Catalogne, prochain État de l'Europe ? - commentaires Catalogne, prochain État de l'Europe ? 2014-01-23T10:55:48Z https://www.taurillon.org/catalogne-prochain-etat-de-l-europe#comment19270 2014-01-23T10:55:48Z <p>L'« imposition » par la force du castillan en lieu et place du catalan est un des mantras du nationalisme catalaniste.Dans une interprétation de l'histoire romantique et victimaire. De fait le castillan s'était déjà imposé dans les échanges commerciaux, bien avant les unions dynastiques entre l'Aragon et la Castille. Différentes langues coexistaient dans l'ensemble de la péninsule. Le castillan dont le berceau se situe entre Vitoria et Pampelune, soit le sud du Pays basque s'imposa facilement comme langue des échanges du fait de sa simplicité et de la facilité de sa prononciation, par tous les peuples d'Espagne. Ce fut la langue de communication entre Hébreux et mozarabes (chrétiens en terre d'Islam) entre Galaïques et Aragonais puis entre Valenciens et Catalans. Le Castillan n'est que l'ancien romance proche du portugais mais avec la pauvreté des vocales propre à l'Euskera ;cinq vocales, au lieu des douze du portugais,le portugais bien plus proche de l'espagnol ancien (romance) Ce fut cette facilité de prononciation, qui fut à la base de son hégémonie. Par ailleurs lors de l'union des royaumes de Castille et d'Aragon. La Castille comprenait environ 4 millions d'habitants qui ne parlaient que Castillan ou Euskara à l'extrème nord. l'Aragon comptait environ un million d'habitants avec plusieurs dialectes plus ou moins proches du catalan actuel. Tous communiquaient entre eux déjà en Castillan. Nonobstant il est vrai que dans un soucis d'uniformisation les monarques Bourbons interdirent les langues régionales dans l'administration, conformément à la vision centraliste de l'état propre aux Français. Il est intéressant de rappeler également que le premier royaume à utiliser le Castillan dans ses documents officiels en lieu et place du latin en usage dans toute l'Europe, ne fut pas la Castille, dont faisaient parti les régions basques actuelles mais la Navarre.</p> Catalogne, prochain État de l'Europe ? 2012-11-25T08:06:33Z https://www.taurillon.org/catalogne-prochain-etat-de-l-europe#comment15541 2012-11-25T08:06:33Z <p><q>Mais une Catalogne indépendante signifierait l'apparition d'une nouvelle “minorité”, très significative, d'Espagnols, castellanophones, vivant au sein du pays et conservant sans doute leur nationalité espagnole</q></p> <p>Sur ce sujet un sondage, cité le 22 novembre 2012 sur <i>The Guardian</i> indique que dans l'hypothèse de l'indépendance, 50,9% des Catalans souhaiteraient la double nationalité espagnole et catalane, 25,2 se satisferaient de la nationalité catalane et 17,9% conserveraient la nationalité espagnole tout en demeurant en Catalogne.</p> <p>Notons que seulement 27,7% des personnes interrogées souhaitent une ligue de football distincte (il faut bien que le Barça continue à affronter régulièrement le Real Madrid).</p> <p>Cf. <a href="http://www.guardian.co.uk/world/2012/nov/22/catalan-separatists-poll" class="spip_out" rel='nofollow external'><i>Catalan separatist poll</i></a></p> Catalogne, prochain État de l'Europe ? 2012-10-21T14:03:29Z https://www.taurillon.org/catalogne-prochain-etat-de-l-europe#comment14998 2012-10-21T14:03:29Z <p>La discussion se prolonge avec l'article d'Arnaud Huc sur l'Écosse et ses commentaires : <a href='https://www.taurillon.org/L-Ecosse-sera-t-elle-un-defi-pour-l-Europe,05250' class="spip_in" rel='nofollow'>L'Écosse sera-t-elle un défi pour l'Europe ?</a></p> Catalogne, prochain État de l'Europe ? 2012-10-15T12:32:42Z https://www.taurillon.org/catalogne-prochain-etat-de-l-europe#comment14949 2012-10-15T12:32:42Z <p>Lire aussi (en anglais) le point de vue Joan Marc Simon : <a href="http://www.simonlluma.eu/2012/10/spain-reform-or-break-up/" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://www.simonlluma.eu/2012/10/spain-reform-or-break-up/</a></p> Catalogne, prochain État de l'Europe ? 2012-09-20T05:49:17Z https://www.taurillon.org/catalogne-prochain-etat-de-l-europe#comment14774 2012-09-20T05:49:17Z <p>Merci pour votre retour.</p> Catalogne, prochain État de l'Europe ? 2012-09-19T23:46:19Z https://www.taurillon.org/catalogne-prochain-etat-de-l-europe#comment14773 2012-09-19T23:46:19Z <p>En Espagne les seuls federalistes qu'il y a eu pendant des siècles ont été les catalans. Maintenant c'est trop tard. On y croit plus.</p> <p>Petite correction historique pour ce texte :</p> <p>au lieu de « les épisodes de la guerre civile, qui mit fin à la Première République » serait plutôt « les épisodes de la guerre civile, qui mit fin à la Deuxième République »</p> Catalogne, prochain État de l'Europe ? 2012-09-19T14:30:53Z https://www.taurillon.org/catalogne-prochain-etat-de-l-europe#comment14772 2012-09-19T14:30:53Z <p><a href="#forum14771" class="spip_ancre" rel='nofollow'>@David Márquez Martín de la Leona</a> : merci pour vos précisions. Je corrige.</p> <p>En ce qui concerne le nationalisme « castillan » ce que je veux dire est que c'est une vision de la nation espagnole, celle portée par le « centre », notamment autour de la langue espagnole (et donc le castillan) que l'on a voulu imposer en interdisant l'usage du catalan pendant trop longtemps, qui a longtemps prévalue.</p> Catalogne, prochain État de l'Europe ? 2012-09-19T13:51:24Z https://www.taurillon.org/catalogne-prochain-etat-de-l-europe#comment14771 2012-09-19T13:51:24Z <p>Bonjour ! Très bon article Valéry-Xavier ! J'apprécie l'effort d'information et, surtout, le point d'engagement de votre article dans le debat européen. Cependant, je dois vous signaler quelques erreurs, pas très graves, qui enlevent de la rigueur à l'ensemble de votre article :</p> <p>NATIONALISME CASTILLAN. Ça n'existe pas. On parle plutôt du nationalisme « espagnol » mais rarement du nationalisme castillan. La Castille n'a pas un mouvement politique nationaliste propre. En revanche, ils existent des manifestations traditionalistes et ethnographiques, notamment dans le milieu rural castillan. Je pense, que dans votre article vous voulez faire référence au nationalisme espagnol.</p> <p>HYMNE NATIONAL CATALAN. C'est « Els Segadors » (les moissonneurs) non « Els Secadors » (Les Séchoirs).</p> <p>LA DIADA. Elle commémore la chute de Barcelone à l'issue de la guerre de succession de 1714, pas de 1740.</p> <p>Je vous remercie de tenir en compte ces nuances.</p> <p>Dmml</p> Catalogne, prochain État de l'Europe ? 2012-09-19T09:01:22Z https://www.taurillon.org/catalogne-prochain-etat-de-l-europe#comment14770 2012-09-19T09:01:22Z <p>Passionnant, merci pour cet éclairage VXL ! Le sujet n'est pas simple pour nous, fédéralistes, tiraillés, comme tu le montres, entre d'une part notre solidarité envers « les revendications autonomistes et régionalistes dont [nous partageons] les objectifs : le maintien de la diversité et l'exercice de la vie démocratique au plus proche des citoyens selon le principe de subsidiarité » et, d'autre part, le sentiment que les revendications catalanes se fondent sur d'autres motifs.</p> <p>Ces autres motifs me rendent d'autant plus sceptique qu'ils exploitent un contexte peu propice aux manifestations de solidarité démocratique et d'empathie entre les peuples : la crise, terrible pour une population grisée par la réussite de son intégration européenne, le taux de chômage (1 espagnol sur 4, davantage encore chez les jeunes), les conditions de vie dégradées qui en découlent pour les Catalans et les Espagnols en général. Autant de raison d'en vouloir, sans savoir à qui : du pain béni pour un discours nationaliste !</p> <p>Poussant jusqu'aux conséquences éventuelles de cette situation, je me dis que, oui, les Catalans ont le droit à un référendum sur leur indépendance, comme les Québécois : pourquoi l'indépendance serait-elle réservée aux peuples écrasés par une dictature ? Mais non, ce référendum ne peut avoir lieu dans ce contexte actuel. Chacun sait que la réponse n'aurait que peu de lien avec la question posée tant elle serait dictée par un discours nationaliste, conservateur, de repli identitaire, justifiant l'indépendance par la résolution des intérêts matériels de court terme, ce qui serait d'ailleurs une grave erreur d'analyse économique, mais c'est un autre débat...</p> Catalogne, prochain État de l'Europe ? 2012-09-19T06:04:27Z https://www.taurillon.org/catalogne-prochain-etat-de-l-europe#comment14769 2012-09-19T06:04:27Z <p><a href="#forum14768" class="spip_ancre" rel='nofollow'>@C.N.</a> : merci pour votre commentaire.</p> <p><i>Sur votre première observation :</i> le fédéralisme asymétrique est assez peu répandu dans les États fédéraux existant à ma connaissance. Il n'est pas la règle me semble-t-il au Canada, même s'il est parfois revendiqué. On peut peut être penser à la Belgique et à son système complexe distinguant entités à base territoriales et entités à base communautaire. Il n'existe naturellement pas de modèle institutionnel unique quand on parle de fédéralisme, mais plus un ensemble de principes de fonctionnement communs aux États fédéraux et je suis d'accord pour estimer qu'à une situation particulière il n'est pas absurde de rechercher une solution particulière. Mais je ne suis pas convaincu qu'une telle approche, qui donne à certaines communautés plus d'autonomie et de compétences qu'à d'autres, soit souhaitable car elle introduit dans le système fédéral qui est un délicat exercice d'équilibre un déséquilibre fondamental qui focalise le débat centre-périphérie sur quelques unes des entités fédérés et désolidarise celles-ci dans leurs relations au pouvoir fédéral.</p> <p><i>Sur votre second point :</i> les observations relatives à l'État national visent à comprendre et non pas à porter un jugement de valeur. Elles visent essentiellement à souligner que l'étude de la création des États dits nationaux montre que ce n'est pas la nation qui fonde l'État (discours des nationalistes) mais l'État qui construit une vision nationale pour se légitimer. Le fait que la nation soit une construction n'en fait pas moins une réalité dès lors qu'en politique les croyances, les symboles, les perceptions, sont des faits qu'il convient naturellement de prendre en compte.</p> <p>Je parle ici de « <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/mythe" class="spip_glossaire" rel='nofollow external'>mythe</a> » : un mythe n'est pas une fiction, ou un mensonge, c'est, pour reprendre la première définition que je trouve, <q> un récit qui se veut explicatif et surtout fondateur d'une pratique sociale</q>. En l'espèce c'est le discours qui décrit la nation, son origine, sa particularité et son avenir. Il existe de nombreux articles sur ce site consacré à ce sujet. Voir par exemple les nombreux articles de Ronan (cf. par exemple <a href='https://www.taurillon.org/Identites-nationales-et-stereotypes-nationaux,01266' class="spip_in" rel='nofollow'>Identités nationales et stéréotypes nationaux</a>) ou le mot-clé <a href="http://www.taurillon.org/+-Histoire-+?lang=fr" class="spip_out" rel='nofollow external'>Histoire</a>.</p> <p>Tout ça pour dire que l'objectif ce notre réflexion est moins de condamner la « nation » que de combattre le discours nationaliste actuel selon lequel elle constitue une réalité « naturelle », un horizon indépassable comme fondement des États et comme lieu d'exercice de la démocratie, discours contestant par conséquent toute perspective de voir l'humanité évoluer vers une ère posta-nationale ou de constituer une démocratie internationale ce qui est notre objectif. Cette démarche nationaliste est d'autant plus dangereuse qu'elle utilise souvent un discours identitaire suspect comme l'avait tenté le sarkozysme. Cf. <a href='https://www.taurillon.org/Identite-nationale-politique-et-democratie,03282' class="spip_in" rel='nofollow'>Identité nationale, politique et démocratie</a>.</p> <p>Enfin, oui comme vous le soulignez cet article précise que le fédéralisme n'est pas par nature incompatible avec le nationalisme. De fait les États fédéraux, comme les autres États, développent un récit visant à légitimer leur existence, lequel à la différence des États unitaires, intègre, plus ou moins selon les cas, la notion de diversité et d'autonomie de ses composantes. Ceux qui échouent dans cette démarche rencontre des difficultés (la Belgique, au hasard). Mais le fédéralisme européen se caractérise par une approche qui n'est pas uniquement institutionnelle du fédéralisme, et par un contexte où il intervient dans un contexte où les États qu'il envisage de fédérer sont des États nationaux forts. C'est donc naturellement que l'opposition frontale se fait avec les nationalistes, personne à ma connaissance n'envisageant d'État unitaire au niveau européen, et certainement pas naturellement les fédéralistes. En revanche même si de nombreux militants de l'Europe sont attaché aux symboles de l'Union, utiles pour concrétiser celle-ci aux yeux de l'opinion mais qu'il ne faut pas à mon sens sacraliser, je ne pense pas que cette approche puisse s'assimiler à une démarche nationale : notamment parce qu'elle s'accompagne aussi de la <a href='https://www.taurillon.org/-Federalisme-mondial-' class="spip_in" rel='nofollow'>vision d'une gouvernance démocratique globale</a>.</p> Catalogne, prochain État de l'Europe ? 2012-09-19T05:16:51Z https://www.taurillon.org/catalogne-prochain-etat-de-l-europe#comment14768 2012-09-19T05:16:51Z <p>Bonjour,</p> <p>Votre article illustre bien la position dans laquelle se trouvent des fédéralistes européens face au souhait réitéré d'autonomie d'une région intégrée à un Etat membre, même si vous semblez très pessimiste sur les conséquences politiques du « régionalisme à la carte » ou « asymétrique » qui prévaut en Espagne depuis plusieurs décennies et qui semble pourtant adapté aux réalités de cet Etat.</p> <p>En revanche, vous semblez faire volontairement abstraction de tout phénomène national, l'idée étant exposée peu après le début et apparaissant en toile de fond tout au long de votre article. Ne-vous pensez pas qu'un futur Etat fédéral européen puisse être une « fédération d'Etats-nations » ? Sans avoir (encore) lu <i>L'Etat national</i> de Mario Albertini, il semble que malgré tout ce que le concept de nationalisme peut évoquer, il a aujourd'hui une réalité tangible, peut-être dans certains Etats ou certaines régions plus que dans d'autres. Il ne s'agit pas de prétendre que le nationalisme a partout existé depuis des siècles et que les nations constituent l'essence des Etats européens d'aujourd'hui. En revanche, comment expliquer une survivance du « patriotisme » à travers de nombreux citoyens, associations ou partis politiques ? L'Etat français semble s'être construit sur une nation française (à l'inverse de l'Allemagne). Plus prosaïquement, est-ce qu'en réfutant toute notion de nation en la présentant comme un mythe, les fédéralistes (« notre camp ») ne risquent-ils pas de s'aliéner une grande partie de la société civile et des citoyens qui, sans être hostiles à une fédéralisation européenne, sont malgré tout attachés aux Etats auxquels ils appartiennent ? N'est-il pas possible d'être à la fois fédéraliste et, dans une certaine mesure, nationaliste ? Vous le soulignez d'ailleurs un peu en précisant que « de nombreux États fédéraux portent un discours national fort en dépit de leur structure fondée sur le partage de la souveraineté entre l'État fédéral et les États fédérés ».</p>