Petite histoire de l’euro - commentaires Petite histoire de l'euro 2012-01-16T19:18:17Z https://www.taurillon.org/Petite-histoire-de-l-euro,04003#comment12305 2012-01-16T19:18:17Z <p>Merci beaucoup Jonathan pour cette réponse qui ouvre un débat passionnant !</p> <p>Je vais te répondre point par point afin de t'exposer mon avis :</p> <p>1/ Sur la nécessité d'intégrer désormais la politique budgétaire</p> <p>Je suis d'accord avec toi, cette intégration est le gage d'une « politique économique claire et efficace », quoique... Cela serait totalement vrai si nous partions du principe que la zone euro constitue une zone monétaire parfaitement intégrée. C'est loin d'être le cas car l'euro, monnaie forte, est loin de correspondre au besoin de nombreuses économies nationales - dont la France.</p> <p>Cette intégration monétaire en construction nécessite désormais d'accélérer l'harmonisation économique. Bref, la politique budgétaire au niveau européen semble être le préalable, jusqu'ici négligé, d'une politique monétaire qui tient ses promesses (croissance, emploi). Cela n'était pas, semble-t-il, l'opinion des dirigeants, qui ont forcé le passage à la monnaie commune à des économies largement disparates et fait de la BCE un organe totalement isolé des préoccupations économiques.</p> <p>Cette incohérence est toujours de mise car aujourd'hui, les dirigeants européens forcent l'harmonisation budgétaire sans remettre en question la rôle de la BCE. De plus, nous nous retrouvons à appliquer les mêmes critères budgétaires à des économies aux besoins différents (à l'instar de leur capacité à faire avec une monnaie forte, certaines peuvent supporter l'austérité, d'autres ont besoin de croissance). Dans tous les cas, une telle harmonisation passe par une mise en place d'un gouvernement économique officieux de la zone euro, alors même que les institutions ne sont pas démocratiquement adaptées à ce changement et que les peuples n'ont pas été consultés.</p> <p>Pour toutes ces raisons, je te rejoins donc, « la coordination ne fonctionne pas », parce qu'il ne s'agit pas d'une « coordination » prenant en compte les intérêts de chaque Nation (une monnaie unique ne permet pas cela), mais une « harmonisation » à marche forcée.</p> <p>Pour plus d'infos sur la réforme de la gouvernance économique et son volet « anti-démocratique », j'ai écrit une série d'articles sur le sujet : <a href="http://contrelacour.over-blog.fr/article-six-pack-une-synthese-de-la-reforme-de-la-gouvernance-economique-91241940.html" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://contrelacour.over-blog.fr/article-six-pack-une-synthese-de-la-reforme-de-la-gouvernance-economique-91241940.html</a></p> <p>2/ Sur la politique d'investissement à l'échelle du continent</p> <p>Dois-je comprendre par ta réponse que tu réduis le transfert de souveraineté à ce seul point ? Ce n'est pas ce que j'avais déduis de ton article.</p> <p>De mon coté, j'estime que mener de grands investissements à l'échelle européenne ne nécessite ni un marché commun, ni même une monnaie commune, encore moins un gouvernement économique. De grands projets ont vu le jours sans ces instruments grâce à l'unique volonté des Etats Nations (par exemple « Airbus »).</p> <p>Dans le cadre communautaire, cette logique d'investissement est déjà largement valorisée via la BEI.</p> <p>Ce ne sont pas non plus ces grands projets qui permettront de sortir des grandes difficultés causées par l'euro.</p> <p>3/ Pour en revenir à ton article</p> <p><img src='https://www.taurillon.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> L'Euro a beau être une monnaie forte, elle n'est pas, économiquement parlant, gage de succès. Son haut niveau met à mal la compétitivité de nombreux pays. <br /><img src='https://www.taurillon.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> L'Euro a beau être une monnaie forte, elle n'a pas réussi à supplanter le dollar comme monnaie internationale. <br /><img src='https://www.taurillon.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Pour les raisons évoquées ci-dessous la coordination ne peut que défavoriser les Etats en difficulté car elle est synonyme d'austérité et d'atteinte à la démocratie. <br /><img src='https://www.taurillon.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Les milliards dénoncés par Marine Le Pen ne sont pas des milliards « dépensés » (à moins que tu ne fasses référence aux milliards acquis par les banques privées au titre des interets de la dette des Etats !). En effet, ces milliards sont uniquement des montants garantis par les Etats en cas d'insolvabilité de le Grèce, de l'Irlande, du Portugal (voir : <a href="http://www.theorie-du-tout.fr/2011/12/video-conference-sur-le-fesf-et-le-mes.html" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://www.theorie-du-tout.fr/2011/12/video-conference-sur-le-fesf-et-le-mes.html</a>) <br /><img src='https://www.taurillon.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Je considère que l'euro, par son échec, est responsable du réveil des vieux démons nationalistes. L'interdépendance des économies n'a pas forcément besoin d'une monnaie commune.</p> <p>Il en va ainsi de l'histoire de l'Union européenne : construite au gré des crises, elle est pour certains le remède tandis que d'autres condamnent d'être, à chaque fois, mis au pied du mur et forcés d'accepter la seule solution proposée par une institution qui a causé le problème...</p> Petite histoire de l'euro 2012-01-12T09:33:00Z https://www.taurillon.org/Petite-histoire-de-l-euro,04003#comment12289 2012-01-12T09:33:00Z <p>Bonjour Magali,</p> <p>Merci pour ta question à laquelle je vais essayer de répondre.</p> <p>Pour mener une politique économique claire et efficace il faut conjuguer la politique monétaire et la politique budgétaire.</p> <p>Nous avons aujourd'hui 17 pays qui sont très intégrés en matière de politique monétaire grâce à la création de l'euro. La BCE est indépendante est la politique monétaire n'est plus l'affaire des États.</p> <p>Cependant, nous n'avons pas de politique budgétaire communautaire, pendant nécessaire d'une politique monétaire. Le budget de l'UE représentant à peine plus d'1% du PIB de l'UE, il ne peut mener aucune politique de relance économique. Il est donc impératif de donner à l'UE, ou au moins à la zone euro, les moyens d'une politique budgétaire efficace. Il faut donc prélever des taxes européennes, donner à l'Union des prérogatives législatives lui donnant la possibilité de décider d'une politique d'investissements à l'échelle de l'UE(infrastructures, énergie...) C'est ce que j'entends par transfert de souveraineté car actuellement les États sont les seuls gardiens de cette compétence. Leur but est le même que celui que je décris : créer une politique budgétaire européenne. Mais ne voulant pas lâcher leurs petites prérogatives, ils ont adopté une autre démarche : la coordination budgétaire, la règle d'or... Or nous l'avons vu avec la stratégie de Lisbonne, la coordination ne fonctionne pas. Il faut, pour relancer l'économie, de grands projets ne pouvant être menés qu'à l'échelle du continent.</p> <p>J'espère avoir été clair et avoir répondu à ta question. Si ce n'est pas le cas, ou que tu n'es pas d'accord, n'hésite pas à me le signifier.</p> <p>Cordialement,</p> <p>Jonathan</p> Petite histoire de l'euro 2012-01-11T21:17:05Z https://www.taurillon.org/Petite-histoire-de-l-euro,04003#comment12288 2012-01-11T21:17:05Z <p>Bonjour, Quand vous écrivez que « les pays doivent accepter de perdre leur souveraineté », qu'entendez-vous par là, concrètement parlant ? Comment doit s'effectuer ce transfert de souveraineté ? Merci d'avance pour vos réponses. Magali (blog ContreLaCour)</p> Petite histoire de l'euro 2012-01-11T15:34:19Z https://www.taurillon.org/Petite-histoire-de-l-euro,04003#comment12286 2012-01-11T15:34:19Z <p>Très intéressant.</p>