L'Europe frigide : Réflexions sur un projet inachevé, d'Elie Barnavi - commentaires L'Europe frigide : Réflexions sur un projet inachevé, d'Elie Barnavi 2008-11-18T20:39:43Z https://www.taurillon.org/L-Europe-frigide-Reflexions-sur-un-projet-inacheve-d-Elie-Barnavi#comment5783 2008-11-18T20:39:43Z <p><strong>Ronan, arrêtez moi si je me trompe mais vous on dirait un peu l'inverse : surtout pas d'identité, juste du droit et des règles. C'est un peu froid non ? Frigide aurait dit Barnavi…</strong></p> <p>Franchement, ce qu'en aurait ditr Barnavi m'indiffère totalement...</p> <p>Franchement, que ce soit chaud, tiède ou froid m'indiffère totalement pourvu que ce soir démocratique. Pourvu que le passé ne serve pas de prétexte - d'une manière ou d'une autre - pour rallumer les vieilles haines.</p> <p><strong>Quant à parler de « stérile et stricte reproduction du passé », je n'ai pas l'impression que l'UE soit la reproduction stricte de quoi que ce soit…</strong></p> <p>Je vous paries mon billet que la nation "Europe" identitaire à laquelle vous aspirez sera coupable d'autant d'exclusion et responsables d'autant de crimes que toutes les Nations de notre passé. Pardon, mais exclure les gens pour ce qu'ils sont et non pas pas pour ce qu'ils font, c'est là - pour moi - un discours ethno-raciste habilement (?) dissimulé sous un prétendu vernis culturel.</p> <p><strong>« Curieux qu'un discours comme celui-là vienne d'un intellectuel israélien (et juif). C'est curieux, paradoxal (et attristant). » Pouvez vous développer ? Sincèrement…</strong></p> <p>Parfaitement, je peux : « C'est parfaitement navrant qu'un membre d'un peuple persécuté et épouvatablement génocidé pour des raisons identitaires habilement (?) dissimulées sous un prétendu vernies culturel se mette à faire l'éloge du tout-identitaire. » (Identitaires fondamentalistes et ethno-racistes inavoués de tous les pays, unissez-vous ?!).</p> <p>Fonder la politique sur le seul facteur identitaire, c'est là l'une des âneries les plus communément admises de notre temps. L'ennui de cette "idée", c'est tout de même qu'elle est criminelle...</p> L'Europe frigide : Réflexions sur un projet inachevé, d'Elie Barnavi 2008-11-13T02:02:10Z https://www.taurillon.org/L-Europe-frigide-Reflexions-sur-un-projet-inacheve-d-Elie-Barnavi#comment5747 2008-11-13T02:02:10Z <p>Ronan, arrêtez moi si je me trompe mais vous on dirait un peu l'inverse : surtout pas d'identité, juste du droit et des règles. C'est un peu froid non ? Frigide aurait dit Barnavi...</p> <p>Quant à parler de « <strong>stérile et stricte reproduction du passé</strong> », je n'ai pas l'impression que l'UE soit la reproduction stricte de quoi que ce soit...</p> <p>« <strong>Curieux qu'un discours comme celui-là vienne d'un intellectuel israélien (et juif). C'est curieux, paradoxal (et attristant)</strong>. » Pouvez vous développer ? Sincèrement...</p> <p>Sinon une critique du même livre sur <a href="http://www.nonfiction.fr" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">www.nonfiction.fr</a> : <a href="http://www.nonfiction.fr/article-1685-une_furieuse_envie_deurope.htm" class="spip_out" rel='nofollow external'>http://www.nonfiction.fr/article-1685-une_furieuse_envie_deurope.htm</a> (le critique semble un peu moins dur...)</p> L'Europe frigide : Réflexions sur un projet inachevé, d'Elie Barnavi 2008-11-09T18:28:30Z https://www.taurillon.org/L-Europe-frigide-Reflexions-sur-un-projet-inacheve-d-Elie-Barnavi#comment5717 2008-11-09T18:28:30Z <p>Arrêtez moi si je me trompe mais il me semble régulièrement lire, chez Barnavi, l'idée que si l'Europe* ne se construit pas sur un socle "identitaire" strictement conforme à ses "racines", elle n'en vaut décidément pas la peine. A-t-on le droit de ne pas être d'accord ?!</p> <p>* « Europe » dont l'auteur semble - à vraie dire - surtout se préoccuper qu'elle soit bien avant toute chose circonscrite dans ses plus strictes "frontières" traditionnelles... mais se contrefoutre en fait pas mal de l'éventualité qu'elle puisse être construite selon un modèle fédéral...</p> <p>Bref, voilà un discours euro-conservateur. Encore un et un de plus : construire l'Europe - OK - mais il faut surtout prioritarement (car faut pas déconner avec les choses sacrées, hein...) préserver les nations et respectueusement respecter les sacro-saintes racines (et surtout pas prendre le risque de se mélanger avec les "autres").</p> <p>Curieux qu'un discours comme celui-là vienne d'un intellectuel israélien (et juif). C'est curieux, paradoxal (et attristant).</p> <p>Franchement, si le futur doit ainsi être la stérile et stricte reproduction du passé, quel intérêt ?!</p> L'Europe frigide : Réflexions sur un projet inachevé, d'Elie Barnavi 2008-11-07T21:38:13Z https://www.taurillon.org/L-Europe-frigide-Reflexions-sur-un-projet-inacheve-d-Elie-Barnavi#comment5706 2008-11-07T21:38:13Z <p>Bonsoir</p> <p>Disons-le tout de go, je ne partage pas votre analyse du livre d'Elie Barnavi. Je ne méconnais évidemment pas les défauts dont vous nous faites part : phrases à l'emporte-pièce, répétitions des constats etc...N'y revenons pas. J'ai moi-même chroniqué sur mon blog -l'honnête homme européen- l'ouvrage en question. J'en suis ressorti avec une idée bien nette : l'Europe est devenue frigide parce qu'elle a oublié d'où elle vient. Dans ces conditions, il ne peut pas y avoir de contrat social liant les Européens. Vous dites que ce livre est tout juste du niveau d'une conférence de première année de méthode en sciences politiques. Je crois que c'est bien là son intérêt : proposer une méthode pour mettre en valeur le socle commun à nos peuples divisés en entités nationales. Ce n'est évidemment pas méconnaître le morcellement politique européen -les entités nationales- que nous vivons toujours et encore. Cette méthode suivie par Elie Barnavi est, pour ainsi dire, une archéologie. C'est-à-dire, d'abord et avant tout une dialectique entre destruction et conservation des traces. Cette méthode propose de cheminer sur les traces d'un socle commun aux Européens, de les faire renaître à leur conscience. Il me semble que cette archéologie est nécessaire -Barnavi ne prétend en rien qu'elle est originale- pour reprendre le chemin d'une organisation socio-politique, consciente d'elle-même, à l'échelle européenne. La vraie révolution serait là : reprendre le chemin de l'unification sans méconnaître la diversité.</p>