En garde ! Défense européenne : la révolution sarkozyste - commentaires En garde ! Défense européenne : la révolution sarkozyste 2008-03-26T18:56:45Z https://www.taurillon.org/En-garde-Defense-europeenne-la-revolution-sarkozyste#comment4056 2008-03-26T18:56:45Z <p>En plus, la « force de frappe » nucléaire française était initialement - i. e : lors de sa mise en place, dans les années 1952-1957 (et avant même la « captation » et la « nationalisation » du projet par De Gaulle...) - un projet très clairement atlantiste et européen : un projet de bombe franco-allemande, à vocation européenne, dans le cadre de l'alliance atlantique...</p> En garde ! Défense européenne : la révolution sarkozyste 2008-03-26T15:26:56Z https://www.taurillon.org/En-garde-Defense-europeenne-la-revolution-sarkozyste#comment4054 2008-03-26T15:26:56Z <p>Le discours prononcé par Sarkozy vendredi dernier lors de l'inauguration d'un nouveau sous-marin nucléaire me conduit à penser que les propositions du président en matière de défense européenne seront très loin de la création d'une CED bis.</p> <p>Sarkozy a en effet invité les Etats membres de l'UE à participer à un « dialogue » sur le rôle de la dissuasion nucléaire<i> française</i> dans la protection de l'Europe. Selon lui, la force de frappe française est par son existence même un « élément clé » de la sécurité du continent ; il est donc nécessaire d'en « tirer les conséquences logiques » en incluant l'ensemble de l'UE dans les intérêts vitaux de la France. Mais cela est déjà le cas, et depuis longtemps !</p> <p>Sarkozy n'est pas favorable à une défense européenne intégrée et supranationale. Son discours de vendredi est faussement généreux pour les autres Etats membres car il ne consiste en fait qu'à mettre en avant une doctrine de dissuasion issue de la guerre froide. Dans l'optique néo-gaulliste du président, la France doit conserver sa souveraineté en matière de défense tout en faisant bénéficier ses alliés de son bouclier.</p> <p>Cela est une parade très dangereuse des tenants de l'intergouvernementalité face à la popularité montante d'une défense européenne : on propose une alliance classique pour mieux empêcher un traitement supranational de la question. On peut observer la même chose en matière d'immigration : Brice Hortefeux fait actuellement le tour des captiales européennes pour négocier un accord européen intergouvernemental de renforcement des contrôles aux frontières. Il prétend jouer la carte européenne alors qu'il s'efforce au contraire d'éviter à tout prix une intervention de la Commission dans un domaine jugé régalien.</p> En garde ! Défense européenne : la révolution sarkozyste 2008-03-24T20:14:23Z https://www.taurillon.org/En-garde-Defense-europeenne-la-revolution-sarkozyste#comment4051 2008-03-24T20:14:23Z <p>Le constat de départ est simple et clair. C'est même la seule chose qui soit claire en Europe : aucun pays membre de l'union à 27, n'a plus du fait de sa faible taille et de sa faible masse à l'échelle mondiale, la capacité ( moyens matériel et financiers) de se créer seul et d'entretenir seul une force armée suffisante pour peser réellement sur le cours des choses.</p> <p>La conséquence de cette évolution à la baisse est que l'autonomie des politiques « nationales » est devenue une chimère, mais l'on continue de vouloir faire « comme si... » Cet auto-aveuglement est très préjudiciable.</p> <p>Deuxième chimère : que les pays les plus importants continuent leur politique « nationale » en cherchant les forces d'appoint qui font défaut dans l'Union. Selon ce point de vue traditionnel sous-jaçant dans l'article, ce sont les états membres qui confisquent la politique de l'UE. La politique de l'UE doit être déterminée et conduite non par les Etats exangues au nom de l'UE, mais par l'UE elle-même, pour son propre compte. Il est vrai que faute de consensus suffisant, cette « politique commune » n'ira pas très loin. Et alors ? Il vaut mieux une petite politique commune avec de petits moyens que pas du tout de politique commune.</p> <p>Enfin, dernier « tabou » à méditer : l'efficacité et l'utilité de la « dissuasion nucléaire française ». Il est clair qu'elle nous coûte la peau des fesses pour une rentabilité nulle ( heureusement d'ailleurs en un sens vu, la nature infernale de ces armes dévastatrices...). D'autant plus inefficace qu'elle ne protège aucunement contre les menaces terroristes ! Encore le problème des lignes « maginot »...que l'ennemi peut contourner.</p> <p>Aussi, ne vaudrait il pas mieux mutualiser cet arsenal dispendieux voué à ne pas servir en le transférant intégralement à l'union européenne, qui en aurait la charge exclusive ? Ce transfert se ferait contre compensations financières à négocier ( cher bien sûr...). Nous bénéficierions de toutes façons, comme chacun des états-membres de l'Union, de son effet de couverture ( « dissuasion ») contre une éventuelle attaque nucléaire, mais les frais d'entretien annuels de cette force spéciale seraient dilués dans l'Union et nous pourrions en contrepartie consacrer d'avantage de ressources financières aux forces armées nationales classiques qui, elles, sont parfois utiles au moins.</p> <p>On peut même avancer que, à capacité militaire égale, la dissuasion nucléaire « européenne » aurait plus d'effet que laissée à l'initiative de notre seul petit pays, dont le champ d'action est trop étroit pour peser réellement dans la décision de l'agresseur supposé. En revanche, l'effet de « bouée » financière résultant de ce transfert négocié ne serait pas seulement « marginal »pour notre budget militaire qui retrouverait ainsi une certaine capacité d'autonomie sur le plan classique.</p> <p>Mais le bon sens n'est sans doute pas français et surtout pas ...gouvernemental. Les « responsables »(?) nationaux préfèrent de loin la politique de l'autruche...qui consiste à nier la réalité déplaisante pour s'accrocher fébrilement et jusqu'au bout aux apparences. Conserver jalousement chez eux les oripeaux, même devenus inutiles et vains, de la puissance en masquant à leur peuple pressuré le fait que cette puissance/symbole n'est plus qu'un rêve...qu'elle a changé de nature et de dimensions.</p> <p>Comme il est dur d'admettre une réalité mouvante qui échappe aux dogmes ! Que les mentalités conservatrices peinent à quitter le « pays des nuages », ultimes refuges des rêves séculaires. Péter plus haut que son cul ! n'est pas réservé aux individus...ça fait aussi tellement de bien au moral des nations !</p> <p>Et puis, on ne consulte jamais le citoyen/contribuable pour faire des choix raisonnables. On décide à sa place. Lui paie seulement la note...et la casse...Et après on ne comprend pas l'irruption des émeutes et des révolutions.</p> En garde ! Défense européenne : la révolution sarkozyste 2008-03-24T09:42:49Z https://www.taurillon.org/En-garde-Defense-europeenne-la-revolution-sarkozyste#comment4050 2008-03-24T09:42:49Z <p>Finalement j'ai le sentiment qu'il n'y a pas grand chose d'original de la part de notre président de la république sur ce sujet de la défense européenne : tout juste relancer le projet de « force de réaction rapide » aujourd'hui visiblement assoupi, et relancer l'idée d'un « pilier européen de l'alliance atlantique » (dont serait la France). Soit rien de franchement bien neuf.</p> <p>Alors qu'il y aurait pourtant tant à faire. Ne serait-ce qu'en renforçant la cohésion de l'Eurocorps par une véritable politique de standardisation des matériels et équipements. NB : Rappelons qu'à ce jour, d'un soldat à l'autre (de nationalités différentes), même les armes blanches individuelles utilisées sont différentes...</p> <p>A l'heure où la France cherche à moderniser sa force de frappe (et à « réactualiser » sa doctrine de dissuasion nucléaire...) un geste fort et véritablement révolutionnaire était pourtant possible : mutualiser notre force de frappe nucléaire et la mettre vraiment au service de l'UE.</p> <p>Ne serait-ce qu'en « invitant » systématiquement un officier de liaison « européen » (en relation directe avec un Etat-major militaire et politique - européen - créé « ad hoc ») dans nos sous-marins lanceurs d'engins nucléaires. (Et leur confier l'une des clefs du tir ?!).</p> <p>PS : Quid de la coopération navale européenne ?! Quid de l'Euromarfor ?! Quid de son calendrier « communautaire » de présence et rotation en mer de nos grandes unités navales ?! Quid de la présence navale « communautaire » en méditerranée, proche et moyen orients, mer rouge et océan indien ?! Quid de la vocation « européenne » de la base navale française de Doha, Qatar ?! Quid du « second » porte-avion nucléaire français ?! Quid des projets de construction navale franco-britannique ?! (etc)</p>