci beaucoup Ronan pour ton article.</p> « Union méditerranéenne » : Qu'en est-il exactement du projet de Nicolas Sarkozy ? 2008-01-29T13:47:51Z https://www.taurillon.org/Union-mediterraneenne-Qu-en-est-il-exactement-du-projet-de-Nicolas#comment3634 2008-01-29T13:47:51Z <p>Pour ce qui est des références indiquées en fin de texte, on peut consulter ces articles en allant sur le site de l'hebdomadaire « Courrier International » (<a href="http://www.courrierinternational.com" class="spip_out" rel='nofollow external'>www.courrierinternational.com</a>).</p> <p>Pour ce qui est de la question du périmètre, faux problème par excellence, le fait qu'un tel sujet devienne - encore une fois - un abscès de fixation dans ce débat illustre une nouvelle fois une obsession bien contemporaine : une fois de plus on confond ''contenant'' et ''contenu'' et certains s'imaginent même sans doute que l'un et l'autre sont forcément et obligatoirement liés. Belle impasse de la pensée (et cruelles limites de l'imagination...).</p> <p>Quant au fond du problème, j'ai déjà donné mon opinion ci-dessus. Et ma réponse n'est ni historique, ni géographique, ni culturelle, ni quoi que ce soit de ce style : elle est avant toute chose politique (fédéraliste) et rigoureusement matérialiste (i. e : strictement opérationnelle).</p> « Union méditerranéenne » : Qu'en est-il exactement du projet de Nicolas Sarkozy ? 2008-01-28T22:11:02Z https://www.taurillon.org/Union-mediterraneenne-Qu-en-est-il-exactement-du-projet-de-Nicolas#comment3629 2008-01-28T22:11:02Z <p>Comment puis-je lire les références indiquées en bas de page ? Je serais notamment intéressé par l'article du Times of Malta.</p> <p>Sinon pour réagir à la question du périmètre, je suis pour que la présence européenne dans cette Union méditerranéenne soit incarnée par l'Union européenne en tant que telle, et non de chaque État membre séparément. Les autres alternatives sont difficilement justifiables : <br /><img src='https://www.taurillon.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> pour quelle raison la Suède (par exemple) ferait-elle partie de l'Union méditerranéenne ? elle n'a jamais fait partie de ce monde, ni par son histoire, ni par sa géographie, ni par sa culture ; <br /><img src='https://www.taurillon.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> pour autant, il serait désastreux que ce projet d'Union méditerranéenne induise une séparation entre une Europe « riveraine » et une Europe « non riveraine », à l'heure où nous souhaitons effacer les frontières et non bâtir de nouveaux murs.</p> <p>Ainsi la seule solution est de considérer l'Union européenne dans son ensemble comme un territoire riverain de la méditerranée, qu'elle adhère au projet en tant que tel, et qu'elle y parle au nom de tous ses membres. De toute façon, les dossiers annoncés comme prioritaires pour l'UM - l'immigration, l'environnement, le commerce - sont bien du ressort de l'Union et non des États nationaux.</p> « Union méditerranéenne » : Qu'en est-il exactement du projet de Nicolas Sarkozy ? 2008-01-25T09:52:51Z https://www.taurillon.org/Union-mediterraneenne-Qu-en-est-il-exactement-du-projet-de-Nicolas#comment3616 2008-01-25T09:52:51Z <p>Bien, merci Florent pour ces remarques préliminaires. Disons juste très rapidement que ça me fait plaisir de voir que - bien que ''vieux'' parmi les ''Jeunes Européens'' - je puisse encore, de l'extérieur (et via cette participation ponctuelle à la vie du webzine...) participer utilement à la réflexion politique de l'association.</p> <p>Cela dit, disons également que je partage les nombreuses remarques (voire réticences...) qui apparaissent actuellement dans l'association à propos du projet ''euroméditerranéen'' cher au Président Nicolas Sarkozy.</p> <p>Pour ma part, si d'aventure ce projet devait vraiment voir le jour, je ne crois alors pas qu'il faille nécessairement le heurter de front... mais plutôt émettre quelques remarques sur les points essentiels qui nous sont les plus chers.</p> <p>Parmi les points ''non négotiables'' sur lesquels je pense que les JE-France devraient tempêter de tout leur coeur :</p> <p>(1) L'obligation que l'UE soit - au minimum - effectivement membre de droit de cette future UEM (à défaut de pouvoir en assumer la direction effective...).</p> <p>(2) La nécessité d'une structure supranationale stable (pour diriger cette UEM...) autre de le seul rachitique et strictement intergouvernemental « G-Med » que nous propose le rapport dont il est question ci-dessus.</p> <p>(3) La nécessité de ne concevoir l'adhésion à cette UEM que sur des critères d'adhésion politiques extrémement stricts en seuls termes de valeurs, de respect des Droits de l'Homme et autres normes démocratiques... (Je pense ici tout particulièrement à la Libye et à la Syrie : régimes dictatoriaux parmi tant d'autres et à surveiller...).</p> <p>(4) Ce qui serait là un préalable incontournable à la mise en place pérenne d'un nécessaire contrôle démocratique (et parlementaire) des organes décisionnels de cette future UEM.</p> <p>(5) Enfin, derniers points pour l'immédiat : la nécessité d'un contrôle international extrêmement strict (via l'AIEA) des politiques énergétiques (notamment nucléaires...) qui seraient alors développées avec les pays de la ''rive sud'' dans le cadre de l'UEM...</p> <p>Et (6), dans l'hypothèse où ce projet « euroméditerranéen » se révélerait impossible à mettre en place : sa retransformation en simple volet de la politique de voisinage de l'UE (financièrement plus ambitieux, peut-être...) ; ce qui aurait d'ailleurs dû - de mon seul point de vue de vue - rester la position de la France et de l'UE en la matière (plutôt que de s'embarquer dans cette nouvelle usine à gaz...).</p> « Union méditerranéenne » : Qu'en est-il exactement du projet de Nicolas Sarkozy ? 2008-01-24T17:11:31Z https://www.taurillon.org/Union-mediterraneenne-Qu-en-est-il-exactement-du-projet-de-Nicolas#comment3611 2008-01-24T17:11:31Z <p>Merci Ronan pour cet article complet.</p> <p>Nous avons commencé à travailler ce sujet afin de produire une réflexion bien nourrie, estampillée « JE », voire une résolution. Je t'invite à retrouver les traces du débat sur le forum. Nous ferons usage de ton article pour continuer !</p> <p>En ce qui me concerne, je rappelerais que le projet est assez personnalisé pour l'heure, et que c'est le meilleur moyen de torpiller un projet, même si l'on a toujours besoin de leaders. On peut commenter les conclusions de la mission d'information, mais, en général et surtout depuis la présidentialisation sans contreparties de la Ve république, le Parlement n'a qu'une audience limitée et le nombre de rapports qu'il a produit, même écrits par des parlementaires du bord du président, sont souvent restés lettre morte. L'idée de l'adhésion volontaire est séduisante, même si une discontinuité dans l'appartenance à l'UM n'est pas souhaitable. Le lien avec l'U.E. est en effet très épineux. Le MAE espagnol, par exemple, est pour que toute l'U.E. et non les Etats riverains, soit membre de l'UM. Cela doit être négocié.</p> <p>Voilà pour les quelques remarques spontanées.</p> « Union méditerranéenne » : Qu'en est-il exactement du projet de Nicolas Sarkozy ? 2008-01-23T09:09:19Z https://www.taurillon.org/Union-mediterraneenne-Qu-en-est-il-exactement-du-projet-de-Nicolas#comment3578 2008-01-23T09:09:19Z <p>Juste - peut-être - ouvrir le bal des réactions : après lecture attentive de ce volumineux rapport d'information « Comment construire l'Union méditerranéenne ? » et la rédaction (la plus neutre possible) de l'article ci-dessus, je me permets d'y rajouter une réaction personnelle (subjective, donc...) :</p> <p>Ce qui frappe avant toute chose - il me semble - dans ce projet sarkozien d'Union méditerranéenne c'est l'énorme décalage qui existe ici entre l'ambitieux propos politique initial frappé du label ''présidentiel'' et les (médiocres) réalisations prévues en guise de timide mise en oeuvre.</p> <p>Quand on écoute (ou lis) les discours de M. Sarkozy, on ne peut que lui reconnaître une certaine vision historique de la question. Alors, qu'on l'a partage ou non (ça, c'est un autre problème...) on se dit que ce type a une vision de l'avenir.</p> <p>Ok, son discours philosophico-historique sur le sujet (discours superficiel et sans profondeur réelle, plein de clichés et de propos ''folkloristes''... où on retrouve la ''marque de fabrique'' de Guaino...), c'est un peu <strong>''l'Histoire de la Civilisation pour les nuls''</strong>... mais c'est toujours ça d'obtenu de la part d'un de nos politiques...</p> <p>Mais, quand on consulte le document rédigé - en grande partie - par les ''disciples'' du Président, on est surpris de voir que ce projet de <strong>« Méditerranée stable, en paix, pérenne et prospère pour mille ans »</strong> en est ici - ensemble baroque - réduit à un bricolage incertain de projets à la carte, d'organisations provisoires (et aux périmètres à géométrie variable selon les projets retenus) : un système où l'emporte ici un intergouvernementalisme ne comportant aucune contrainte réelle pour les Etats qui seraient membre de cette « Union méditerranéenne ».</p> <p>Bref, on veut là construire du pérenne avec des dispositifs marqués du sceau du provisoire. De loin, ça fait joli ; mais, de près, ça fait un peu château de cartes (et un souffle de vent est si vite arrivé...). Cela dit, en guise d' « Union méditerranéenne » il se pourrait également fort bien que nos gouvernants (contrairement à ce qu'ils nous disent...) se contentent là d'une belle vitrine sans vraiment rien de sérieux derrière. N'est-ce finalement pas ce qu'ils, aujourd'hui, tentent de faire de l'Union européenne ?!</p>