Jean-Claude Mignon : « l’intégrité territoriale des Etats est un principe intangible » - commentaires Jean-Claude Mignon : « l'intégrité territoriale des Etats est un principe intangible » 2008-10-20T13:56:11Z https://www.taurillon.org/Jean-Claude-Mignon-l-integrite-territoriale-des-Etats-est-un-principe#comment5587 2008-10-20T13:56:11Z <p>A propos des frontières - conventionnelles - de l'Europe (et des frontières - fluctuantes - entre ses Etats...) on peut consulter l'excellente interview donnée dans ce mois-ci, dans le n°373 du « Monde de l'Education » de ce mois d'octobre 2008 (pp. 70-71-72-73), par le Géographe Michel Foucher (Enseignant à l'ENS, spécialiste des frontières, directeur de l' « Observatoire européen de Géopolitique » de Lyon) à l'occasion du récent (début octobre) « Festival international de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges » , cette année consacré au thème de la guerre et des frontières...</p> Jean-Claude Mignon : « l'intégrité territoriale des Etats est un principe intangible » 2008-10-20T08:23:02Z https://www.taurillon.org/Jean-Claude-Mignon-l-integrite-territoriale-des-Etats-est-un-principe#comment5585 2008-10-20T08:23:02Z <p>Cher anonyme, si vous ne signez pas votre commentaire (même d'un pseudo), votre commentaire risque d'être censuré.</p> <p>Pour vous répondre, les rapports de force existent aussi dans le droit. Mais ne doit-on pas chercher à mettre au cœur des rapports internationaux le droit plutôt que le rapport aux armes ?</p> Jean-Claude Mignon : « l'intégrité territoriale des Etats est un principe intangible » 2008-10-20T07:03:41Z https://www.taurillon.org/Jean-Claude-Mignon-l-integrite-territoriale-des-Etats-est-un-principe#comment5583 2008-10-20T07:03:41Z <p>le droit international ... ah ah ah ah ah !!!!! le droit international est un objet proteiforme qui interpole et qui légitime les rapports de force existants</p> Jean-Claude Mignon : « l'intégrité territoriale des Etats est un principe intangible » 2008-10-18T16:02:56Z https://www.taurillon.org/Jean-Claude-Mignon-l-integrite-territoriale-des-Etats-est-un-principe#comment5577 2008-10-18T16:02:56Z <p>Attention à l'application du principe d'intagibilité des frontières quand il devient un absolu non négotiable : c'est une telle attitude qui enferment aujourd'hui autoritairement des peuples dans des structures dont elles ne veulent plus en niant leur droit à l'autodétermination (ex : Kosovars autrefois « enfermés » en Serbie, Abkhazes et Ossètes aujourd'hui enfermés dans une Géorgie dont - à l'évidence - ça fait depuis au moins dix ans qu'ils ne veulent plus).</p> <p>Atention également, le principe non négotiable d'intangilibilité des frontières, c'est aussi précisément cela qui conduit à la purification ethnique : quand on ne peut décidément pas bouger les « lignes » de façon pacifique, on s'emploie alors souvent à déporter les populations « gênantes » qui vivent de part et d'autres... Et souvent les grandes puissances ferment les yeux sur ces « aménagements » qui, quelque soit le prix humain à payer, ont alors le bon goût de ne pas bouleverser les cartes (et, ainsi, les tranquilles habitudes des chancelleries).</p> <p>Loin de tout ce dogmatisme essentiellement conservateur (qui sera, de toute façon, toujours interprété en leur faveur par les nationalistes et par les autoritaires en tout genre ; au détriment de leurs propres peuples...) et dont le seul but est visiblement de « geler » les problèmes plutôt que d'essayer jamais de les résoudre, il y aurait pourtant des solutions pacificatrices à élaborer : une charte des droits des minorités à vraiment faire appliquer, une force de police européenne à mettre en place, une véritable autorité supranationale démocratiquement élue, des statuts d'autonomies à rédiger, des démocraties véritables à mettre en place. Trop de travail ?!</p> <p>Faire ce travail serait pourtant la mission du Conseil de l'Europe, « observatoire de la bonne santé démocratique, du respect des libertés fondamentales et du droit international en Europe ». Seulement voilà, ce serait là introduire une once de supranationalité et de démocratie (sinon de droit d'ingérence dans les affaires d'Etats souverains...) dans un système d'essence diplomatique et au fonctionnement résolument intergouvernemental...</p> <p>Ainsi apparaît donc le vieux principe d'intangibilité des frontières (qui fait - en gros, de par le monde - autant de bien que de mal...) : un dogme étatique qui rappelle une réalité politique pourtant vieille comme le monde. A savoir que nos Etats se comportent fondamentalement comme des « bouviers-gardiens de troupeaux », plus soucieux de leur périmétre à contrôler que du bien-être véritable de leurs populations : « chacun chez soit, et les vaches seront bien gardées ». Des vaches, aux yeux de ces diplomates, voilà donc bien ce que nous sommes : parquées dans des enclos aux frontières « in-tan-gi-bles », on vous dit (fermez le banc).</p>